Toutes les histoires


POÈMES
14   49 lectures

Enserre tes bras

Maxime Poi, il y a

Enserre tes bras
m’emprisonner j’y consens
saison d'une cage

Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
57   83 lectures

Regarde ton fils

Comillaslovers, il y a

Regarde ton fils
serre le fort dans tes bras
il part pour l'Europe


Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
59   54 lectures

Oiseaux mazoutés

Gisele, il y a

Oiseaux mazouté
englouti par l'océan
ailes inutiles


Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
37   35 lectures

Le vent a séché

Gisele, il y a

Le vent a séché
tes doux baisers sur mes lèvres
a jamais scellées


Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
52   55 lectures

un enfant noir dort fort

Gisele, il y a

Un enfant noir dort
fort serré entre ses bras
sa kalachnikov


Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
125   136 lectures

Océan des draps

Cannelle, il y a

Océan des draps
entre roulis et tangage
nos corps sont une île


Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
139   69 lectures

Le cœur déchiré

Pioupiou, il y a

Le cœur déchiré
dans un silence de fleur
ultimes baisers

Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
47   70 lectures

Maman dans tes bras

Bib, il y a

Maman dans tes bras
petit bébé apeuré
sitôt rassuré


Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
42   52 lectures

Courant l'un vers l'autre

Bib, il y a

Courant l'un vers l'autre
deux amis perdus de vue
s'enlacent enfin


Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
17   35 lectures

Tes bras me consolent

Bib, il y a

Tes bras me consolent
un courant chaud m'envahit
m'embrase le corps


Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
46   53 lectures

Torrent déferlant

Céline, il y a

Torrent déferlant
l'enfant sauvage des sources
a brisé ses chaînes

Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
51   43 lectures
Au fond du jardin
les branches seules s’enlacent
lune pour témoin

Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
41   43 lectures

Au déclin des lunes

Céline, il y a

Au déclin des lunes
la lumière enserre l'ombre
consume la nuit

Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
32   34 lectures

Doudou dans mes bras

Mat Fauve, il y a

Doudou dans mes bras
je retrouve ses poils rêches
de pleurs enfantins

Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
23   22 lectures
Elles étaient douces
les deux mains qu'il déposa
là sur mes épaules

Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
40   35 lectures
Bel oiseau de proie
crispées tes serres s'emparent
râle lent du râble

Prix Haikus Printemps 2017