Les Envahisseurs

il y a
2 min
113
lectures
21
Qualifié
D'abord c'est notre fils qui nous a alertés de leur arrivée prochaine chez nous. Je ne sais plus d'où il sortait l'information.

Nous savions depuis longtemps qu'Ils étaient partout et que certains de nos amis en avaient déjà chez eux, mais nous ne pensions pas qu'Ils nous atteindraient, nous aussi. Nous étions de jeunes retraités, ma femme et moi, et nous frémissions à l'idée d'être envahis à notre tour.
Pourtant, Ils s'étaient depuis longtemps répandus insidieusement sur toute la terre, c'était une évidence, alors pourquoi pas chez nous ? Nous étions à la fois angoissés et curieux de savoir comment nous allions réagir à leur prochaine intrusion. Comment allions-nous réagir à un contrôle que tout le monde s'accordait à dire pacifique, mais total ?

Dès qu'Ils firent irruption chez nous, notre esprit fut troublé, mais légèrement d'abord. Ils parvenaient, par leur simple présence, à nous inoculer dans les veines un certain bien-être, une certaine chaleur. Incompréhensible que ces petites créatures, répugnantes, bruyantes, aient autant de pouvoir sur nous. L'expérience que nous avions de la vie et la carapace qu'on avait acquise au fil des ans ne servaient à rien. Dans les premiers temps, Ils prirent peu de place, c'est à peine si nous nous aperçûmes de leur présence.
Le chat, lui, les ignorait superbement.

Quand Ils étaient très près de nous, il nous arrivait d'émettre inconsciemment des sons incongrus, dignes de personnes complètement débiles. Nous lâchions des bruits de bêtes, coq, cochon, chien, tous les animaux y passaient. Le plus fascinant, c'est que d'agir d'une façon aussi stupide nous enchantait. Puis, Ils sont réellement entrés dans nos vies. Sournoisement. Subrepticement. Sans violence ni brutalité, notre esprit devint continuellement occupé par Eux, nous pensions constamment à Eux, notre cerveau était sous leur entière maîtrise.

Avec le temps, nous nous sommes habitués à leur présence. Ils avaient perdu l'aspect chiffonné qu'Ils avaient à leur arrivée, on pourrait même dire qu'Ils avaient gagné une certaine beauté, mais Ils étaient toujours aussi bruyants. Nous en sommes devenus accros. Je ne sais pas pourquoi, mais le simple fait qu'Ils soient à nos côtés secrétait en nous des flots d'endorphines.

Le chat, lui, était le seul à les fuir. Insensible à leur domination, il se cachait dans un coin, le plus sombre, le plus inaccessible de la maison.
Ils étaient forts, très forts. Envahir le monde en se faisant aimer, c'était un comble ! Il y a eu, il y a, il y aura des invasions. Mais Eux, Ils avaient la manière. Ils nous envahissaient l'esprit, devenaient indispensables à nos vies et nous aimions ça.

Le temps passant, Ils prennent de plus en plus de place, ont de plus en plus d'ascendance sur nous. En plus, Ils se nourrissent sur notre dos, Ils vident les frigos. Un comble, Ils arrivent, par leur seul pouvoir à nous faire faire des choses qu'on n'aurait jamais faites sans Eux.

Vous voulez un exemple ?
Le voici : hier, par leur seule énergie mentale, Ils ont réussi à me téléporter à une quinzaine de mètres au-dessus du sol. Je n'en menais pas large, je vous assure. J'étais furieux de m'être laissé faire, mais il m'avait été impossible de résister à leur puissance psychique. Je tremblais de tous mes membres, j'avais le vertige. Et Eux, d'en bas, Ils rigolaient. Je ne sais pas comment j'ai réussi à redescendre.

Bon, il faut que je vous laisse, Ils commencent à s'exciter, c'est l'heure de m'occuper d'Eux.
Alexandre, Mégane, Raphaël, Jules, allez vous laver les mains. On va dîner !
Et demain, on retourne faire de l'accrobranche...
21

Un petit mot pour l'auteur ? 33 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fleur A.
Image de Philippe Caizergues
Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Pierre-Hervé Thivoyon · il y a
Parfaitement réaliste ...enfin je pense...il faut que je m'y prépare :-)
Image de Philippe Caizergues
Philippe Caizergues · il y a
Attention, ils arrivent sournoisement et on se fait avoir ...
Image de Patmarch
Patmarch · il y a
C'est qu'on en devient "accro", nous les vieilles "branches" !
Image de Philippe Caizergues
Philippe Caizergues · il y a
A qui le dites-vous !
Image de Agnès Rémond
Agnès Rémond · il y a
Un bon moment de lecture avec une chute inattendue.
Image de Philippe Caizergues
Philippe Caizergues · il y a
J'adore détourner le lecteur de la chute finale. Merci Agnès
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
On craque quand même pour ces Envahisseurs :-)
Image de Philippe Caizergues
Philippe Caizergues · il y a
Oh oui! Merci Alice
Image de Mijo Nouméa
Mijo Nouméa · il y a
J'ai bien ri, même si j'ai de suite perçu qu'il était question des "chic-ouf", entendre les petits enfants. Une belle histoire pour les grands -parents :)
Image de Philippe Caizergues
Philippe Caizergues · il y a
Ils méritent bien leur surnom, ces petits. Merci Mijo
Image de Daisy Reuse
Daisy Reuse · il y a
Un récit tendre et charmant, avec une chute de quinze mètres qui fait du bien !
Image de Philippe Caizergues
Philippe Caizergues · il y a
Pas trop mal ? Merci Daisy
Image de Daisy Reuse
Daisy Reuse · il y a
Une chute bien amortie sur un tendre tapis !
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
C'est drôle, plein de bonne humeur, et pas si fictionnel ! Un bon moment de lecture, à conseiller aux grands-parents !
Image de Philippe Caizergues
Philippe Caizergues · il y a
C'est du vécu. Merci Annabel
Image de Vero. La Comete
Vero. La Comete · il y a
🤔🤔🤔😂😂😂! Je pensais qu'il allait s'agir de l'invasion insidieuse de quelque gadget électronique, genre écrans ou téléphones portables. J'ai bien ri. A la 2e lecture c'est encore meilleur.
Image de Philippe Caizergues
Philippe Caizergues · il y a
Merci d'avoir ri, Vero, c'était le but de la chute que je voulais inattendue.
Image de Mireille d agostino
Mireille d agostino · il y a
Je me demandais quel virus... mais non, la fin est charmante.
Image de Philippe Caizergues

Vous aimerez aussi !