Le vieux pinceau

il y a
12 min
2 445
lectures
323
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Très bien écrite, dans un style fluide, agréable et parfaitement adapté à la narration, cette nouvelle proche du conte moderne nous prodigue une

Lire la suite

67 ans, mais ça ne va pas durer. Amateur de jeux de mots, je m'essaie aux nouvelles, à des aphorismes, à quelques poèmes que j'appelle rimailles. Je tente de rendre parfois mes textes ... [+]

Image de Grand Prix - Automne 2021
Image de Nouvelles

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation


C'était un bout de plage. Un bout de plage sauvage, en extrémité d'un vieux village où le temps, impassible, semblait s'être arrêté. C'était l'automne. Les rues étroites du village ne s'étaient pas encore refroidies. D'ailleurs, ces rues pouvaient-elles un jour vraiment se refroidir ? Nous étions sur les rives de cette mer que d'aucuns prétendent grecque, d'autres, romaine, qui d'ailleurs se l'étaient appropriée, d'autres enfin, sarrasine.
C'était un village, aux rues étroites, aux maisons arborant des façades blanches, d'où ressortait le rouge sang des fleurs de géranium pas encore endormies. Les toitures étaient des terrasses, utilisées comme lieux d'étendages, terrains de jeux, débarras de plein vent où les hommes du village, pécheurs et cultivateurs confondus faisaient sécher l'ail et l'oignon, mais aussi les poulpes, les filets de bonite, de thon, voire d'espadon, et parfois, bien à l'abri des chats, leurs œufs si précieux.
Les femmes y montaient en milieu de matinée pour étendre le linge du jour et ramasser celui de la veille, papoter avant de reprendre leurs tâches ménagères, alors leurs seules activités, car les us étaient bien ancrés. Les après-midi, chaque terrasse devenait le terrain de jeu des enfants qui s'y dépensaient plus que de raison, envahissant l'air de leurs cris, de leurs rires, de leurs peurs, et parfois de leurs pleurs.
Le soir, c'était le lieu où les hommes, prenant le frais, se détendaient après les fatigues de la journée pour les plus jeunes, tentaient d'oublier les douleurs de la vie pour les plus anciens, et tous regardaient qui le ciel, qui la mer, qui son champ, les deux derniers se partageant allégrement la vie du village.
La nuit, c'était alors le domaine des chats dont, étonnamment, la quasi-totalité était d'un blanc d'hermine. Ils se confondaient avec les murs des maisons et de leurs terrasses. Parfois, on les entendait miauler, feuler, se battre. Jamais ronronner.
Le matin, on pouvait remarquer sur les murs des taches de sang, que seule l'humidité – car il ne pleuvait pratiquement jamais – arrivait, peu à peu, à effacer.

