Journal d'un flic

il y a
4 min
1 039
lectures
686
Lauréat
Public

Je suis conteuse, slameuse nouvelliste, auteur dramatique et… depuis peu, romancière. Même si certains de mes textes sont de sombre tonalité, je suis plutôt portée à voir le bon côté et ... [+]

Image de Grand Prix - Printemps 2022
Image de Nouvelles

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Mercredi 27 avril 2022
Elle a encore fichu le camp ! Elle exagère : elle n'arrête pas de fuguer, depuis quelque temps, et je ne peux rien faire d'autre qu'attendre qu'elle revienne de son plein gré ! Vous ne m'imaginez tout de même pas en train d'aller demander un avis de recherche à mes collègues : « Ben voilà, les gars, j'ai un problème avec mon ombre qui n'arrête pas de se barrer... » Déjà que je passe pour un peu barjot... C'est pour le coup qu'on me flanquerait la camisole.
Bref, mon ombre s'est fait la malle. Cette nuit. Et elle n'est jamais restée aussi longtemps dehors toute seule.
D'habitude, elle va, vient, s'attarde quelques dizaines voire quelques centaines de mètres. La semaine dernière, elle s'est même laissée tenter par un joli petit lot, dans la rue, et n'est revenue que deux heures plus tard. Mais sa toute dernière fugue est autrement plus inquiétante. On était tous les deux en train de planquer, quand elle m'a quitté.
On surveillait un de ces petits voyous minables, moitié maquereau, moitié dealer dans une impasse pourrie et puante. Je somnolais dans une bagnole banalisée quand, soudain, il y a eu de l'animation derrière les rideaux du deuxième étage. « Faut y aller... » que je me suis dit sans bouger. « Faudrait vraiment y aller » que je me suis répété plusieurs fois, sans arriver à me décider. Et c'est alors que j'ai vu mon ombre apparaître en plein milieu de la rue, la traverser et s'arrêter sur le trottoir d'en face.
Ça m'a fouetté les sangs, vous pensez !
Je suis sorti silencieusement de la tire : « Attends-moi ! » que j'ai chuchoté. Bernique ! Elle a repris sa marche, moi derrière elle, alors que ça aurait dû être le contraire, et elle a glissé sous la porte d'entrée du petit immeuble. Je ne pouvais pas en faire autant, évidemment, et comme la serrure était verrouillée, il ne me restait plus qu'à retourner dans ma caisse en attendant la suite.
Elle a été houleuse, la suite !
Il y a eu des bruits, des cris, une cavalcade dans les escaliers de l'immeuble, et j'ai vu débouler trois quidams parmi lesquels se trouvait mon dealer. Ils sont restés sur le trottoir à regarder en l'air vers la fenêtre éclairée en se frottant les abattis. Moi, tout ratatiné sur ma banquette, je priais le ciel pour passer inaperçu.
Au bout de quelques minutes, un costaud est sorti à son tour, l'air furibard ; il pissait le sang. Il a fait un signe, et tout le monde a embarqué dans une vieille R18 des années 80 qui venait de sortir de nulle part.
La porte de l'immeuble s'étant refermée derrière eux, je n'ai pas pu monter voir ce qui s'était passé dans l'appartement... Je suis resté dehors toute une partie de la nuit, plein d'espoir : « Puisque c'est fini, que je me disais, elle va revenir. ». Mais à cinq heures du mat', elle n'était toujours pas de retour ; alors je suis rentré et depuis, j'attends...
J'attends...

Vendredi 29 avril 2022
Dieu soit loué, je l'ai retrouvée... Enfin, pas tout à fait, mais je sais au moins où elle est. Le problème, c'est qu'elle ne peut pas me rejoindre et que je ne peux rien faire pour la récupérer ; du moins dans l'immédiat.
C'est hier après-midi que j'ai su. En retournant au boulot. N'empêche que je me sentais à poil sans mon ombre ; parole !
Heureusement que le temps était couvert : juste ce qu'il fallait pour camoufler ce qui clochait chez moi !
Heureusement que l'éclairage du commissariat était suffisamment diffus pour noyer ma « non-ombre » dans les ombres indistinctes de mes collègues.
Heureusement, en fait, que personne ne s'intéresse à moi... Jamais... Nulle part...
Michaut m'a tout de suite convoqué dans son bureau :
— Alors, Joseph, ce rapport ? qu'il m'a dit assez furax.
— Le voici, chef, que j'ai répondu en lui tendant deux feuillets.
Je sentais bien qu'il était en pétard et je le comprenais : je n'avais pas filé les fuyards, je n'avais pas demandé de renforts...
— Bref, qu'il a conclu, VOUS avez roupillé dans NOTRE véhicule au lieu de faire VOTRE boulot ! 
Ce n'était pas tout à fait ça, mais comme je pouvais difficilement lui raconter ce qui s'était vraiment passé, j'ai baissé la tête et je l'ai laissé m'engueuler... Puis il a appelé Dorion et Flogil, et nous a envoyés perquisitionner l'appartement ; il pensait que la chance serait peut-être là pour suppléer ma « négligence ».
Je l'ai tout de suite vue en entrant, mon ombre !
Curieux que les autres n'aient rien remarqué !
Elle était contre la porte en pin massif d'une penderie Conforama...
Fixée par un sacré surin qui aurait pu traverser le gros Flogil de part en part...
J'ai tendu la main pour arracher la lame et la libérer...
— T'es pas fou, non ? C'est une pièce à conviction ! a braillé Flogil.
— Pas touche, mon pote ! Tu vas saloper les empreintes ! a aboyé, à son tour, Dorion.
Alors je me suis contenté de noter, sous leur dictée, les premières constatations : il y avait eu, de façon fort évidente, une bagarre ; les meubles avaient été bousculés, du sang avait coulé... Mais où étai(en)t « le » ou « les » blessés, peut-être même « le » ou « les » mort(s) ?
Puis Flogil a bigophoné à la maison et on nous a ordonné de rentrer. Les experts allaient arriver avec leurs appareils photo, leurs pinceaux, et leurs sachets plastiques étiquetés...

