À l'ancienne !

il y a
7 min
351
lectures
10
En compétition
Image de Hiver 2022

Je suis ce qu'on appelle un mec à l'ancienne. J'ai toujours été en retard sur mon époque. Signe de classe pour les plus nostalgiques, signe de ringardise pour les êtres humains dénués d'intelligence de l'âme. Je pense même que le terme « ringardise » est depuis une trentaine d'années très ringard. Comment me reconnaît-on en ville ? J'ai encore des écouteurs avec fils vissés aux oreilles. J'ai encore une voiture, des chaussures avec des lacets, j'utilise encore mes deux pieds pour me déplacer en ville, une montre au cadran de type rond avec trois aiguilles, une petite pour l'heure, une grande pour les minutes et une ultra rapide pour les secondes.

En parlant de temps, dans quelques jours, c'est la cérémonie du « Love TripAdvisor Trophy ».
Depuis 3 ans maintenant, La Louvière figure sur le podium des villes les plus romantiques du monde. Cela ne s'est pas fait en un jour, ni même en une semaine. Mais à force d'abnégation, d'études, de compromis divers et variés, de nombreuses heures de travail acharné, d'expérimentations, de consultance et sous-traitance de différents corps de métiers actifs dans le domaine du « Love », c'est arrivé. La Louvière figure pour la troisième année consécutive sur le podium des villes les plus romantiques du monde. Je plaisante, cela s'est fait en quelques jours à peine. En une après-midi, la place communale, dernier bastion d'humanité représentant le service public de proximité, a été cédée au groupe « MeetMe ». Les derniers humains présents derrière des ordinateurs pour accueillir les derniers humains ayant besoin d'aides pour leurs démarches administratives étaient priés de quitter le bâtiment sur-le-champ. En quelques heures, les drones avaient transformé ce lieu d'histoire en start-up jeune et dynamique pour quarantenaire désireux de réorienter leur carrière professionnelle. En quelques semaines à peine, La Louvière voyait ses rues déborder de célibataires prêts à faire le grand saut. Le principe de « MeetMe » est vieux comme le monde : permettre à deux êtres humains de se rencontrer et d'entamer une histoire d'amour aussi passionnante que la communication digitale d'un homme ou d'une femme politique élu.e dans les années 2020.

À l'époque, les histoires d'amour avaient des frontières. D'abord d'ordre terrestre. Les couples étaient voisins, un demi-consentement autorisait l'union et la procréation. Ensuite, l'amour avait des frontières d'ordre communicationnel. Grâce à ce que l'on appelait « la Poste », qui permettait de coucher des mots sur du papier avant de jouir des services d'un postier qui s'occupait de transmettre cette lettre à son destinataire. Les chevaux, la roue, les voitures et internet ainsi que le téléphone, sans respecter l'ordre chronologique de ces apparitions, ont permis aux hommes d'étendre leur conquête.

Aujourd'hui, la science s'en charge, et plutôt bien. L'intelligence artificielle forme des couples, les plus vieux ont 3 ans de vie commune. Comment ça fonctionne ? C'est très simple. Si au début des années 2000, les marques espionnaient vos activités sociales sur les différents réseaux connectés à internet afin de tenter de vous vendre un produit, « MeetMe » traque vos activités en temps réel et son ordinateur vous met dans des casses où d'autres personnes se trouvent grâce à leurs activités sociales en ligne. Votre rythme cardiaque augmente devant la dernière série Netflix ? « MeetMe » le sait. Vos lunettes connectées voient ce que vous voyez, vos pulsations sont comptabilisées sur votre montre connectée et ces données sont enregistrées dans la base de données de « MeetMe ». Ajoutez d'autres points communs comme vos activités de visionnages privées de pornographies les soirs de solitude, votre alimentation, vos préférences sportives et votre bilan de santé et « MeetMe » vous trouvera le partenaire idéal avec qui passer le restant de vos jours. Petit détail qui a toute son importance, « MeetMe » n'attend pas que vous fassiez appel à ses services pour trouver votre moitié. Son service est instantané, le groupe possède toutes vos données, recoupe vos informations et arrive à détecter votre dérapage ou tentative de tromperie sur votre profil humain personnel.

