La moule sauvage

il y a
4 min
884
lectures
279
Finaliste
Jury

En Majeur ou en mineur, ces voyelles, ces consonnes,ces bémols et ces dièses s'entremêlent pour ne former au bout du compte qu’un seul tableau ou les couleurs sombres et claires se disputent au ... [+]

Image de Grand Prix - Printemps 2021
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Sur le port de Saint-Vaast-la-Hougue, la nuit tombée depuis longtemps avait emporté son flot de touristes loin de la marée haute. Il était 23 h 30. Les travailleurs de la mer pouvaient vaquer à leur occupation favorite en ce mois de juillet ensoleillé : la pêche à la moule sauvage...
La flottille lâchée se ruait alors gaiement et dans un grand désordre en direction des gisements de Réville et Barfleur...

Frédérik, jeune patron pêcheur quadra, appartenait à cette flottille insolente pressée d'en découdre avec ces mollusques sauvages. Il menait son navire et ses marins d'une main de velours protégée par un gant de fer !
Le quai passé, plus rien n'existait pour ce patron pêcheur. Son navire, le brise-glace, laissait alors les lumières du port s'évaporer dans la brume naissante. La proue pouvait alors s'en donner à cœur joie et briser les vagues...
Avant la tempête, les quatre marins passaient le temps comme ils pouvaient : le second s'abreuvait d'une bière, les autres de café. Le gisement à une heure de mer laissait ce temps aux marins de s'affaisser sur leurs couches en s'octroyant le temps de repos nécessaire avant de batailler pendant de longues heures...

À 1 h 15, Frédérik mit son bateau à l'arrêt ; son sonar lui indiquant un banc de moules sauvages. La drague rentra alors en action et le brise-glace fit parler ses chevaux. Le premier trait s'effectua en un rien de temps. La drague s'ouvrit de coquillages et autres poissons s'éparpillant sur le pont dans un grand fracas.
Il fut temps pour les marins de se rendre à la tâche... Dans l'ordre et en musique puisque le patron pêcheur avait converti depuis des années son équipe aux clés de sol, fa et ut...
Savante ou folklorique, la musique égayait ces moments de travail ou les corps rincés sous les vagues, se noyant sous les mollusques, n'aspiraient qu'à un retour à quai dans les plus courts délais...

L'œuvre choisie ce jour et diffusée grâce à deux haut-parleurs savamment disposés sur le pont n'était autre que l'ouverture de Tannhäuser de Richard Wagner sous la direction de Christian Thielemann, accompagné de l'orchestre philharmonique de Munich.
Les ouïes de nos marins sous le charme apprécièrent et le triage, lavage et conditionnement dans des sacs de quinze kilos de nos moules s'en trouva bonifié sous la baguette du patron musicien passant du 2/2 au 4/4 avec une grande rigueur et une certaine dextérité...

En deux traits, le quota fixé à 1,8 tonne fut atteint. La drague avait fait son devoir en raclant et détruisant les bas-fonds de mer. Ne restait qu'à rentrer au port et à débarquer. Laver à grande eau le pont ; passer par dessus bord les derniers coquillages égarés ; se partager les divers poissons pris au piège de l'engin redoutable ! La nuit était belle malgré quelques nuages masquant la pleine lune.
La houle s'était levée et le vent de nord-ouest force 3 annonçait un changement de temps. Après trois semaines de mer sous des flux de sud et des températures rarement atteintes dans la presqu'île du Cotentin, il allait falloir se résoudre à des conditions de mer plus dures !
Tout en musique, les marins n'avaient cure de ce changement de temps et œuvraient à leurs tâches respectives. José, marin engagé sur le tard, s'évertuait en cette fin de nuit à rendre le pont façon piste de danse afin que la valse à mille temps brille de mille feux lors de l'arrivée à quai.
Mal lui en prit : un coup de vent inopportun le transforma en pauvre patineur ne maîtrisant plus la glace. Il se retrouva face à la drague soumise à la force des vents et butant joyeusement sur la poupe du navire... Afin de ne pas finir à terre façon poisson, il posa sa main gauche sur la lisse. Dame drague n'eut aucune pitié : elle vint s'écraser sur la main gauche du marin. Un hurlement plus loin, un geyser d'hémoglobine inondait le pont du brise-glace ! José, submergé par la douleur comme un pantin désarticulé, se plia en deux et s'affaissa sur le pont plus mort que vif.
— Arrose, arrose, hurla-t-il au mousse qui versa de l'eau salée avec sa lance pompier avec force !
Les hurlements du blessé eurent raison de l'innocence du mousse. On ne cautérise pas une plaie avec de l'eau salée ! Les marins s'empressèrent en direction de la cabine du patron pêcheur. Celui-ci, un casque sur les oreilles, regardait un Tex Avery à la télé. Il lui fallut quelques secondes avant de revenir à la réalité...
José fut conduit en fond de cale, un bandage de fortune sur sa main estropiée. Au loin, la lueur bienfaitrice du phare de Barfleur. Sur le quai, les pompiers impassibles et prêts à prendre en charge ce colis d'infortune...
Au CHR de Cherbourg, à 5 h 30, il n'y avait pas foule ! José fut pris en charge dans les meilleurs délais et l'interne de garde le rassura très vite : « vous avez eu beaucoup de chance ; seul votre annulaire est écrasé. Vous devriez le récupérer... »
Elle termina sa consultation par un tonitruant : si vous avez besoin de me revoir, vous demandez Madame Roc... Comme Rock'n'roll !
José avait ri malgré la douleur ! Quelque cinq minutes plus tard, une aide-soignante déposait un plateau-repas auprès du marin pêcheur : Un café noir, et deux croissants... (c'est aussi cela le service public).
Au loin, les dernières mesures de Tannhäuser se perdaient dans la brume... Une page d'histoire était passée...
279

