L'inconnue du tram

il y a
2 min
425
lectures
43
Qualifié

J'écris pour les autres, pour être lu, pour le plaisir d'étonner ou d'amuser. Si vous me faites cet honneur, je vous en remercie par avance.

Image de Grand Prix - Hiver 2016
Image de Très très courts
Elle monte.

Instantanément, j’évalue la probabilité pour qu’elle s’assoie face à moi.
Vingt-neuf sièges libres. Mais deux groupes de trois hommes. Elle n’osera pas les côtoyer. Pas dans cette petite robe, qui ne dérobe à la vue que le strict inconvenant.
Deux autres groupes de sièges bloqués. Restent cinq banquettes jumelles. Dont une face à moi.
Une chance sur cinq.
J’essaie de pêcher son regard. Juste l’aumône de ses yeux.
Perdue. Non.
Elle échoue face à moi. Trois mètres. Deux fauteuils. A peine une longue table de cuisine. Un cagibi. Autant dire un continent.
Une banquise.
Une fine bretelle rose escalade la colline d’ambre de son épaule. Sans cesse retombant. Remontée à l’infini. Tic féminissime. Appel réitéré à l’œil qui se déroberait.
Pourquoi elle ? La plage de Maguelonne déborde de corps offerts. Internet s’asphyxie de chairs innombrables. Toutes inaccessibles. Pas plus qu’elle. Si. Bien plus qu’elle.
Elle, est entrée dans mon réel. Dans mon tram. Dans mon wagon. Dans l’ininterrompue litanie de mes espoirs. Tout sera de sa faute. Ou rien.
Comment feraient ils, eux ? Les « Brad », les « Marlon », les « Rudolph »...
Sorti d’Hollywood, on fait moins les malins. Ici, les tramways ne se nomment pas désir.
Si. Le mien, si.
Elle joue avec ses cheveux. Engloutit deux appuis-tête dans une marée brune. Tentative de séduction. Ou pas.
Déjà deux stations. Quatre avant le terminus. Combien avant son terminus ? Minus. Je suis un love minus.
Mon pote Ari lui aurait déjà parlé trois fois. Ou Pierre. Ou n’importe lequel des douze mecs qui l’ont interpellé depuis ce matin. Sans succès. 89% des femmes détestent qu’on les aborde sans arrêt. Et 99% sortent, couchent ou vivent avec des hommes qui les ont un jour abordé...
Ne pas devenir comme les autres. L’intrus, l’agresseur, le prédateur. Rester un type bien. Un charmeur. Un gentleman. Un timide.
Un con.
Comme un phare, je balaie son visage de mes rayons oculaires. Si tu dois toucher une côte, que ce soit une des miennes. S’il est une crique où tu dois mouiller... Non ! Non, non. Gentleman.
Con, mais gentleman.
Elle m’a souri !
Juste avant de descendre... elle m’a souri...

Elle s’efface, rendue à la rue.

J’évalue mon niveau de connerie sur l’échelle de Richter : sept et demi... neuf...
Douze. Définitivement douze. Un tsunami de bêtise.
Ne plus prendre le tram. Ne plus penser à elle. Ne plus penser aux autres.

D’ailleurs, ne plus penser.
Si. Penser à agir.
Tiens, penser à virer ce con de Brassens de mon lecteur MP3...
«...je veux dédier ce poème,
A toutes les femmes qu’on aime,
Pendant quelques instants, secrets... »
Ta gueule.

43

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !