Les 16 Nominés de la Matinale des Lycéens 2016 ont eu la chance d’être conviés à une rencontre privilégiée avec Antoine Dole, auteur et président du Jury de cette édition. Voici un petit aperçu de cet événement qui s'est déroulé dans les locaux de Bayard Presse.

Une très belle récompense pour les jeunes participants de la Matinale des Lycéens en compagnie d'un jeune auteur aux deux facettes, qui aime dire qu'il a deux identités littéraires : celle de ses romans, sombre et critique, et celle de ses bandes dessinées, joyeuse et pleine d'humour.
master class antoine dole

Le Jury

Juste avant la Master Class, le Jury s’est réuni pour délibérer, un moment d’échange littéraire intense et passionnant. Le Jury était composé d’Antoine Dole, de David Groison (rédacteur en chef de Phosphore), de l’équipe de Short Édition, mais aussi deux jeunes auteurs, habitués des Matinales qui n’ont pas pu participer cette année : Léa Gerst et Makarov.

Léa Gerst est une passionnée d’écriture et de lecture, elle écrit depuis qu’elle a sept ans ! Amoureuse de la littérature fantastique, elle adore écrire des fanfictions.

Makarov, lui, est un peu un touche à tout ! Ses goûts littéraires passent de Baudelaire au rap, de Nietzsche à E.E.Schmitt, de la Bible à Maupassant… master class - JuryLéa Gerst, Makarov, Fanny et Côme (Short Édition), Isabelle Pleplé (co-fondatrice de Short Édition), Antoine Dole

La Master Class

La rencontre avec Antoine Dole a été un moment d’échange très fort. L’occasion pour les jeunes auteurs de poser toutes les questions possibles sur le métier d’écrivain… Et l’occasion pour Antoine de revenir sur son parcours, ses envies, son rapport à l’écriture, mais surtout de donner de précieux conseils d’écriture aux jeunes auteurs.

Vous vous demandez comment on écrit un roman ? Faut-il faire un plan, se jeter au hasard dans l’écriture ? Pour Antoine, il faut surtout écrire de la façon qui vous conviendra le plus. Sa technique à lui est un peu variable…

Il a écrit son premier roman, Je reviens de mourir, sur des carnets, des tickets de caisses, des nappes en papiers, des feuilles volantes… bref, une collection de papiers trouvés au hasard qui se sont amassés dans un carton, qu’il a finalement assemblés pour en faire un roman.

Puis son deuxième roman s’est construit de façon plus carrée, assis à son bureau, suivant un plan et un rythme de travail quotidien. Comme si, pour son premier roman, un besoin d’écrire s’était emparé de lui : à chaque fois que l’écriture venait à lui, il couchait les phrases sur le papier, pour ne rien perdre de son inspiration.

Pour Antoine, l’écriture est un acte de générosité, mais c’est aussi une activité qui vient des tripes, quelque chose qui est propre à chacun : il a vivement encouragé les jeunes auteurs présents à trouver leur écriture propre, la canaliser, l’apprivoiser, mais surtout la laisser vivre pour qu'elle devienne leur signature. On retiendra de cette rencontre que « l’écriture ne se force pas, elle est une force vive en soi. »master class antoine dole