Mes pas m'avaient amené sur ce bout de plage, attiré par une vieille cabane en bois qui avait dû être blanche, mais que le temps avait grisée et passablement agressée. Ses planches étaient un peu disjointes, et sa toiture hésitait entre l'envol et l'effondrement. Cependant, elle était là, bien ancrée dans le sable, comme défiant la mer et les vents marins, qui savent, parfois, être si terribles.
Derrière la cabane sortait du sable, comme un gros serpent sombre, une vieille chaîne aux maillons rouillés, bien qu'encore solides. Le dernier maillon arborait, comme on arbore un bijou antique, un anneau de bronze sur lequel, un temps, une esclave des maures, toujours présents, et jamais loin, avait dû verser des océans de larmes. À cet anneau, un vieux cadenas, lui aussi rouillé, épousait une autre vieille chaîne, tout autant corrodée, laquelle menait à une vieille barque en bois.
C'était une de ces barques qui n'avaient jamais connu le moindre moteur, et qui, à la seule force des bras, puis avec l'aide des vents, parcouraient l'espace quasi infini de l'onde marine. L'emplacement des rames et celui du mât étaient encore bien visibles, mais il y avait bien longtemps que les rames ne caressaient plus la mer, que le mât ne tutoyait plus les étoiles. Ils avaient de concert quitté le bord, abandonnant sur cette grève leurs victoires, leurs défaites, leurs anciens rêves communs.
Pourtant, cette barque était encore belle et fière. Elle paraissait neuve. Et pour cause, à ses côtés, un vieux pêcheur finissait de la repeindre. Je le saluai et entrai en conversation en le félicitant pour l'état de sa barque. Nous nous sommes assis sur le sable, il m'a offert un café qu'il tenait bien au chaud dans un thermos à l'ancienne : une bouteille de verre entourée d'une grosse serviette, et il m'a parlé. Longuement. Il m'a raconté l'histoire, ou une partie de l'histoire de sa barque.
Son frère aîné l'avait fait construire il y a bien longtemps. Le père du charpentier de marine qui l'avait assemblée aurait sans doute pu glaner sur les grèves des restes de « Trafalgar ». Depuis, et pendant des dizaines d'années, ils sortaient tous les deux pêcher, quand l'anchois, quand la sardine, quand le maquereau, quand le thon, parfois le requin, plus rarement enfin, l'espadon. Les poulpes aussi, bien sûr, et les calamars, même les langoustes, mais curieusement, jamais ils n'ont remonté de homard, les eaux étant sans doute trop chaudes ou peu propices. La barque a toujours porté les mêmes couleurs : le bleu sous la ligne de flottaison, pour s'assortir à la plus jolie des couleurs de la mer, car, croyait-il, ce n'est pas le ciel qui se reflétant donne sa couleur à la mer, c'est l'inverse, la preuve, disait-il, c'est que « quand la mer est grise, le ciel l'est aussi »... – logique imparable. La coque était blanche, en l'honneur de l'écume des vagues – moi, je pensais que c'était par économie, la même peinture que celle des maisons –, les bancs étaient verts, comme les algues, et le fond était rouge sang, pour que la foudre n'aperçoive pas les taches de sang laissées par les poissons. « La foudre, aimant le sang des poissons, n'hésite pas, pour s'en délecter, à frapper toutes les malheureuses barques des pêcheurs ignorants, ou irrespectueux de la tradition. » J'étais surpris de cette dernière raison, mais les croyances empreintes de paganisme sont encore légion...
Un jour, alors qu'ils sortirent par mer calme et qu'ils étaient au large, une tempête se leva, sans aucun signe avant-coureur, subite et terrible, comme toujours en cette mer, fidèle à sa réputation. Alors qu'ils s'empressaient de relever avant l'heure un lourd filet, pour rentrer se mettre à l'abri, une vague assassine les fit basculer tous deux par-dessus bord. Le vent et le courant poussaient la barque bien plus vite qu'eux. Ils comprirent immédiatement que le pire était à craindre. Et le pire, bien sûr, arriva. Après avoir longtemps lutté contre les flots déchaînés, il fut retrouvé inconscient, échoué sur une plage, à quelques kilomètres d'ici. Mais aucune trace de son frère. La barque, elle, fut retrouvée intacte, échouée également sur une plage de sable, mais à plus de 40 kilomètres de là.
Elle n'avait pas souffert, ou très peu. Il la remit en état de son mieux, l'arma de nouveaux filets, de nouvelles lignes et, après quelques semaines, repartit en mer. Seul, cette fois. Mais le temps qui s'écoulait de plus en plus vite pesait aussi de plus en plus lourd sur ses épaules. Bientôt, il devint trop vieux. Alors, il la désarma définitivement et l'installa sur cette plage. Il construisit la cabane, et, tous les 4 ans, il quittait le village si proche, pour venir y vivre pendant environ trois semaines. Parfois plus, rarement moins. Il apportait avec lui son eau, son vieux Xérès dans un petit fût, et armé d'abrasif, d'étoupe, et de peintures, et d'un produit magique, il lui refaisait une beauté. Et c'est vrai qu'elle était belle, sa barque.
— Mais, lui demandai-je, ne craignez-vous pas que des malfaisants viennent l'endommager, voire vous la voler ?
Il esquissa un sourire, puis fit sortir d'entre ses fines lèvres pincées un son que je n'entendis pas et soudain, je vis apparaître dans la barque deux scorpions jaunes, magnifiques, impressionnants par leur taille, inquiétants par l'horreur qu'ils inspiraient, qui, comme s'ils étaient dressés, répondaient à son appel. Et c'était bien cela.
— Malheur à qui s'amuserait à faire du mal à ma belle. Il serait immédiatement piqué. Rassurez-vous, leurs piqûres, pour douloureuses qu'elles soient, ne sont pas mortelles. Et soyez doublement rassuré, ils ont vu et senti que vous n'étiez pas un mauvais personnage. Même si vous montez dans la barque, hors de ma présence, ils ne vous feront rien, car ils savent que vous serez, si vous ne l'êtes déjà, un ami.
Flatté d'être entré en son amitié, je n'étais cependant pas trop rassuré.
La nuit, il dormait dans sa cabane au toit vétuste, aux murs écaillés, qu'il n'entretenait pas. Seule comptait La Barque. Le jour, il partait le matin, à la nage, poser à la main, à quelque 500 m du bord, une ligne avec deux seuls hameçons qu'il relevait vers midi et qui lui assurait, normalement, ses repas. Il faisait griller ses prises dans un trou dans le sable, au fond duquel il faisait brûler et réduire en braise toute une réserve de bois flotté qu'il allumait avec des morceaux de roseaux séchés. Le reste de ses journées était réservé à l'entretien de la barque. C'est qu'âgé, il allait lentement. Très lentement. Comme si le temps, enfin, ne comptait plus.

