Il y a des genres lit­téraires dont la réussite se mesure aux réactions physiques de celui qui les lit. Si, on rit, si on pleure, c'est que le comique ou le tragique a bien fonction­né.

Les textes de cette soirée cherchent à émouvoir d'autres régions du corps. Ce sont des livres que l'on ne lit souvent que d'une main. On s'aper­cevra, à les écouter, que c'est bien injustement que l'érotisme ou la pornographie ont été relégués au second rayon des bibliothèques, quand ce n'est pas en enfer. Le plaisir du corps s'y accorde à la jouissance des mots.