Un petit mot pour l'auteur ? 86 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas  Commentaire de l'auteur · il y a
Avant que mes pauvres moules ne finissent avariées et afin de vous éviter une gastro. coton, je vous sollicite afin de me débarrasser de ces encombrants mollusques dont les effluves ne cessent de me prendre le nez ! Pour deux litres achetés : le troisième gratuit...
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Très prenant... La mer, la musique, des moules... on s'embarquerait presque pour Cythère, et on débarque pas loin du cimetière... Entre temps, on partage le rude métier des destructeurs de la mer, en se disant, et oui... bien sûr, mais il en faut, pourtant... mais à force, on vas les retrouver avec les moules à zéro... Cela dit,
Lièvre au sang,
À pleine dents
Moules au sang
Pire qu'Ouessant!

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
J'ai souffert autant que cet équipage au son de Tannhäuser. Belle description du dur métier de naufrageur des fonds marins 😁
Image de Line Chatau
Line Chatau · il y a
Belle description du travail des marins. On pourrait se croire avec eux sur le pont à trier les moules et tout cela avec une touche d'humour! Bravo, grâce à vous j'ai passé un bon moment de lecture
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Pour le mal de mer : la racine de gingembre. J'ai testé, c'est très efficace.
Bon dimanche.

Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Bon, pour le bon moment de lecture, soit ! Quant au triage des moules sur une piste de danse ballottée au gré des vents, êtes-vous toujours partante ?
Image de Line Chatau
Line Chatau · il y a
Euh...non ! :-)) J'ai mal au coeur sur un bateau!... Vous remarquez, cher Blackmamba, que j'ai écrit "se croire". On n'est jamais trop prudent! Je suis ravie néanmoins de lire vos textes!
Image de Nelson Monge
Nelson Monge · il y a
Un brillant hommage à toute cette région et à ceux qui la font vivre.
Image de Ray dit Kourgarou
Ray dit Kourgarou · il y a
Haha ! En qualité d'ancien marin (pas de pêche mais de la Royale) j'ai apprécié ce texte et son humour même si quelques situations et termes sont un peu "exotiques". Je suggère par exemple 's'affaler dans leur cabane' plutôt que 's'affaisser sur leurs couches' dans la phrase " Le gisement à une heure de mer laissait ce temps aux marins de s'affaisser sur leurs couches...". Sur un navire militaire c'est la 'banette'.
Et comme le dit si bien l'expression : "Ah, l'amoul', toujours l'amoul..."
Quant à moi :
À la pêche aux moules, moules, moules Je ne veux plus y aller maman Les gens de la ville, ville, ville M'ont pris mon panier maman Les gens de la ville, ville, ville M'ont pris mon panier maman
...
...
À bientôt l'ami. ✋
RdK.

Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Et pendant ce temps là, le phare d'Eckmoule s'en déguste une marmite... avec une banette, pas trop cuite, mais rigide, mie moelleuse, croûte craquante... Maque plus que le calandos... et le bon vieux Cambusard (celui des roseaux,évidemment) ;-)
Image de Laurence Debril
Laurence Debril · il y a
Je ne découvre votre texte que tardivement, mais j'aime beaucoup, bravo!
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Mieux vaut tard que jamais...
Merci Laurence.

Image de Ninn' A
Ninn' A · il y a
mis à part que je n'apprécie pas la musique de Wagner... le récit de cet accident qui aurait pu être tragique, teinté d'humour et d'hémoglobine est très sympa
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Merci d'avoir apprécié Jeanne...
Image de Mireille d agostino
Mireille d agostino · il y a
Une pêche aux moules qui se termine mal mais bonne chance pour la finale !
Image de Blackmamba Delabas
Image de Granydu57 Ww
Granydu57 Ww · il y a
Pèche d'il y a 5 mois, moules oubliées, heureusement que les écrits restent frais. Une belle page maritime.
Mes 5*****

Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Merci Granydu57. Si intoxication alimentaire, contactez-moi...
Image de Granydu57 Ww
Granydu57 Ww · il y a
Hum ! pas sur, Doc Blackmamba, un sorcier de la bas au milieu de nulle part et sans 5G, mort assurée.
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Avec une potion à base d'Artémisia annua, il n'y paraîtra plus...
Image de Granydu57 Ww
Granydu57 Ww · il y a
Hum ! moi pas avoir confiance dans cette plante 😒
Image de Carl Pax
Carl Pax · il y a
Une petite excursion nocturne qui tourne au vilain, heureusement tout se termine (à peu près bien) avec croissants et café :) J'ai mis la musique en fond pour animer les vagues, et j'ai été tranquillement et agréablement porté par votre récit, du coup j'ai été surpris par le rebondissement hémoglobinique ! :))
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
J'aime beaucoup : "la musique en fond pour animer les vagues"
Merci Carl de votre lecture...

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Billy

JB Correges

Dylan en fond sonore, je me réveille enfin, murs miteux pour lit miteux, hôtel deux-étoiles qu'il disait. Odeur de tabac froid et lumière verdâtre, je sors du lit avec un mal de tête à ... [+]