Je revins tous les quatre ans, et, tous les quatre ans, nous entamions de larges discussions. Parfois, nous ne disions rien. Je m'asseyais, il travaillait, nous étions devenus de vrais amis. Les gardiens, effectivement, me reconnaissaient. Ils venaient même parfois se chauffer au soleil en montant sur mes genoux. Quand je lui proposais de l'aider, il remuait la tête en souriant et répondait : « ... peut-être plus tard... oui, plus tard... peut-être. »
Le temps, éternel fugitif, a passé et alors que je venais pour la quatrième fois, quelle ne fut pas ma surprise de voir que le toit de la cabane avait choisi l'envol. Ce devait être, à en juger des restes, par une sévère tempête de vent de mer. Passant la cabane, quelle ne fut pas ma tristesse de voir La Barque sans ses nouvelles peintures, toute craquelée, abandonnée. L'intérieur de la cabane était vide de tout objet. Seuls de vulgaires déchets laissés là par des promeneurs peu scrupuleux jonchaient le sol. Je compris que mon vieil ami s'en était allé rejoindre son épouse et son frère.
Je n'avais plus rien à faire ici. Si. Il me restait une chose à faire. Je partis sur la grève et longeai la mer pendant des heures. À mon retour, il faisait presque nuit. J'ai attendu que les étoiles se montrent, puis je me suis installé sur La Barque. Là, je disposai au sol une myriade d'astéries que je venais de glaner sur la plage, et restai assis, les yeux au ciel. Une sensation de picotement me fit redescendre sur terre. Sur mes cuisses, les gardiens me regardaient. Ils étaient trois désormais. Avaient-ils l'air tristes ? Est-ce triste, un scorpion ? Ils semblaient m'avoir reconnu, ne manifestant aucune animosité. Sans doute cette histoire de gardiens n'était qu'une invention de mon vieil ami, ces bêtes-là, malgré leur apparence et leur réputation, étaient probablement inoffensives jouant de leur aspect qui, pour ma part, ne me répugnait plus. J'en étais même venu à les trouver beaux. La beauté est dans la nature et toute la nature est belle.
Je m'allongeai sur le banc et m'endormis serein. La nuit fut calme, douce, et sans rêve. Parfois, ouvrant les yeux, je jugeais du temps passé à la position des étoiles. Au matin, au réveil, les gardiens avaient disparu. Mais, et là, je ne savais quoi penser, étais-je bien réveillé, mes étoiles de mer s'étaient elles aussi enfuies. À leur place, un vieux pinceau.
.....

