Le crabe qui voulait un musée

il y a
5 min
1 203
lectures
699
Lauréat
Public

Poussée par mon entourage, je me suis lancée dans la rédaction de petites histoires qui font sourire. J'espère qu'elles vous plairont également et que vous aimerez mes idées loufoques, mes  [+]

Image de Automne 2021

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Hulus portait une carapace des plus brillantes et des mieux entretenues. Il arborait des couleurs harmonieuses dignes d'un coucher de soleil et ses pinces étaient toujours ciselées comme la lame d'un couteau. Ses antennes captaient tous les effluves et tous les mouvements qu'un autre animal n'aurait sans doute pas pu suspecter. Quant à ses yeux, ils roulaient de plaisir en rougeoyant chaque fois qu'un nouveau trophée s'aventurait dans leur champ de mire.

C'est sur les plages d'un immense océan que notre crustacé savourait toutes ses victoires. Il arpentait le sable en quadrille et prenait souvent de l'altitude en escaladant les obstacles qui se dressaient devant lui. Il scrutait le paysage, ses beautés, ses horreurs et tous les êtres qui le parcouraient. Du plus haut des cocotiers, le crabe Hulus envisageait mille stratagèmes pour s'accaparer les plus beaux trésors. Il visait une perle et fonçait tout droit au moment opportun pour la saisir ; il dénichait une pierre des plus luminescentes et la pinçait fièrement ; une feuille écarlate se posait devant lui et il détalait jusque dans sa tanière en prenant soin de l'emmener avec lui. Jamais il ne laissait de carte de visite pour signer ses larcins comme l'aurait fait le célèbre Arsène Lupin, mais les empreintes qu'il gravait sur le sable le désignaient facilement comme l'unique auteur des multiples cambriolages.

Le brigand disait à qui voulait l'entendre qu'il ne le faisait pas exprès, mais qu'il ne pouvait pas s'empêcher de faucher tout ce qui brillait ou était imprégné d'une odeur particulière. Il était en quelque sorte « la pie voleuse des plages » et les humains ne le soupçonnaient pas.

Hulus était loin de l'ignorer et s'aventurait donc souvent près des humains qui transportaient des choses odorantes ou étincelantes fort intéressantes. Quand il ne les pillait pas sur la plage, il s'introduisait jusque dans leurs résidences, les campings, les hôtels, les voitures et bien sûr les maisons. Avec le temps, ses opérations étaient rodées ; il savait exactement comment entrer – dérober ce qu'il avait convoité – puis filer au plus vite avant de se faire repérer. Le chapardeur était agile et insouciant. Son seul défaut était de ne jamais se délester de ses trouvailles, aussi encombrantes qu'elles fussent. Quelles que soient les circonstances, il ramenait toujours son précieux butin et le mettait en scène dans sa grotte.

Dans son antre qui brillait de mille éclats, on pouvait découvrir quantité d'œuvres d'art : des bijoux, des vêtements d'humains, des jouets d'enfants humains aussi et des pierres multicolores, des brindilles, des feuilles et des tas de petits bouts de matières plastiques découpées par des pinces de maître. Contempler cette collection dans sa totalité pouvait bien prendre une petite heure si l'on s'attachait à regarder de près et le fripon arthropode souhaitait juste l'agrandir encore un peu pour en faire un musée. Pour cela, il devait encore ajouter quelques chefs-d'œuvre à sa galerie et élaborait toujours de nouveaux plans.

Un jour qu'il s'enfuyait avec un somptueux morceau de tissu aux couleurs éclatantes dérobé dans la chambre au rez-de-jardin d'un hôtel de luxe, Hulus n'eut pas d'autre choix que de traverser les cuisines du grand restaurant étoilé attenant pour s'échapper et regagner la plage. Mais un apprenti le vit et le poursuivit, armé d'une énorme cuiller en bois. Le crabe feignit ne pas voir que d'autres animaux marins plus morts que vifs foisonnaient sur les plans de travail et les frigos et tenta de naviguer en ligne droite, mais il se heurta à des pieds d'humains, des pieds de table et d'autres pieds encore qui l'auraient sûrement réduit en miettes si dans sa course le joli textile n'avait pas joué un rôle opportun. Alors que le crustacé se faufilait entre divers obstacles en tenant fermement son trophée dans l'une de ses pinces, l'élastique gainé dans la dentelle rougeoyante et cousue de fils dorés lui sauva pour ainsi dire la vie. Un des pieds assassins mordit sur l'extrémité de l'étoffe et le cleptomane fut aussitôt projeté au travers des cuisines comme une pierre aurait été lancée par une fronde habile. La chance accompagnait Hulus puisque la fenêtre était ouverte. Il atterrit presque sans heurt sur un tas d'algues abandonné sur la plage ; mais sa déception fut énorme : son magnifique paréo multicolore avait disparu.

