La cabane

il y a
2 min
2 018
lectures
290
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

La description très soignée de cette cabane permet à l'auteur d'évoquer l'enfance du narrateur, et de dresser le portrait du "père". Un homme

Lire la suite

Metteur en scène-auteur vivant à Saint-Malo. A publié "Une belle poignée de cerises" chez Paroles de Lorrains et "Des Nouvelles de Saint- Malo" chez Boule de Rêves Éditions.

Image de Grand Prix - Hiver 2022
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Une fine pellicule de givre recouvre les plants de chou rabougris par l'hiver. Une lumière pâlotte effleure les mottes de terre. C'est un matin de décembre aux odeurs de neige, avec sa goutte au nez et son froid mordant ; les ombres timides effacent les contrastes. D'octobre à mars, on se les gèle dans ce pays des trois frontières. Entre Allemagne, Belgique et Luxembourg, ce coin de Lorraine gémit comme un paillasson piétiné par l'histoire.
Tout au bout de l'allée qui coupe le jardin en deux parties égales, la cabane grelotte entre ses planches disjointes. Avec ses lattes de bois couvertes de moisissures, elle a l'allure d'une masure de conte fantastique, toute décorée de toiles d'araignée et entourée d'herbes hautes. On imaginerait sortir de ce désordre poussiéreux des bestioles effrayantes à poil gris et yeux rouges. Au lieu de cela, un chaton tout blanc miaule désespérément en cherchant sa mère. Des tôles mal ajustées et recouvertes de mousse servent de toit. On peut y entrer en poussant un battant de bois tenu par une chaîne et un cadenas sans clé. Un grincement rappelle qu'il n'est plus là, celui qui graissait les gonds.
Ça sent l'abandon et l'absence. Le temps a recouvert les outils de son linceul. Sur le manche de cette hache que l'homme a mille fois serré dans sa main, l'eau tombée du toit a creusé de minuscules sillons où des insectes se régalent. Le goutte-à-goutte dure tout l'hiver. La pluie s'infiltre par les interstices du toit pour créer sa musique. Ça ploc, ça bling, ça tintinnabule. Lorsqu'un rai de lumière filtre à travers les planches, les outils de jardin brillent encore comme les cuivres d'un orchestre symphonique. Accrochés à un clou rouillé, les ciseaux qui coupaient la vigne rappellent ces après-midi de septembre baignés de soleil. On tenait à deux mains les grappes lourdes et chaudes, puis on goûtait les premiers grains. Un jus sucré coulait dans notre gorge. Un signe du père indiquait que les vendanges pouvaient commencer. Sur une chaise désarticulée sont restés trois sachets de semence de concombres. Nous en raffolions. À la fin de l'été, il n'était pas rare de surprendre les quatre enfants de la famille accroupis dans les allées, se régalant en silence du goût doux-amer de ce légume ; on n'entendait que les craquements que produisaient les concombres sous la dent. Des odeurs d'essence et d'huile entourent une tondeuse désormais immobile. Les bidons sont ouverts ; l'homme est parti sans avoir le temps de remettre de l'ordre dans tout cela. Une scie à bois exhibe ses dents cariées, la rouille s'effrite sous le doigt avec des picotements désagréables. Tout ici parle de travail. Le travail bien fait : c'était la religion de l'homme absent. Un rabot, un niveau, des marteaux, un étau, des pinces, une perceuse, des règles et des équerres ; tout participe de l'accomplissement. Quand la pauvreté a pris sa place dans la maison comme une épouse mal choisie, il reste ça pour exister. Le travail bien fait, comme une justice supérieure. Un souffle de vent passé par le toit bouscule une faucille en équilibre sur un marteau. Le mouvement est gracieux, on dirait qu'ils dansent. C'est charmant. En l'absence de l'homme, les éléments s'inventent une vie. Avec le vent, l'air, la lumière, les ombres et les bruits, rien ne meurt, tout revit.
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

La description très soignée de cette cabane permet à l'auteur d'évoquer l'enfance du narrateur, et de dresser le portrait du "père". Un homme

Lire la suite
290

Un petit mot pour l'auteur ? 153 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Kruz BATEk Louya
Kruz BATEk Louya · il y a
Un texte qui bien envie de lire, puis re.. relire!
Bravo

Image de Vincent Spatari
Vincent Spatari · il y a
Merci à vous...
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Bonjour Vincent, une écriture maîtrisée et une mélancolie certaine dans ce court texte. Il me manque personnellement un peu d’histoire, une tension ou une découverte de cette famille / du narrateur pour m’emporter plus loin.
Mes salutations,

Image de Vincent Spatari
Vincent Spatari · il y a
Merci Daënor. C'était un exercice concentré sur le lieu.... Bien à vous.
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Dans ce cas, beau travail !
Image de A. Sgann
A. Sgann · il y a
Bonne finale
Image de Vincent Spatari
Image de suzanne cardin
suzanne cardin · il y a
Beau texte avé de belles descriptions! Bravo!
Image de Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Une vie passée comme un souffle. Reste le vent, l'air, la lumière, les bruits et les ombres comme des fantômes agrippés aux lieux.
Image de Vincent Spatari
Vincent Spatari · il y a
"le vent, l'air, la lumière, les bruits et les ombres" elle serait donc là la vie éternelle? Merci Michel...
Image de Maria Angelle
Maria Angelle · il y a
Vraiment joli et touchant.
Image de Vincent Spatari
Image de Bruno R
Bruno R · il y a
Bonne finale Vincent!
Image de Vincent Spatari
Image de Nadege Del
Nadege Del · il y a
Jolie écriture. J'aurais aimé pouvoir continuer à lire pour mieux connaître les anciens habitants.
Image de Vincent Spatari
Vincent Spatari · il y a
Merci Nadège...
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Mon soutien renouvelé à cette cabane abandonnée et bonne finale Vincent !
Image de Vincent Spatari
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Un texte très poétique qui donne vie à ce qui semble depuis longtemps oublié.
Merci Vincent pour ce moment en suspens.

Image de Vincent Spatari
Vincent Spatari · il y a
Merci à vous Marie...

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

J'ai appris...

Vincent Spatari

J'ai appris à marcher dans les pas de ma mère. Elle avançait vite. C'est qu'elle n'avait pas que ça à faire. Faire était son maître mot. Le mot de son maître, devrais-je dire. Faire à mange ... [+]