Je filai au village, achetai de quoi me nourrir, des outils, du bois, un fût de Xérès, de l'eau, de quoi poncer, et de quoi peindre, des pinceaux neufs, et surtout des pots de peinture, bleu pour sous la ligne de flottaison, pour s'assortir à la plus jolie des couleurs de la mer, blanche pour la coque, en l'honneur de l'écume des vagues, vert pour les bancs, comme les algues, et pour le fond, du rouge sang, pour que la foudre n'aperçoive pas les taches de sang...
Je commençai par remettre en état la cabane, ce qui, à mon grand étonnement, était aisé et fut rapidement mené. Mais je ne la peignis point, mon défunt ami ne le faisant pas.
Heureusement que, pour nourriture, j'avais amené de quoi, car je ne posai pas sa ligne – que j'avais retrouvée sous le sable, dans la cabane, les hameçons rongés par la rouille, en nageant jusqu'aux 500 m, comme le faisait mon vieil et regretté ami, ayant horreur de l'eau. Une façon détournée d'avouer que la nage n'était pas mon fort, enfin, bref, vous avez compris : je ne sais pas nager. Une canne à pêche m'a cependant offert, mais de rares fois, quelques grillades de poissons infiniment plus petits que ceux que ramenait mon vieil ami. Le sable était facile à creuser, tant pour y chercher des vers que pour y faire un feu sans danger, et les bois flottés étaient toujours à portée de main.
J'avais donc pu creuser un grand trou pour y allumer le feu afin d'y griller mes poissons, embrochés sur des piques de roseaux savamment taillés, plantés sur le rebord sableux, et déposés en oblique à quelques centimètres du feu et des braises, à la façon locale « al espeto ».
S'attaquer à La Barque, c'était autre chose. C'est que depuis, j'avais, moi aussi, pris de l'âge. Lentement, tâtonnant, elle fut mise à nu. C'est alors que je vis que le bois avait été attaqué par ces bestioles xylophages, hantise des hommes de mer. Je retournai au village acheter de quoi y parer, mais ne trouvai aucun de ces produits si maléfiques en somme, qui envahissent les rayons de nos magasins de bricolage. M'étant ouvert à des personnes que je savais proches de mon vieil ami, un d'entre eux me fit cadeau d'un seau où reposait un mélange malodorant d'herbes et de minéraux broyés, qu'il me faudrait mouiller et touiller, mais « après le coucher du soleil » – encore ces croyances intemporelles. C'était le fameux « produit magique », que j'avais oublié.
Je remerciai, retournai à La Barque, et, en attendant la tombée du jour, perfectionnai le décapage. À la main, bien sûr. Je suais sang en eau. C'est alors que je vis que des lattes de bois laissaient passer le jour. Certes, La Barque ne naviguerait plus jamais, mais je ne pouvais la laisser ainsi. Heureusement, de l'étoupe, que j'avais négligemment oubliée, on en trouvait encore au village. Le jour enfin céda à la nuit, et je m'empressai de procéder au mouillage de la mystérieuse mixture qui viendrait à bout de ces nuisibles mangeurs de bois. À l'aube, et avant le lever du soleil, je badigeonnai comme un forcené. Mais mince, les gardiens ! Ils sortirent tous les trois et vinrent se réfugier dans la cabane redressée. Quel imprudent ! Me le pardonneraient-ils ?
Que ce fut long. Couche après couche, La Barque reprenait ses couleurs, sa luminance, son allure. Enfin arriva le moment où je pus la regarder sans ressentir le besoin d'en remettre une couche, expression jamais aussi adaptée. Je la laissai sécher trois jours. La troisième nuit, je vins m'y allonger. Les trois gardiens, qui l'avaient déjà réinvestie, vinrent se poser sur mes cuisses. Ils m'avaient pardonné.
Je restai deux jours de plus, à ne rien faire, puis quittai les lieux, ne sachant pas si cette fois, je reviendrais.
Quatre ans après pourtant, j'étais de retour, comme aimanté. Mais là, le choc. De la cabane, il ne restait plus qu'une trace brunâtre sur le sable, reste d'un tas de cendres. Elle avait été incendiée et si elle avait brûlé, moi, je brûlais de rage, et était envahi d'une étrange peine... Quelques vandales étaient venus sacrifier à leur vice odieux. J'avais souvent craint le pire, et le pire, bien sûr, s'était produit. De  La  Barque, de Notre belle Barque, seule une petite partie de la proue se dressait encore, symbole d'une résistance désormais inutile. Tout le reste était encore en partie présent, mais sérieusement calciné. Je restai abasourdi.
Assis sur le sable, adossé contre la proue, les yeux embués, je ne savais que penser. Je revoyais mon vieil ami partir à la nage avec sa ligne enroulée sous son bras, assis sur le sable, ses pinceaux à la main, je repensais à ses longs moments où l'amitié coulait dans nos veines, dans nos paroles, dans nos verres... Soudain, un chatouillis sur mon épaule me fit tourner la tête. Un gardien, un seul, était là. Je le pris dans ma main, et l'élevai à hauteur de mon visage, et nous sommes restés longtemps ainsi, à nous regarder, sans bouger.
Que se passa-t-il alors ? Un charme de vieux sorcier ? Je crus entendre la voix de mon vieil ami :
« Ils étaient deux. Deux jeunes. Du village. Deux jeunes que j'ai vus naître, et fait sauter sur mes genoux. Ils étaient déjà saouls quand ils sont arrivés et ils ont encore bu, mais bu... À la fin, ils se sont disputés. Un d'entre eux est monté sur la barque et a commencé à démonter le banc, sans doute pour s'en faire une sorte d'arme. Les gardiens n'ont pas failli. Ils l'ont sévèrement piqué en plusieurs endroits. Affolé, dégrisé, calmé, son comparse cassa une bouteille pour, avec un tesson, lui entailler les piqûres, croyant ainsi faire sortir le venin. Mais il l'entailla trop fort, et qui plus est, tomba sur une artère. Et le sang jaillit plus que nécessaire. Ils s'enfuirent en courant, laissant derrière eux la barque ensanglantée. Ce n'aurait rien été si seul le fond eut été tâché, mais le banc, vert, et la coque blanche...
Et la foudre l'a vu, et je suis le seul scorpion survivant. Bien sûr, je leur ai pardonné. Ils n'avaient pas l'intention de faire le mal. Je me suis dit que c'était le destin.
Voilà, tu sais tout. Maintenant, vois-tu, il me reste une chose à te demander. Mon épouse et mon frère partis, ma barque détruite, la cabane ne comptait pas, mais merci de l'avoir relevée, je n'ai plus rien à faire ici. Rester ? Pour quoi faire ? Garder un bout de bois calciné ? Sois gentil. Amène-moi avec toi. »
Je ne me fis pas prier. Je quittai les lieux, le scorpion, mon vieil ami, sur l'épaule.
Vous avez du mal à me croire n'est-ce pas ? Venez donc me voir. Je vous montrerai chez moi, au-dessus de ma cheminée, sur une étagère, un vieux pinceau que surveille un vieux scorpion avec qui vient parfois jouer un vieux chat. Un vieux chat tout blanc... aux yeux rouge sang.
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Très bien écrite, dans un style fluide, agréable et parfaitement adapté à la narration, cette nouvelle proche du conte moderne nous prodigue une

