Ce matin

il y a
2 min
256
lectures
19
Qualifié

37 ans... mais ce n'est pas ma faute! Si ça ne tenait qu'à moi, j'aurais beaucoup moins! Papa à temps plein, passionné de football, admirateur sans faille de Robert Lamoureux, Lucky Lukophile ... [+]

Image de Très très courts
Ce matin vous vous êtes réveillé dans la clarté d’une journée que le printemps vole à l’hiver, en arborant le sourire onctueux de ceux qui, après un instant de panique, se souviennent « qu’on est le week-end » ! Dans un éclat de rire complice, les jeunes amants se sont réfugiés sous les tentures pour savourer de manière physique la douce tiédeur des draps de satin. Il a conclu l’étreinte saccadée d’un râle animal tandis qu’elle a gémi généreusement en s’exclamant : « Ma parole, vous étiez plusieurs ! » Puis ses lèvres tremblantes ont porté un baiser à son front ruisselant. Elle a posé sa tête au creux de cette épaule rassurante. Lui, très vite pris de crampes et de fourmillements dans son bras tétanisé, n’a rien dit de peur de briser cet instant de tendresse...
Bien sûr, il y a les autres... Un peu plus âgés, un peu plus mûrs. Ce matin, vous vous êtes réveillé en projetant de jouer la scène décrite plus haut... Bon, avec un peu moins passion, bien entendu : le temps a fait ses basses œuvres... Le râle sera le même. Et elle gémira aussi... mais poliment, en pensant déjà au linge à repasser et « qu’est-ce que je vais faire pour ce midi ? ». De toute façon, l’assaut n’a pas eu lieu. Au moment d’ouvrir les ébats, vos enfants ont fait irruption dans la chambre et vous ont rejoints dans le lit. Alors, vous avez ouvert les volets pour inonder de soleil blanc votre bonheur familial : on se serait cru dans une publicité pour l’ami Ricoré !
Bien sûr, il y a les autres... Encore plus âgés, presque trop mûrs. Ce matin, vous vous êtes réveillé... très tôt ! Comme vous l’avez toujours fait. Quand vous travailliez, bien sûr, mais comme vous continuez de le faire depuis le début de votre retraite. Se réveiller tôt un samedi : les jeunes diront « quel gâchis » ! Sauf que pour vous, depuis dix-sept ans, tous les jours sont des samedis, alors... Vous vous êtes réveillé dans la pénombre d’une chambre austère, une commode rustique dans un coin, et, au mur, des cadres ovales dans lesquels vieillissent les photos sépia de personnes que vous êtes les derniers à avoir connu. Des branches de l’arbre généalogique élaguées par le temps, la vie, les guerres... Cette chambre où vous vous êtes toujours retrouvé : les soirs d’engueulades comme les jours de noces, les soirs de baptêmes comme les jours de deuil... Cette chambre dont la mémoire de chaque mur pourrait garnir une dizaine de vos musées respectifs. Dans cette chambre, ce matin, il a grimacé un sourire en repensant aux ébats de leurs vingt ans tandis qu’elle caressait le souvenir des matins rieurs avec les enfants dans le lit...
Le bonheur n’est pas une question d’âge... Juste une question d’appréciation !

19

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !