Dans un monde parfait

il y a
3 min
123
lectures
58
Qualifié

J adore les mots, simples, écrire d une manière fluide en allant à l essentiel.

Image de Portez haut les couleurs ! - 2022
Image de Très très courts
Pierre était né dans un monde parfait.
Laurent, lui, était né dans la vraie vie.
Ils ne se connaissaient pas mais vivaient dans la même ville et s'étaient certainement déjà croisés.
Le jour où Pierre naquit, par une belle journée de printemps, ses parents étaient les plus heureux du monde.
Ils venaient de donner vie à un magnifique petit garçon voué à un merveilleux avenir, car il reprendrait plus tard le cabinet de son père, ainsi que sa patientèle.
Il ferait des études et deviendrait médecin.
Pierre était l'enfant roi qui ne manquerait jamais de rien.
A l'âge de cinq ans, ses parents lui ouvrirent son premier compte en banque et y déposèrent une coquette somme d'argent qui, même s'il ne comprenait pas encore trop, faisait déjà de lui un enfant riche.
Il passait beaucoup de temps chez sa nounou, permettant à sa mère de vaquer à ses occupations de femme aisée, le coiffeur, les soins esthétiques, le shopping avec ses amies et autres choses dont elle ne pouvait se passer.
Son mari avait bien entendu des maitresses, mais cela ne la dérangeait pas, l'important pour elle était de ne pas manquer d'argent.
Le petit Pierre était né sous une bonne étoile, avec dans le bec une jolie cuillère argentée.
On lui offrit son premier portable à huit ans, en fait, dès qu'il réclamait quelque chose, il le possédait dans la seconde.
A sa majorité, on lui fit cadeau d'une luxueuse voiture qui lui permettait de faire des envieux dans tout le voisinage et ceci lui plaisait beaucoup, il adorait se montrer et parader dans toutes les soirées étudiantes, il était très populaire et avait 3000 abonnés sur ses réseaux sociaux.
Ses études de médecine se passaient bien, il faisait la fête, avait plein de fiancées et posait pour des magazines de mode car la nature l'avait doté d'un physique plus qu'avantageux entretenu par de nombreuses visites à la salle de sport ainsi que son sport favori, le golf.
Ses parents se réjouissaient d'avoir fait de leur unique enfant un homme parfait, qui épouserait plus tard une jolie femme très classe qu'il sortirait dans les diners mondains.
Il aurait des maitresses, des enfants à son tour et une vie dorée.
Il devint médecin à l'âge de 27 ans, reprit le cabinet de papa et épousa la fille unique d'amis de ses parents, Chloé, un peu snob mais qui lui correspondait parfaitement.
Tout allait donc bien dans le monde parfait de Pierre.
Sa femme fut rapidement enceinte d'un petit garçon, et le même schéma se reproduirait.
Mais la vie en avait décidé autrement.


Laurent était né le même jour que Pierre, au même instant mais à l'autre bout de la ville.
Ses parents avaient déjà cinq enfants et n'étaient pas enchantés de cette énième naissance qui leur ferait une bouche de plus à nourrir.
Son père était menuisier, les affaires ne marchaient pas très bien en ce moment.
Il avait dû vendre sa voiture afin de pouvoir payer toutes ses factures et subvenir aux besoins de sa progéniture.
Sa mère était une petite femme très douce qui n'avait guère le temps de s'occuper d'elle.
Laurent n'aurait pas beaucoup d'argent car il n'aurait pas les moyens de faire des études poussées.
Il n'aimait pas l'école et décida de se faire émanciper car il ne supportait plus la cellule familiale.
Il était courageux et faisait divers petits travaux chez ses voisins, ce qui lui permettait de s'assumer.
Lorsqu'il eut 18 ans, il se maria avec Lucie, qui travaillait au bar juste en bas de chez lui.
Ils ne roulaient pas sur l'or mais étaient heureux.
Puis un jour comme un autre, il rencontra Pierre dans d'étranges circonstances.
Alors qu'il rentrait à la maison, Laurent entendit un grand coup de frein, puis un hurlement, et très vite il comprit :
Un homme venait d'être percuté par une grosse cylindrée qui roulait beaucoup trop vite.
Il se précipita au secours de la victime, qui gisait sur la chaussée dans une mare de sang.
Le bolide ne s'était pas même arrêté, laissant derrière lui le piéton inanimé.
Laurent appela les secours, les pompiers arrivèrent et le blessé eut juste le temps de dire à Laurent ¨Je m'appelle Pierre¨.
Le lendemain, Laurent pris des nouvelles de Pierre.
Les médecins lui apprirent que ses deux jambes ne fonctionneraient plus jamais, Pierre ne marcherait plus.
Le père de Pierre, reconnaissant, rechercha Laurent et lui fit don, pour le remercier, d'une importante somme d'argent qui lui permis d'avoir une vie plus décente.
Les deux hommes se revirent car Laurent allait souvent rendre visite à celui à qui il avait porté secours, ils devinrent même amis, en dépit de leurs différences.
La vie avait donné une leçon à Pierre.
La vie avait aidé Laurent qui était un homme bon.
La vie continuait dans un monde parfait.
58

Un petit mot pour l'auteur ? 26 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Destins qui vont fusionner pour mieux donner un sens à la vie .
Image de CHRISTOPHE FURLAN
CHRISTOPHE FURLAN · il y a
Oui. Exactement ça. Merci Ginette
Image de Armelle Fakirian
Armelle Fakirian · il y a
J’ai beaucoup aimé votre texte, fluide, conté sur un ton léger et pourtant très philosophique.
Image de CHRISTOPHE FURLAN
CHRISTOPHE FURLAN · il y a
Merci Armelle, content que cela vous plaise.
Image de CHRISTOPHE FURLAN
CHRISTOPHE FURLAN · il y a
Merci, je suis ravi que ça vous ai plu.
Image de VikTor Maou
VikTor Maou · il y a
Ils m'ont bien plus, ces destins croisés de Pierre et Laurent. Bien mené.
Image de Tania Martin
Tania Martin · il y a
Tout est exactement à sa place si on sait l'accepter , bravo !
Image de CHRISTOPHE FURLAN
CHRISTOPHE FURLAN · il y a
Merci Tania, c est très gentil.
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle mise en scène du sens de l'humanisme !
Image de CHRISTOPHE FURLAN
CHRISTOPHE FURLAN · il y a
Merci beaucoup, cela me fait plaisir.
Image de Chateau briante
Image de Chateau briante
Chateau briante · il y a
une seconde à peine peut faire basculer des vies vers tous les possibles
et le vernis, les étiquettes, les cases s'effacent laissant place à l'humanité, la vraie vie
beaucoup d'espoir dans vos mots
merci
Marie Christine

Image de CHRISTOPHE FURLAN
CHRISTOPHE FURLAN · il y a
Merci de ces beaux mots, c est très gentil.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
les aléas de la vie et les rencontres qui permettent de s'accrocher.
Image de CHRISTOPHE FURLAN
CHRISTOPHE FURLAN · il y a
Oui. Un peu d humanité dans ce monde de brutes.
Image de Mijo Nouméa
Mijo Nouméa · il y a
Le titre est bien trouvé car comme le dit Patrick une telle redistribution des destins est rarissime :) Ceci dit vous êtes le capitaine de vos écrits, donc c'est celui qui tient le stylo qui décide :)
Image de CHRISTOPHE FURLAN
CHRISTOPHE FURLAN · il y a
Merci beaucoup pour votre commentaire. En effet, dans la vraie vie, c est plus aléatoire.