Dans les cuisines, c'était la débâcle ! Une cascade d'ustensiles s'était répandue sur le sol carrelé, en même temps que presque toute une brigade. Apprentis, commis, serveurs et sous-chef trébuchèrent comme sur le circuit du Tour de France ; il avait suffi qu'un seul maladroit chute pour que tous se mettent à glisser les uns derrière les autres entraînant avec eux sauces, garnitures et mets délicats. Le Chef hurlait des propos détestables sur toute son équipe et les incapables tentaient péniblement de se relever, de nettoyer et de ranger tout le désordre qui avait suivi la boulette du crabe.

Le calme revenu après la tempête, le Chef exigea qu'on lui explique ce qui venait de se produire et quelle était la cause du lamentable accident qui aurait pu anéantir le service du jour. C'est alors que l'apprenti chargé du nettoyage du sol tendit « le responsable » au Chef, la tête baissée et un petit sourire naissant au coin des lèvres.

Le Chef saisit le morceau de tissu dans ses mains et devint soudain rouge de colère. Il écarquilla les yeux et s'adressa d'abord à l'apprenti, puis à toute sa brigade :
— Qui peut me dire ce qu'un string fait dans mes cuisines ?!
Tous baissèrent la tête et des rires commencèrent à fuser. Personne n'avait vu le crabe fugitif. Même l'apprenti qui l'avait poursuivi armé d'un torchon et d'une cuiller ne savait pas exactement ce qu'il lui avait semblé avoir vu et n'avait agi que par pur réflexe. Personne ne pouvait rien expliquer. Des suggestions abracadabrantesques commençaient à être formulées par les uns ou les autres ; chacun essayait de scruter le regard de l'autre y cherchant les traces d'une nuit agitée, mais personne ne soupçonna jamais un crabe voleur.

De son côté, Hulus était triste d'avoir été délesté de son tribut. Pour la première fois depuis des années qu'il piquait tout ce qu'il pouvait aux animaux comme aux humains, il n'avait pu rapporter chez lui le fruit de ses escapades. Si d'autres opérations de ce genre avortaient, il ne pourrait jamais terminer son musée. Totalement frustré même s'il savait combien il était risqué de retourner dans ces cuisines d'épouvante s'il ne voulait finir sur un plateau, grillé ou ébouillanté, entouré de mayonnaise, il se résigna puis rentra dans son écrin, à l'ombre du plus haut cocotier de son île paradisiaque.

***

— Madame, vous m'avez indiqué que vous aviez déposé votre bague de fiançailles vingt-quatre carats ornée d'un solitaire sur la table de nuit avant de prendre votre douche et qu'immédiatement après, celle-ci avait disparu. Confirmez-vous les faits ?
— Oui, monsieur l'inspecteur, et j'avoue n'avoir rien entendu. Je ne comprends pas ce qui a pu se passer.
— Laissez-vous toujours votre porte-fenêtre entrouverte lorsque vous prenez une douche ?
— Eh bien oui, pour aérer, mais je n'ai ouvert que de quelques centimètres comme à l'accoutumée. Et rien n'a bougé pendant ma douche, je peux vous l'assurer !

***

— Chef, vous ne pensez pas que ça fait beaucoup de vols sur la même zone géographique depuis une semaine ?
— Effectivement, c'est assez inhabituel. Tu penses que les jeunes de l'année dernière récidivent ou qu'ils auraient fait des émules ?
— Heu, non, Chef, je me demandais si on ne faisait pas fausse route et si ce n'était pas l'œuvre d'un petit couple de vieux qui auraient besoin de gonfler leur pension – Les EHPAD coûtent cher – ou de se payer un dernier voyage de rêve. Vous savez, comme dans « la croisière s'amuse » ?
— Mais bien sûr Francis, on va trouver le coupable grâce à une vieille série TV ! Dis-moi, ça ne serait pas plutôt l'œuvre d'une pie voleuse comme dans « les bijoux de la Castafiore » ?! On appelle Tintin à la rescousse ou on résout l'affaire à nous trois ?
— Oh moi, Chef, c'que j'dis, c'est qu'y'en a pas des masses des pies sur l'île...

