LES GENS DU DIMANCHE

il y a
2 min
208
lectures
50
Sommes-nous dans leurs souvenirs, comme ils sont dans les miens ?

Ils étaient apparus dans notre vie, un dimanche d'hiver, je crois, car il faisait froid. Nous terminions tout juste de déjeuner lorsqu'on entendit sonner à la porte. Qui de ma mère ou de mon père était allé ouvrir ? A moins que ce ne soit l'un de mes frères ?
Toujours est-il, que quelques minutes plus tard un homme et une femme nous avaient rejoint dans la salle à manger. Je me rappelle qu'ils parlaient mal le français ; ils étaient maghrébins. Je n'étais pas bien grande, dix ans à peine, peut-être moins. Avec mes frères, nous regardions ces gens venus de nulle part, habillés proprement, mais de vêtements bien défraîchis. Je me souviens les pleurs, tout à coup, d'un enfant si bien emmitouflé ! Que dis-je ? C'était un bébé ; une petite fille.
Je me rappelle qu'ils avaient dit avoir demandé de l'aide à tout le voisinage, et qu'à chaque fois, on leur avait fermé la porte au nez. Exceptés nous ! Etait-ce ma mère, était-ce mon père qui les avait fait entrer ? Ou bien était-ce l'un de mes frères ? Quoiqu'il en soit, ils étaient bel et bien là, debout, dans la salle à manger.

Avec mes frères, on les regardait, intrigués, sans vraiment comprendre ce qu'ils faisaient là, d'autant qu' on ne roulait pas sur l'or à la maison. Mais une chose est sûre, mes parents avaient le coeur sur la main. Alors, quand ils ont compris que ces invités inattendus avaient simplement faim, ils n'ont pas hésité. Ils leur ont offert un repas chaud et un peu de lait pour la pitchoune. Alors qu'ils mangeaient, ma mère m'avait demandé d'aller chercher des vêtements qui ne servaient plus ; ils étaient usagés, certes, mais un peu plus douillets. Et c'était l'hiver je crois. Et il faisait froid.

Je crois qu'ils avaient un lieu où dormir, en revanche, la nourriture manquait. Alors, ils ont mangé, en silence ou presque, puis sont partis, non sans remercier leurs bienfaiteurs. Ils avaient un peu moins faim, un peu plus chaud.

Est-ce le dimanche suivant qu'ils sont revenus ? Je ne sais pas, mais ils sont bel et bien revenus, à plusieurs reprises, chaque fois le dimanche, à la recherche d'un peu de pain... , d'un peu de chaleur. Avec mes frères, nous avions fini par les appeler "les gens du dimanche", tout naturellement.

Combien de temps cela a t-il duré ? Je ne saurai le dire. Mais, finalement, au bout de quelques semaines ou quelques mois, je ne sais trop, on ne les a plus revus. "Les gens du dimanche" étaient sortis de nos vies, un peu comme ils y étaient entrés. Sans doute les choses s'étaient-elles arrangées pour eux et c'était tant mieux !

Ma mère m' apprit, quelques années plus tard, que lui, dont je n'ai jamais su le nom, ou sans doute l'avais-je oublié, était passé les voir pour remercier à nouveau ceux qui, (un dimanche d'hiver je crois, car il faisait froid), avaient ouvert leur porte et apporté un peu de chaleur à sa femme et sa petite fille. Je sus, ce jour là, qu'ils allaient bien.

Le temps a passé depuis. Et aujourd'hui, j'ose croire qu'ils sont encore en vie, profitant d' une retraite tranquille auprès de leurs enfants et petits enfants. Et peut-être, repensent-ils parfois à ces dimanches, où, sans jamais poser de questions, une famille, la mienne, les accueillait pour leur offrir le pain qui leur manquait.
50

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Aujourd'hui, les gens du dimanche viennent aussi de l'Est Corinne. Merci pour cette leçon de tolérance et d'humanité.
Image de Corinne Vigilant
Corinne Vigilant · il y a
Ce que vous dites est malheureusement totalement vrai ! Merci d'avoir pris e temps de me lire ! J'ose croire que tolérance et humanité ne sont pas de vains mots.
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Un joli texte qui me rappelle mon enfance, ma jeunesse et même des partages pas si vieux que ça ♫ (laissez quelques vêtements usagés dans votre voiture cet hiver, vous trouverez toujours à les donner ♪)
Image de Corinne Vigilant
Corinne Vigilant · il y a
Merci pour votre commentaire ! Oui, des souvenirs pour vous comme pour moi et des valeurs qui semblaient perdues ! Et pourtant aujourd'hui les coeurs et les portes semblent s'ouvrir à nouveau !
Image de gillibert FraG
gillibert FraG · il y a
Très joli récit, décrit avec la simplicité dont le don d'accueil est offert et reçu. La pudeur, la bonté, la générosité, sont douces à lire.
Image de Corinne Vigilant
Corinne Vigilant · il y a
Merci pour ce très joli commentaire !

Vous aimerez aussi !