Cautère

il y a
4 min
161
lectures
62
Qualifié

Je vis d'eau, d'air et d'écriture, et ce n'est franchement pas si mal.

Image de Nouvelles Renaissances - 2021
Image de Très très courts
"Monsieur Furnam ne souhaite pas répondre aux questions sur sa vie personnelle." asséna l'organisatrice de la conférence avant qu'un quelconque membre de l'assemblée ne réitère l'erreur commise quelques instants plus tôt par la jeune journaliste du News Stories.

La jeune femme, les cheveux châtains attachés en une queue basse, son badge "presse" accroché de travers sur son blazer bleu marine grimaça piteusement, les joues cramoisies. Certains de ses confrères lui lancèrent une œillade ennuyée, espérant peut-être, secrètement, qu'une de leurs questions, mieux formulées, auraient obtenu réponse avant cette bévue.

"Je peux prendre cette question, Irma" désamorça l'acteur, adressant un sourire aux dents de porcelaine à l'audience. "Mais ce sera la seule de la sorte à laquelle je répondrai." cadra-t-il.

Un murmure déçu traversa la foule de journalistes. La reporter précédemment pointée du doigt releva la tête avec nervosité. Maxime Furnam lui adressa un regard compréhensif, c'était un homme de haute stature qui imposait par sa présence et qui semblait presque surplomber l'assemblée.

"Non, je n'ai pas été offensé que l'on me propose ce rôle." ses yeux, bleus clairs, parcoururent le public presque totalement composé de professionnels. "Il faut que vous vous souveniez qu'un acteur reste un acteur, ce n'est pas parce qu'on incarne un personnage qui nous ressemble physiquement ou que l'on partage une partie de notre histoire personnelle avec lui que nous ne faisons qu'un. Au contraire, j'ai été flatté que Lena Mercher pense immédiatement à moi pour son personnage principal."

La réalisatrice, Lena, assise à quelques chaises de son acteur principal, tourne vers lui un regard plein de tendresse et reprend :

"J'ai découvert Maxime dans Black Stitches, une série tellement qualitative qu'elle a été adaptée en long métrage. Je pense que je l'ai assez dit, je suis une fan inconditionnelle de ce programme. J'adorais le personnage de Fidel, joué par Maxime, et je n'aurais jamais pu rêvé qu'un jour Max jouerait pour moi. Je n'ai à aucun moment choisi Max pour des caractéristiques autres que son incroyable présence."

"Bon, tu dois avouer que mon physique est un plus !" rétorque en riant Furnam, enjôleur.

La salle rit, le malaise initié par la précédente question est évaporé, plusieurs journalistes lèvent la main.

"Monsieur Furnam, comment êtes-vous passé de vos rôles habituels, beaucoup plus graves, à celui de Cautère, le super-héros sarcastique d'Utopie ?"

Maxime prend un temps de réflexion, il porte la main sur sa bouche, geste mécanique lorsqu'il pense intensément à quelque chose. Le côté droit de ses lèvres se soulèvent dans un sourire, rompant avec l'inertie du côté gauche.

"Je ne sais pas vraiment" reconnaît-il "Je suis juste rentré dedans. On pourrait dire que le costume aide beaucoup. Je ne sais pas si je visualisais bien Cautère avant d'enfiler sa veste en cuir bordeau, ses gants de motard et ses groles. C'est une tenue assez modeste pour un super héros avec son type de pouvoir, mais justement, j'aime ce côté réaliste choisi par Lena et la production. On a l'habitude des héros impeccables, de leurs costumes moulants, de leur apparence lisse, comme s'ils ne souffraient jamais de leurs aventures, de leurs pouvoirs. Cautère a vécu des choses et c'est écrit sur lui, moi, je me suis naturellement fondu dedans."

"Prévoyez-vous de jouer dans une potentielle suite du film, Maxime ?" enchaîne un journaliste corpulent, un enregistreur numérique tendu à bout de bras vers la scène.

"Oui, pourquoi pas ? La suite, les suites, je suis là pour ça !" s'exclame l'acteur, "cependant, ce n'est pas forcément à l'état du jour ! Dans Utopie, on découvre Cautère et on se retrouve dans la situation délicate d'une ville en pleine catastrophe naturelle. Le problème pour Cautère était que sa maîtrise du feu, tout comme sa capacité à devenir torche humaine, n'ont pas de réelle utilité pour sauver des gens dans un pays bouleversé par les tremblements de terre. Ce qui est terrible, quand on est une figure de sécurité telle que lui, c'est d'être bloqué par sa propre solitude, seul et même avec ses flammes, Cautère redevient un simple homme. Ce sujet, très rarement traité chez les super-héros, ainsi que la solitude du personnage principal, qui est le second grand ennemi du film, sont ce qui m'a attiré dans le projet. Maintenant que les habitants de New Ferral sont "saufs" (il fait des guillemets avec ses doigts), il faut trouver d'autres aventures à Cautère, et là je vous renverrai plutôt vers Lena, c'est elle qui a toutes les réponses."

Lena lâche un petit rire avant de se rapprocher de son micro, très clairement passionnée par ses futurs projets. Rapidement, l'audience se focalise sur elle et en oublie un peu l'acteur principal du film qui se réinstalle confortablement dans son fauteuil. Maxime, à l'aise, passe une main dans ses cheveux bruns, réimplantés sur son crâne, follicule par follicule, par un chirurgien soigneux, bien des années auparavant. Il savoure un instant le calme offert par l'attention détournée des journalistes et, fatigué, pose sa joue sur la paume de sa main, camouflant pendant quelques instants les traces de brûlures qui couvrent le côté gauche de son visage ainsi que soixante-treize pourcents de son corps.
62

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Les Histoires de RAC