Le Virus

il y a
2 min
215
lectures
35

Très timide, introvertie, et assez incomprise, j'écris pour parachever mon imagination et coucher mes idées sur papier. L'écriture est pour moi le point d'orgue de l'imaginaire, à condition que ... [+]

Ça gratte!

Saloperie de virus! Fichus parasites! Vous auriez pu vous trouver un autre souffre douleur!

S'énerver. Le seul moyen pour moi de tenir encore.
Résister, encore et toujours face à l'infection. Espérer aussi.
Le toubib a dit que c'était incurable, mais qu'il y a une petite chance de rémission.
Tout ça dans la même phrase.
Les chances sont faibles, mais il faut espérer, il me dit. Et c'est ce que je fais, j'espère. Un peu.
Qu'est-ce qu'il me reste sinon ?

Tout ce qu'il peut me donner ce sont des comprimés pour les éliminer localement.
Ça fonctionne, mais ils se multiplient tellement vite que l'effet est vite passé. Cependant, ça me soulage. La conséquence est immédiate: je les avale comme un enfant des bonbons.
Le médecin me dit que ce n'est pas prudent.
Vu mon état cependant, il n'insiste pas. Il continue à essayer de me rassurer, il me dit que le virus peut muter et devenir inoffensif, il me dit aussi que cette mutation est en marche, qu'elle est lente, mais sûre.
Foutaise, j'ai horreur du ton faux des médecins. Je sais très bien que d'ici que cette "mutation" soit achevée, j'aurais déjà clamsé. Le toubib me dit qu'il peut aussi s'autodétruire. Mais avant, je l'ai bien compris, il m'aura achevé.

Les effets ne sont pas difficiles à voir; température, fièvre, fatigue, sans compter qu'il me détruit petit à petit le système respiratoire.

À part m'énerver, je ne peux rien faire. Alors je crie, j'insulte, je maudis ce fichu virus.

Ah tiens, mon toubib, enfin! Non pas que j'espère un jour qu'il arrive avec un remède miracle sous le bras, mais c'est lui qui me fournit en pilules. Et justement, je suis à sec.

"Comment vous sentez vous?"
À ton avis ? Comme quelqu'un qui sent qu'on le détruit à petit feu, j'ai envie de te dire.
Pourtant, je m'efforce d'être agréable, il ne faudrait pas vexer mon dealer.

"Ça peut aller, avez vous mes médicaments?"
Je ne vais pas tourner autour du pot, il sait très bien de toute façon que c'est la seule chose que j'attends de sa part.
"Laissez-moi vous examiner avant."
J'aquiesce, même si je n'ai pas envie d'attendre plus longtemps.
"Et bien! Vous êtes aussi chaude que Bételgeuse!"
Ça je le sais déjà merci! J'insiste tout de même:
"Mes médicaments."
"Oui bien sûr... Les voilà"
Dit-il, en me tendant deux boîtes bleues que je m'empresse d'ouvrir pour avaler deux pilules de la même couleur.
Devant lui, je m'efforce de respecter les doses. Il sait pourtant que c'est loin d'être le cas quand il est absent.
Cependant il insistait quand même:
"N'oubliez pas, deux comprimés le matin, deux le soir, essayez de respecter les prescriptions."
Encore une fois, j'aquiesce.
"Bon, très bien. Je reviendrai vous voir, ménagez vous surtout!"
De toute façon ce n'est pas comme si j'avais le choix!
"Au revoir, madame Terre, et n'oubliez pas, soyez prudente avec les doses!"
Oui c'est ça, au revoir !

Saloperie de virus! Fichus parasites humanoïdes!

Et bon sang, qu'est-ce que ca gratte!
35

Un petit mot pour l'auteur ? 7 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pat Vermelho
Pat Vermelho · il y a
Génialissime. Le secret de l'identité de la malade est d'autant mieux gardé qu'on croit le connaître déjà. C'est madame tout le monde. Eh bien non, c'est madame le Monde. A voté.
Image de Lola Natalie
Lola Natalie · il y a
Joliment dit
Merci beaucoup :)

Image de Janice Chercoeur
Janice Chercoeur · il y a
Sept milliards de virus. Une seule solution : un dieu vengeur et son déluge. Mais il parait que dieu est mort. Alors ?
Image de Lola Natalie
Lola Natalie · il y a
Alors je préférerais éviter le dieu vengeur :)
Image de François B.
François B. · il y a
J'ai d'abord cru à un texte prémonitoire... et puis la chute m'a cueilli. C'est très bien vu
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Ô, Mère amère, pourquoi m'as-tu abandonnée! La Terre atterre, toujours recommencée!

Mais enfin, parler de virus il y a quatre ans!!! Je crains vos prochaines nouvelles... mais j'ai hâte de les lire quand même...

Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Bonne reprise , Loylou et bonne continuation.
J'essaie de remplir mon panel d'abonnés .

Vous aimerez aussi !