Lire la suite
323

Un petit mot pour l'auteur ? 169 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Saverio CASAL
Saverio CASAL · il y a
Un beau conte étrange, digne d'un Stevenson ou d' un Poe. J'aurai trop peur des scorpions mais j'ai une nièce qui pourrait les faire monter sans problèmes sur ses genoux.
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Merci Saverio, d'avoir pris le temps de le lire. Écrit, de mémoire, plus de vingt ans après un séjour mémorable en Andalousie. Il n'y avait pas de scorpions, mais des vieilles barques sur les plages, des vieille cabanes, des vieux pêcheurs, des dorades grillées le feu à même le sable, empalées sur des roseaux, et... des chats.
Image de ellis bell
ellis bell · il y a
Votre texte est à côté de nitro de 2020, c'est un des textes publiés dedans? c'est un beau texte, car l'écriture est fluide, on vous suit facilement, on voit bien les scènes. Je n'ai pas vu de nostalgie, que je n'aime pas d'ailleurs, une espèce d'apitoiement sur soi et ce qui fut, mais là c'est autre chose, comme ça, pof! deux scorpions! j'aime bien , je suis scorpion et j'en ai eu pendant un temps, mais en 8000 signes c'est dur de produire un effet fantastique, ou bizarre ou singulier. Todorov définit le merveilleux comme le surnaturel accepté, l'étrange comme les surnaturel expliqué (il y met Poe, mais avec des explications qui ne tiennent pas, c'est pourquoi c'est très étrange) et le fantasique comme l'hésitation devant une situation irrélle quand on a que les lois de la realité et de la nature pour expliquer. Donc ce texte, moi je le mettrais dans étrange (vous avez de la chance, vous êtes avec Edgar) mais je vois que c'est interprété comme un conte, c'est un genre que je ne connais pas alors que je le pratique.
Bon, synthèse, j'aime bien votre texte, mais c'est comme si un essor ou une profondeur ne pouvait pas s'envoler, sauf si on reste dans le genre conte alors que le texte a un potentiel plus fort. Mais en 8000signes on peut difficilement passer au fantastique, à l'intense en fait, c'est ça qui me manque l'intense alors qu'il y a des scorpions et qu'on peut jouer sur des gammes.
Bon, resynthèse parce qu'il est trois heures du mat, c'est un beau texte avec une écriture agréable, et fluide. C'est un BON texte, même si il y a un truc dedant qui pouvait encore envoler le texte plus fort, plus intense.
Mais ce n'était pas votre but, sorry! j'ai dû tout rater!
Moi j'ai l'intensité, la passion, la force, la noirceur, et vous la décontraction, le lien gardé avec la réalité et les choses naturelles. On devrait faire un texte à 4 mains, mais je ne sais si c'est possible et même si ça vous intéresse. Bonne nuit!👣👄👀👻 Pourquoi les gens qui commentent ne mettent pas forcément de coeur et les coeurs pas de commentaires?

Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Merci beaucoup, Ellis, pour ce commentaire doublé de cette analyse.
J'avais écrit ce texte il y a longtemps. Bien avant de connaître Short et avant les nouvelles limites des 8000 signes que nous sommes tant à regretter, du moins pour participer aux Grands Prix. De fait, il les dépasse largement et je n'aurai pas pu le présenter.
Comme vous le savez, je fonctionne à la spontanéité. Sans réfléchir ni au pourquoi, ni au comment. Cela vient comme cela vient, ou ne vient pas. Je ne connais pas l'angoisse de la page blanche. Ou l'inspiration, est là, et les pages se noircissent plus vite que le lait sur le feu ne déborde, soit elle est absente, et je fais autre chose, sans même penser à m'y mettre.
Mais si elle est là, gare si je la néglige ou lui demande d'attendre. Elle se fâche, s'en va, et des pages entières qui s'affichaient dans ma tête se perdent à tout jamais. Il me faut veiller à avoir toujours sur moi, quand je ne suis pas chez-moi, papier, crayon, ou téléphone en dictaphone. Le pire, c'est la nuit. Ne pas me lever pour ne pas risquer de réveiller ma tendre et douce, et se rabâcher tout pendant des heures et des heures pour ne rien oublier. Et puis, s'endormir enfin vers les quatre heure, et se réveiller avant sept heure, l'esprit vidé, sans plus une phrase, plus une ligne, plus un mot dedans. Occasion non manquée, mais perdue!
Contrairement à vous, la nostalgie est mon amie. J'ai essayé de l'apprivoiser et il me plait de la solliciter. Mais elle sait qu'elle doit sélectionner ses propositions. Aussi ne m'offre-t-elle que des bons souvenirs que je prends plaisir à revivre. Ma philosophie n'est pas à m'apitoyer sur ce que j'ai vécu et ne revivrai plus, mais bien de me dire: "que c'était bien! Quelle chance de l'avoir vu, connu, vécu!" Il m'arrive, bien sûr, de regretter le passé, mais sans mélancolie. Plutôt avec une rage à peine contenue. Ô tempora, ô mores!
J'aime me remémorer le bon passé.
Pour en revenir au vieux pinceau, justement, il est le fruit d'un souvenir. Un souvenir vieux de plus de vingt ans, une plage andalouse une barque ancienne mais bien entretenue sur le sable à coté d'une vieille cabane, et un "chiringuito", un restaurant de plage qu les dorades se faisaient grillée embrochées sur des piques de cannes de Provence, à quarante cinq degrés du foyer, à même le sable. Revoyant tout cela, le reste est venu tout seul. Le village, le chat, le vieil homme... et les scorpions.
Vous évoquez l'immense Edgar. Il m'a accompagné adolescent, et jeune adulte. J'avais justement écrit un texte en hommage. Je vous le propose, au cas ou: La Piroë (Phil Bottle)
Écrire un texte à quatre mains? Pourquoi pas. Je ne sais pas cependant si j'en serai capable, vu que je marche à la spontanéité. Mais on pourrait essayer. Quand? Je ne sais pas. Nous passerions alors en "M.P"...
Avez-vous pu voir "les moutons" l'autre fois?
Bonne journée.