***

Le vent commençait à se soulever et les touristes étaient rentrés chez eux. Hulus était bien triste. Il n'y avait plus autant de belles choses à dérober autour de sa grotte. Il trouvait de beaux cailloux certes, de splendides coquillages, des bouchons en plastique, des morceaux de métal scintillants... Mais plus autant d'objets étonnants que ceux qu'il subtilisait aux humains dans les hôtels et campings de sa plage. Comment allait-il achever son rêve et ouvrir son musée aux autres animaux ?

Il réfléchissait et signait le sable avec de magnifiques ellipses, comme une écriture automatique en guise de confession de ses crimes, tout en regagnant sa tanière à l'ombre du plus haut cocotier de l'île. Il rêvait de son musée quand, brusquement, une énorme noix de coco ballotée par les alizés se détacha et vint s'abattre de tout son poids sur le petit crustacé.

***

D'après ce qu'une étoile de mer m'a raconté, la gendarmerie locale n'a toujours pas trouvé la trace de la longue liste d'objets volés l'été dernier chez les plaisanciers. Elle n'a pas non plus mis la main sur le « gang des plages » et fait encore aujourd'hui la risée des insulaires.

Si vous avez un jour la chance de vous rendre sur l'île paradisiaque, cherchez un creux dans un rocher, à l'ombre du plus haut cocotier : vous trouverez peut-être le trésor du crabe Hulus !
699

Un petit mot pour l'auteur ? 449 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC  Commentaire de l'auteur · il y a
Je suis vraiment contente et vous remercie tous pour votre soutien & vos commentaires si sympathiques ♪ Très bon réveillon & à l'année prochaine ♫♪♫
P.S. : les Amis d'Hulus vous remercient également pour lui avoir rendu hommage ☺

Image de Daisy Reuse
Daisy Reuse · il y a
Je suis heureuse de découvrir Hulus car il n'est jamais trop tard pour faire des rencontres aussi imprévisibles et charmantes que ce délicieux crustacé en dehors de nos assiettes !
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Merci beaucoup M'dame, c'est bien sympa ☺ A+ ♫
Image de JHC
JHC · il y a
Félicitations RAC et Bonne Année :)
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Merci beaucoup Cher Ami ☺ Tous mes vœux également & à très vite sur nos pages ♫
Image de Maud Garnier
Maud Garnier · il y a
🌴🌴🌴☺😊
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Merci pour cette petite touche exotique, ça fait du bien ♪ Surtout que ça caille ferme ici ♫ A bientôt Maud ♪
Image de Farida Johnson
Farida Johnson · il y a
Très sympathique ce crabe esthète! Bravo !
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Ravie de lire qu'il vous a plu Farida ☺A+ ♪
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Avec une année de retard,..
Bravo pour le prix. Serres en cinq de ma part à Hulus, et des bises pour toi pour des voeux de bonne nouvelle année !

Image de Marie Van Marle
Marie Van Marle · il y a
Félicitations. Le pauvre Hulus a bien mérité un tel hommage.
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Oh magnifique, tu es Là ! bravo à toi, bises douces, belle année... Tu l'illumines déjà !
Image de Bruno R
Bruno R · il y a
Bravo RAC ! J'avoue ne pas vous avoir lu(e), mais je vais réparer dès que possible (ça fait partie de mes résolutions de nouvelles année) :) Mes meilleurs voeux pour 2022!
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
je suis toujours sous le charme de ce crabe .
Félicitations , RAC et bonne année !

Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Un crabe aux pincesd'or. Bravo !
Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Pierre-Hervé Thivoyon · il y a
Bravo pour ce succès mérité !

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Rêves

Pingouin

DIMANCHE
Bleu strié de vert,
Un chien,
Faisant tintinnabuler ses boucles d'oreilles-flacons de parfum,
Dévale l'avenue sur ses pattes arrière,
Pensif il médite sur la proposition de ... [+]