La chose dans le jardin

il y a
4 min
350
lectures
41
Qualifié

J'écris de la poésie dans un style sombre, fantastique ou psychédélique. Mes auteurs préférés sont Baudelaire et Théophile Gautier. J'aime quand la poésie emmène ailleurs, dans une autre ... [+]

Image de 10 ans - 10 ans
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Nous étions en avril. Le confinement avait jeté sur la ville un linceul de silence. Le soleil illuminait les toits endormis et la nature exhalait ses rayons de couleurs sur les maisons en deuil.
La solitude et une certaine oisiveté m'avaient rendue attentive au moindre détail. Quand je sortais dans mon jardin, j'aimais observer l'herbe qui était remplie de pissenlits et de pâquerettes formant un magnifique tableau jaune et blanc qui m'éblouissait le regard. Je respirais et ressentais une sérénité que je n'avais jamais éprouvée auparavant.
Un matin, alors que je sortais prendre mon bain de soleil quotidien, mon regard fut attiré par quelque chose d'inhabituel et d'étrange. Une magnifique fleur bleu électrique ressemblant à un grand coquelicot trônait fièrement au milieu de ma pelouse. En haut de sa tige se dressaient deux grandes feuilles semblables à des ailes d'oiseaux revêtues de fougères qui lui donnaient l'allure d'une fée. Je m'approchai et fus également troublée par son odeur sucrée et piquante qui me fit penser à du pain d'épices. Fascinée par cette apparition qui avait quelque chose de magique, je décidai de prendre soin de cette fleur atypique. Je l'arrosais, retirais les mauvaises herbes qui l'entouraient et lui parlais chaque jour. C'était ma fleur.
Une nuit, je fus soudain réveillée par une étrange lumière bleue qui filtrait sous le volet de ma chambre. Je pensai, tout d'abord, à la lune, mais le rayonnement était bien trop fort pour que cette explication fût plausible. N'arrivant pas à me rendormir et décidant d'en avoir le cœur net, je me levai et ouvris le store. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que cette luminosité émanait de ma fleur qui était phosphorescente ! Abasourdie et légèrement effrayée par cette singulière vision, Je refermai et me recouchai rapidement en essayant de me convaincre que j'étais tout simplement en train de rêver. Et, en effet, quand je sortis à nouveau la tête de la couette, tout semblait revenu à la normale. Je pus ainsi me rendormir.
Je me levai vers huit heures avec une légère sensation d'angoisse dans la gorge, mais je ne repensai plus à l'étrange phénomène qui m'avait réveillée la nuit. Cependant, un peu plus tard, en ouvrant le volet du salon qui donnait sur le jardin, je vis que des petites fleurs bleues en forme de papillons avaient poussé autour de ma fleur. Je sortis dehors, l'air était rempli de cette odeur incroyable de pain d'épices. Je me sentais comme enivrée, attirée, et je décidai de goûter à l'une des petites fleurs. Elle avait un goût de miel et de gingembre que je trouvai délicieux. J'en mangeai une, puis deux, et jusqu'à une bonne dizaine. Je ne trouvai rien d'extravagant à cela car je savais que beaucoup de fleurs étaient comestibles comme les roses ou les coquelicots.
Je recommençai ce rituel tous les jours, sans pouvoir me contrôler. C'était devenu comme une drogue.
Environ une semaine plus tard, alors que je sortais de la douche, j'aperçus une petite tache bleue sur mon poignet. Au début, je n'y prêtai pas grande attention pensant que j'avais dû me cogner contre un meuble. Je vaquai donc normalement à mes occupations. Je préparai, comme chaque jour de la semaine, les cours à distance que je devais transmettre à mes élèves via l'espace numérique de travail du collège dans lequel j'enseignais depuis quelques années. Cela faisait déjà un mois que nous étions confinés. Cette situation me convenait plutôt bien. J'étais quelqu'un de solitaire, et depuis quelques temps, les sorties entre amis ne m'intéressaient plus trop.
Un peu plus tard dans la journée, m'étant posée sur le canapé pour lire un peu, je jetai à nouveau un œil à mon poignet. En examinant la tache de plus près, un détail m'intrigua, je lui trouvai la forme d'une feuille de fougère. Je me persuadai que mon imagination me jouait des tours, et m'efforçant de ne plus y penser, je me plongeai dans la lecture.
Les jours passèrent, et un matin, j'eus l'impression que la tache en forme de feuille s'était étendue. Un sentiment de crainte m'envahit, mais un coup de fil de ma mère qui s'inquiétait beaucoup pour moi me ramena à des préoccupations plus rationnelles.
Le lendemain, la tache avait encore progressé recouvrant presque tout mon avant-bras. Une immense terreur s'empara de moi. Je compris que cette chose grandissait et grimpait le long de mon bras. Je repensai alors à ma fleur, à la nuit où j'avais vu sa lumière phosphorescente, à l'odeur de pain d'épices et à toutes les fleurs que j'avais mangées... J'étais victime d'un empoisonnement ou d'un envoûtement, et ma fleur en était responsable. J'en étais désormais persuadée.
Je restai un moment étourdie, paralysée par la peur, puis me retrouvai agenouillée dans le jardin en train d'arracher toutes les fleurs dont celle qui m'avait fait penser à une fée et que j'avais adoptée. Mes mains me brûlaient. Je les regardai et vis qu'elles étaient couvertes de griffures.
Je courus à la salle de bain pour me les laver, et en levant machinalement la tête vers le miroir, je m'aperçus que mon visage était recouvert d'une arborescence verdâtre. Les doigts tremblants, je déboutonnai mon chemisier et constatai avec épouvante que le phénomène se répandait partout et que des bourgeons étaient en train d'éclore sur mon corps qui se changeait en plante grimpante. Je ne sais si quelqu'un a déjà ressenti une telle terreur. Mon cœur battait tellement fort qu'on aurait dit qu'il allait s'expulser de ma poitrine. J'avais mal à la gorge et ne pouvais plus respirer. Je suffoquais. Horrifiée, je perdis connaissance.
Je me réveillai au milieu du jardin. Il faisait froid comme un matin d'hiver. L'aube était en train de se lever, spectrale, dévoilant ses voiles roses et orangés. Je soufflai alors sur mes mains pour les réchauffer et une chose extraordinaire se produisit. Une vapeur bleue sortit de ma bouche. On aurait dit que toute mon énergie vitale était en train de s'échapper de mon corps. Puis, le nuage évanescent monta lentement dans les airs en dessinant une silhouette féminine en efflorescence.
Et je restai là, immobile, à la fois sidérée et fascinée, à contempler la merveilleuse apparition s'élever et se fondre dans le soleil levant en laissant tomber derrière elle une pluie de fleurs bleues.
41