Bref, dans quelques jours, c'est l'événement de l'année dans la cité des Loups. Depuis 6 mois, les hôtels sont full de réservations, les restaurants pareils, chaque personne a déjà réservé une table pour 2 et une suite pour 2 sans savoir qui sera la deuxième personne. Chaque week-end depuis trois ans, les couples se rencontrent grâce à « MeetMe ». Si, au départ, ils cherchaient à d'abord vérifier les informations données par l'ordinateur, il n'y a, 3 ans plus tard, plus aucune capacité d'attente. Des mariages se bouclent en l'espace de quelques heures, des voyages de noces sont programmés. Vous avez capté le cercle vicieux ? C'est « MeetMe ».

Sur Tripadvisor, les différentes catégories mettent La Louvière à la une. Bars, cafés, restaurants, hôtels, parking, attractions touristiques, tout est mis en place autour de « MeetMe ». « Profitez d'un week-end romantique dans une ville bucolique aux accents internationaux, à moins de 2 heures de chez vous ».
Et moi, en tant que mec à l'ancienne, j'en pense quoi ? Rien, tout simplement. J'accepterai sans doute de vivre la grande aventure « MeetMe » quand j'en aurai vraiment besoin. En attendant, je préfère le romantisme, le vrai. Celui qui donne des palpitations, des doutes, des joies, des (faux) espoirs, des moments de solitude, de blanc entre deux conversations. C'est pour ces raisons que je scrute mes réseaux sociaux, allant de la simple publication d'un statut sur Facebook aux stories sur Instagram. Un début de conversation en ligne, quel plaisir d'époque. J'envoie des flammes, des sourires, des 100 % en emoji. Petit conseil d'ami pour les mecs comme moi : n'attendez pas trop. Ne misez pas toutes vos pièces sur le même dossier. Diversifiez-vous. Et si par hasard, vous rencontrez quelqu'un qui vous plaît dans la rue, attendez quelques heures avant de lui écrire en message privé sur les réseaux. J'ai encore une autre observation que vous devriez tous et toutes prendre en compte. La drague, comme les entretiens d'embauche, est soit pure manipulation soit une évidence.


C'est le Jour J. Il fait beau, on parle de météo lorsque l'on ne sait pas comment décrire le moment qui se déroule.
Les milliers de personnes célibataires sont en place, juste devant les bâtiments de l'agence, devant les différentes places, partout. En trois ans d'existence louviéroise, aucun célibataire n'est resté sur le carreau. Une statistique qui booste l'égo de la société et qui donne foi aux futurs ex-célibataires. Faux stress, vraie pression, réelle excitation sont les sentiments palpables que l'on peut ressentir à travers les rues de la ville. Les nombreux chercheurs d'amour scrutent les visages des personnes présentes en essayant d'anticiper la machine à Love. Comment se déroule la soirée ? Des concerts, des terrasses extérieures, des animations dans les rues au sol et également dans les airs, des dizaines de magasins souvenirs avec des babioles à l'effigie de l'amour, de cupidon et de « MeetMe ». Il y a également des annonces radios transmissent via les haut-parleurs installés aux quatre coins de la ville et... un décompte interminable annonçant qu'à minuit précis, sur les écrans géants installés, la mise en couple s'effectuera. Sur ces écrans apparaîtront les binômes à former. Chaque personne dispose d'un numéro et d'une couleur. Démarrera à cette heure précise, une véritable chasse à l'homme dans les rues de la cité. Et pour pimenter le tout, les couples en devenir disposent d'une heure avant de retrouver sa moitié.