Mon ombre me rejoindra-t-elle quand elle sera enfin libérée ?
Sera-t-elle en mesure de le faire, malgré cette affreuse blessure ?
Est-ce que ça souffre, une ombre ?
Est-ce que ça meurt ?...
Je ne sais pas encore s'ils vont apposer les scellés sur la porte ou mettre un factionnaire devant, mais je suis bien décidé à m'introduire dans ce fichu meublé d'une façon ou d'une autre.

Samedi 30 avril 2022
Ça y est, je l'ai !
Pas en bon état, mais après tout, ça lui servira de leçon et elle y réfléchira maintenant à deux fois avant de prendre de nouvelles initiatives.
Coup de chance : ce sont des scellés que j'ai dû fracturer. Ça m'aurait bigrement emm... d'avoir à fracturer la mâchoire d'un collègue.
Ça m'a fait de la peine de la trouver en tas, sur le sol, comme une robe chiffonnée au pied de la penderie Conforama.
Curieux, vraiment, qu'elle ait réussi à passer à ce point inaperçue.
Remarquez que je ne m'en plains pas !
Elle non plus sans doute : terminer dans un sachet plastique étiqueté, ça ne doit pas être le pied, même quand on n'est qu'une ombre.
Je l'ai rapportée chez moi, je l'ai essuyée, et j'ai essayé de rafistoler la fente qui lui striait le côté gauche. Impossible. Elle ne sera plus jamais comme avant.

Dimanche 1er mai 2022
Je viens d'ouvrir ce carnet...
Peu de choses à écrire...
Juste que je me sens tout drôle maintenant qu'elle et moi sommes de nouveau réunis...
Je me sens soudain si las... si las... siiiiiiiiiiiiiiii
686

Un petit mot pour l'auteur ? 417 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes  Commentaire de l'auteur · il y a
Merci à vous qui avez soutenu mon texte et lui avez permis de monter sur le podium... 💖😊
Mon flic et son ombre se sont éclipsés (je ne sais où !) mais moi, je vous dis à bientôt... j'espère 😊😘💖

Image de Anne-Marie Menras
Anne-Marie Menras · il y a
Toutes mes félicitations Joëlle !
Ton style loufoque me rappelle une nouvelle que j'avais écrite L'ombre de Dibutade de Sycione qualifiée pour le prix Imaginarius !

Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Merciiii, Anne-Marie !
Ta nouvelle est en ligne quelque part ?
Bon week-end et bises 😊💖

Image de Alban Deroux
Alban Deroux · il y a
Je découvre un peu tard, mais j'adore cette histoire qui vaut largement sa place au concours !
Bravo !!

Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
J'apprécie ce commentaire et te remercie d'être passé, Alban 😊Bonne après-midi et à +!...
Image de Viktor GT
Viktor GT · il y a
Résultat logique pour une ombre !
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Hélas ! Mais bonne journée et merci d'être passé, Big Boss 😊
Image de Orane CP
Orane CP · il y a
Bravo Joëlle, une histoire à ne pas s'endormir. Mieux vaut surveiller son ombre, on sait jamais !
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Suite à la mésaventure de ce malheureux flic, j'ai carrément enchaîné le mienne dans la cave et je ne la sors que deux fois par jour 😉.
Merci d'être passée, Orane 😊😘

Image de Orane CP
Orane CP · il y a
c'est prudent !!!
Image de Champo Lion
Champo Lion · il y a
Hello Joëlle!
Mille bravo Joëlle!
Champolion

Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Ils arrivent en escadrille dans ma boite 😉Merciiii, Claude.
Bises😊😘

Image de Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Bravo, Joëlle ! 👏
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Merci beaucoup, Donald ! Bises...
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
superbe histoire réaliste-fantastique, normal d'être dans les lauréats
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Merci pour ce sympathique commentaire, Patrick 😊😘
Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Pierre-Hervé Thivoyon · il y a
Bravo pour ce succès Joëlle !
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Merci beaucoup, Pierre-Hervé 😊😘
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
- Que tal hombre?
- Hombre? No, ombre!
- Ah si, me recuerdo. me allegre!

Félicitations Joëlle!

Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
😂😂😂 Merciiiii, Phil !😘
Image de Firmin Kouadio
Firmin Kouadio · il y a
Félicitations Joëlle !
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Merci et bonne soirée, Firmin 😊😘

Vous aimerez aussi !