Image de ellis bell
ellis bell · il y a
Bonjour, non je n'ai pas pu ouvrir les moutons, mais c'est quelqu'un qui a dit qu'il voyait des moutons donc j'en ai déduit le reste.
En fait vous nommez nostalgie ce qui est plutot prendre la moitié pleine du verre, je fais ça aussi, voir la chance d'avoir connu quelque chose ou quelqu'un, ou un animal, la nostalgie c'est quand on regrette ce qui n'est plus, ce que l'on n'est plus, ce n'est pas pareil.
Oui moi aussi j'ai des feuilles, crayons partout, votre texte a donc plus de 8000 signes! comment alors avez-vous pu le faire passer? moi les 8000 ça me coupe tous mes textes ou les nuances dans les textes. Pourquoi vous ne vous levez pas la nuit? Stevenson raconte aussi qu'il bougeait la nuit, en fait il était agité par des histoires et des rêves, donc d'une façon ou d'une autre ça réveillait Madame qui comprenait très bien l'urgence, et Monsieur dit qu'il était toujours effaré de voir dans quelle situation horrible il avait trouvé ou plongé ses personnages, mais c'était venu comme ça, des personnages coincés dans des circonstances difficiles. François Cheng aussi, dit qu'il se lève la nuit parce qu'il trouve le bon vers, et dans les quatrains chinois il n'y en a que 4, donc il ne faut pas se louper, une dramaturgie!
(la mélancolie ce n'est pas le regret du passé, c'est une acédie terrible, voir le côté obscur des choses au travers de la lumière, le crépuscule déjà niché dans l'aurore, c'est infatigable la mélancolie, c'est terrible)
Bonne journée

Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Je n'ai sans doute pas les mêmes définitions que tout un chacun... sans doute que mon goût pour les néologismes m'éloigne parfois du vrai sens des mots...
Pour la nuit, même après plus de 43 ans, je m'en voudrais de réveiller ma tendre et douce...
Pour le lien, peut être celui ci sera plus facile à ouvrir. En fait, c'est une plaisanterie, certes, pas très fine.
https://www.youtube.com/watch?v=iQBrnBHGxI0
Je pense que là, il suffit de cliquer dessus...
Bonne journée...

Image de Tinouch E
Tinouch E · il y a
Beaucoup aimé cette ambiance tellement bien rendue par ton écriture précise et cinématographique.
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Merci Tinouch...
Image de Viktor L'enchanteur
Viktor L'enchanteur · il y a
Un 320éme voix pour ce texte qui est un de tes chefs d'œuvre !
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Merci Viktor! Merci.
Image de Lyncée Justepourvoir
Lyncée Justepourvoir · il y a
Chouette histoire ! J'y crois moi aux couleurs et au reste.
Au plaisir Phil

Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Merci Lyncée.
Image de Roger ALCARAZ
Roger ALCARAZ · il y a
Très très beau cher Phil, ce conte réveil en moi quelques souvenirs et notamment, de mon père qui, comme celui de ton texte, allait pêcher au jour le jour les poissons qu'il cuisait et mangeait sur la plage... Il me disait aussi les moules, les couteaux et les oursins de ses "kémias" et l'incontournable anisette qu'il partageait sans façon avec les autres amoureux de la plage et de la mer... Merci Phil.
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Quel plaisir, mon cher Roger, que de lire ce commentaire ! Vraiment très heureux de ce qu'il t'a évoqué...
Image de Roger ALCARAZ
Roger ALCARAZ · il y a
pardon pour la faute "réveille en moi".
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Aucune importance. Ce réveil m'atteint...🙂
Image de Roger ALCARAZ
Image de suzanne cardin
suzanne cardin · il y a
Bravo! Très beau. Belles émotions, descriptions douces, émouvant ! Merci!
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Mon vieux pinceau, mes scorpions, et mon chat vous disent grand merci.
Et moi, qui suis heureux que cela vous ait plus... aussi. Merci Suzanne.

Image de Pat Vermelho
Pat Vermelho · il y a
La barque bleue et blanche nous embarque dans la mémoire de ses planches. Merci Phil pour ce récit plein d'émotion , d'amitié, et de ces coutumes qui font notre histoire, nos racines, nos souvenirs.
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Grand merci Pat!
Image de christiane nicolas
christiane nicolas · il y a
Je decouvre à peine cotre "conte" et ne l'ai pas lâché des yeux. Tout un monde... j'aime beaucoup.
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Merci Christiane. Je suis heureux que vous ayez aimé. Bonne journée.

Vous aimerez aussi !