Vous devez sans doute vous demander comment un mec à l'ancienne connaît autant de détails alors qu'il n'adhère absolument pas à cette façon de construire l'amour. Figurez-vous que j'y suis. Et je dois avouer qu'il y a du beau monde. Dommage. Je crois qu'il était noté sur mon visage que ma présence n'avait, en rien, un lien avec l'événement organisé. Ce que j'espérai c'était une défaillance du système, un bug général ou encore mieux, des couples qui n'en seraient jamais. Il reste 3 petites heures avant le grand boom. Les langues se délient, l'alcool commence à faire effet. Certains sont déjà convaincus de discuter avec leur destinée, d'autres préfèrent rester prudents et attendre que l'ordinateur du Love leur donne le numéro et la couleur de l'amour de leur restant de vie. Moi, comme chaque année, je regarde et je trouve cela d'un ridicule sans nom.

Mon regard balaie la foule, je me déplace de lieu en lieu et j'observe les mêmes comportements partout à travers la cité. Je décide de m'arrêter quelques minutes à quelques encablures de l'ancienne place Communale rebaptisée « Place de la vie à 2 ». Le bruit de la foule, des drones qui stagnent au-dessus de nos têtes, les bruits des haut-parleurs balançant des messages d'amour, le mélange de musique sortant de chaque porte et fenêtre de bars m'oppressent, mais tel un homme à l'ancienne, je reste et j'accepte ce sentiment paradoxal. Cette envie de quitter la ville, mélangée à cette envie d'y rester pour observer ce qui s'y passe, me rend vivant et normal. Mais pendant combien de temps ?

1 heure, il reste 60 minutes avant la délivrance des milliers de personnes présentes, et avant la tristesse que je ressens devant ces vies dictées par l'algorithme. Plus que 30 minutes, c'est trop pour moi. Je décide de sortir mon téléphone de la poche arrière de mon jeans afin d'immortaliser ce moment. Je ne le fais pas de suite. J'ai deux messages non lus. Tous les deux m'ont été envoyés sur Instagram.

« C'est bien toi que j'ai vu hier proche de la piscine ? »
« Cela ne doit pas être toi, sorry pour le dérangement. »

C'était une certaine Marla4aa_23. Je n'ai pas perdu pied et j'ai de suite répondu. Après quelques messages, et après avoir eu confirmation qu'elle était bien présente en ville, nous nous sommes fixés rendez-vous près de la piscine, dans exactement 10 minutes. Je le répète, la drague, comme les entretiens d'embauche, est soit pure manipulation soit une évidence. Nous étions plutôt dans de l'évidence.

15 minutes avant minuit. Lorsque vous rencontrez une personne libre, indépendante avec un grain de folie aussi gros que l'événement qui se déroule en ce moment, ça se sent directement. Est-ce que je me trompe à son sujet ? La question ne s'est plus posée lorsqu'elle a proposé de détruire les locaux de « MeetMe » et de détruire ce système de couple étudié qui attend depuis des heures pour démarrer le restant de leur vie.

Je pensais qu'on allait établir un plan pour que cette troisième édition soit la dernière, mais non.

« Tu es d'accord ? Allons-y alors. »
« Là, maintenant ? »

