Pour chicaner, gagner son procès, éviter une condamnation, écraser la partie adverse, il faut avoir les mots. Le droit a besoin de la littéra­ture. La littérature, de son côté, adore l'éloquence, les prétoires, les argumentations, les jugements, les retournements de situation à la barre. Tout y est : le drame, le crime, la pitié, la haine, la clé­mence, le suspense, le pathétique. Dans les textes de plaidoiries et de justice que vous proposent les livreurs, la littérature est à la barre.