Un petit mot pour l'auteur ? 67 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Gérard Jacquemin
Gérard Jacquemin · il y a
Très belle histoire. Vous pourriez aussi goûter à la capucine au calice somptueux et au goût délicatement poivré.
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Merci Gérard pour le commentaire et les suggestions. Miam, miam, j'en salive d'avance...
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Beaucoup de sensibilité et de délicatesse dans ce récit qui garde son mystère.
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Merci Mome pour cette appréciation. Oui, j'aime laisser planer un certain mystère pour que le lecteur laisse libre cours à son imagination...
Image de Aldo Rossman
Aldo Rossman · il y a
Chez vous le bleu semble être la couleur de la mort, mais c'est une mort subtile, rayonnante, parfumée. On adorerait s'évaporer de cette façon-là.
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Un grand merci pour ce magnifique commentaire inspiré et poétique qui résume subtilement l'âme de mon texte. Je suis très touchée par votre interprétation.
Et oui, bien vu, j'aime colorer mes textes de ce bleu létal au parfum féerique qui peut être à la fois maléfique et envoûtant...

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Bravo pour cette nouvelle poétique, sombre et lumineuse à la fois.
Très bon choix que de conclure sur un soleil levant !
Note pour moi-même : ne pas manger de fleurs en avril... Quoi que...

Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Merci Julian pour cette belle appréciation. Oui, j'aime mêler à l'obscurité fantastique de la lumière et de la magie.
Et en effet, je partage votre hésitation...

Image de Anita Cambreri Peintre Naif
Anita Cambreri Peintre Naif · il y a
Un ravissement, il m'en est venu un gout de miel et une odeur de poésie bravo!
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Merci Anita pour votre appréciation. Je suis très touchée, et venant de vous, je sais que c'est sincère.
Image de Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Une métamorphose emplie de poésie Angie !
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Merci beaucoup Michel pour cette belle appréciation qui me ravit. Le côté poétique compte beaucoup pour moi.
Au plaisir d'échanger à nouveau avec vous.

Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Un récit bien mené, qui nous connecte aux harmoniques de l’angoisse et de la curiosité.
Si vous aimez les histoires de fleurs envahisseuses, je peux vous conseiller mon récit « L’étrange invasion », vieux texte hors concours visible sur ma page.

Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Merci Eddy pour votre appréciation. Je suis très heureuse que vous ayez atterri sur ma page car apparemment nous avons un imaginaire fantastique et une vision de l'horreur cosmique assez proches.
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
C’est bien là pourquoi je porte de l’intérêt à vos créations.
Et je m’aperçois maintenant que j’avais oublié de voter.

Image de Jeanne
Jeanne · il y a
"La chose dans le jardin", une étrange créature tombée du ciel, une chose qui la rend tout chose, une fleur bleue extraordinaire à qui la jardinière prête bien des vertus, lui prodigue des soins, lui consacre du temps et de l’importance. « C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante. »
Fleur du bien ou fleur du mal, baume au cœur ou bleus à l’âme… Une fleur envoûtante qui embaume l’air de senteurs sucrées, une fleur luminescente qui prend de l’ampleur, envahit tout l’espace, s’immisce dans son corps, s’imprime dans ses pensées, s’imprègne jusque dans les pores de sa peau. Un rêve, une merveilleuse apparition qui se transforme en cauchemar ambulant déambulant au jardin puis La chose disparaît, d’un souffle de vie s’évanouit comme par magie, par enchantement. Un récit empreint de poésie et de mystère aussi. Tous mes vœux Angie pour la suite des événements.

Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Merci, Jeanne, pour cette fine analyse à fleur de mots empreinte d'une sensibilité littéraire exceptionnelle. Vous savez percevoir l'âme et la moindre subtilité d'un texte. Rien ne vous échappe comme si vous aviez un sixième sens et, de ce fait, votre interprétation est profonde, magique et poétique. J'en suis extrêmement touchée et honorée.
Merci aussi pour cette magnifique citation extraite du petit prince, et au plaisir de vous croiser à nouveau dans nos univers poétiques hors du temps.

Image de Léo Olé
Léo Olé · il y a
C'est très bien écrit et magnifiquement bien articulé.
Bravo Angie Blue.

Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Merci Léo pour votre appréciation. C'est ma première nouvelle fantastique.
Et merci de toujours prendre le temps de venir me lire. Ça me touche beaucoup, et si un jour vous ne veniez plus, j'en serais très attristée.

Image de Léo Olé
Léo Olé · il y a
Cela me touche beaucoup.
Vous êtes vraiment un ange.
Merci du fond du coeur.