Elle me regarde à peine, se lève et se dirige vers les bureaux de « MeetMe ». Dans son sac à dos, plusieurs fumigènes et quelques outils allant de marteaux à sécateur. Je suivais de manière mécanique et automatique, mais elle avait l'air d'avoir préparé son coup. La porte d'entrée vient d'être forcée. La foule présente en nombre donne son intention sur les fumigènes craqués il y a quelques secondes, à plusieurs mètres du bâtiment. J'entre avec Marla qui s'attaque directement au système électrique et électronique de la société. Je m'empresse de faire quelque chose, même si je ne sais quoi faire. Mon cœur bat très fort, je me sens vivant, mais la menace de mort pèse sur mes épaules quand je pense aux risques que l'on prend juste pour nos convictions sentimentales. Dehors, tout se passe comme prévu. La fête se poursuit et la pression monte à quelques minutes à peine de la délivrance. Toujours dans la volonté de faire ma part du job, je fais les 100 pas, perdu, sans réellement être efficace. Je décide d'ouvrir un de leurs ordinateurs et d'entrer dans la base de données. Par curiosité, il est vrai que je ne pense qu'à ma petite personne en ce moment précis, je tape mon prénom et mon nom dans la base de données. Tout ce qui est dit sur moi est vrai. Le qualificatif qui correspond à ma personnalité est... à l'ancienne. Je parcours à la vitesse « grand V » toutes mes données, je n'apprends rien sur moi, j'apprends juste qu'ils savent tout cela sur moi. Je parcours l'écran, je fais descendre la page, encore et encore. J'en ai le souffle coupé et là, sans prévenir, sans m'y attendre, je lis que mon âme n'est autre que Marla.

Le système électrique se coupe. Les lumières de la ville s'éteignent. Plus d'écrans géants, plus de radio, plus de musique, plus de haut-parleurs donnant les instructions. Si d'abord, la foule a pensé à une mise en scène pour l'heure H, il n'en est rien. Marla et moi profitons de ce moment pour nous extraire du bâtiment. Nous courrons, le plus vite possible. Nous nous réfugions à plusieurs centaines de mètres de l'endroit du crime.

Dois-je lui avouer ce que j'ai vu ?
Dois-je lui dire que... ?

— On l'a fait ! On l'a fait ! On l'a fait ! me dit-elle trois fois en me secouant.

J'acquiesce sans trop en tenir compte.

— Tous ces cons qui attendaient qu'on leur dicte leur vie sentimentale sont enfin libres. Libres de faire des erreurs, libres de faire des choix, libres tout simplement de vivre. On l'a fait, me répète-t-elle.

— Oui, on l'a fait, lui dis-je avant de l'embrasser langoureusement, en ravalant les paroles que j'étais prêt à dire.

Je viens de décider de ne jamais rien dire. Entre cacher la vérité et mentir, il y a un monde. Et puis, je vous l'avais dit... je suis un mec à l'ancienne.
10

Un petit mot pour l'auteur ? 10 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Kenzo Cervillieri
Kenzo Cervillieri · il y a
Complètement incr'! 🧼
Image de Mattia Imperiale
Mattia Imperiale · il y a
🙏 Merci bieng !
Image de Anna Maria Lo Re
Anna Maria Lo Re · il y a
Je dis juste bravo! Aldous Huxley...était un précurseur...il y a 100 ans...et il est tellement d'actualité...! Le mec à l'ancienne...c'est tout comme! J'aime la comparaison...! Bizzz
Image de Mattia Imperiale
Mattia Imperiale · il y a
Merci beaucoup 😊 !
Image de Fiona Carnoli
Fiona Carnoli · il y a
Quelle plume ! 🔥
Image de Mattia Imperiale
Mattia Imperiale · il y a
Merci 🙏 😂
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Une bonne histoire, actuelle et franchement bien vue ! Bravo !
Image de Mattia Imperiale
Mattia Imperiale · il y a
Merci beaucoup 🙏
Image de JAC B
JAC B · il y a
J'ame bien ce paragraphe sur l'amour: [À l'époque, les histoires d'amour ------aux hommes d'étendre leur conquête.] Une histoire qui ne manque ni d'humour ni de créativité malgré quelques longueurs. Bonne continuation Mattia.
Image de Mattia Imperiale
Mattia Imperiale · il y a
Merci beaucoup pour votre retour ! 🙏

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Matière sombre

Fufu

L'histoire qui va suivre est en tout point vraie, soyez-en convaincus. Pourtant, à l'instant même où moi, Frédéric Cousturier, j'écris ces mots, tout ce qui est vrai, réel et tangible, toutes ... [+]