Ouvrez la boîte du Palmarès !

« La boîte », c’était un thème qui cachait de nombreuses surprises et qui semble vous avoir beaucoup inspirés ! Eh oui, le Prix 72h a été un franc succès, puisque vous avez été 482 auteurs et autrices à y participer !

De notre côté, nous avons pris un immense plaisir à lire vos histoires. Des histoires de souvenirs enfouis, de passé qui resurgit, mais aussi de secrets, d’amour, de regrets, de joies, d’aventures. Ouvrir ces 482 boîtes, c’était un peu comme déballer nos cadeaux un matin de Noël ; alors un grand alors un grand merci à vous pour ces boîtes magiques qui ont précieusement accueilli et dévoilé vos mots.

Comme toutes les bonnes choses ont une fin, il est désormais l’heure de découvrir le Palmarès du Prix 72h, avec ses 3 Lauréats et ses 22 œuvres recommandées ! L'occasion pour ceux qui n'ont pas encore pu lire lors du Prix 72h d'en découvrir les plus belles histoires.

image

Le trio de tête

Trois Lauréats ont été désignés parmi les 30 œuvres Finalistes. Chacune de ces histoires a traité le thème de manière très différente, toujours très percutante et originale, et toutes ont marqué les lecteurs et le Jury. Félicitations à ces trois talentueuses plumes !

  • Annabel Seynave, Lauréat du Public avec Souvenirs de Kuala Lumpur
    Vous fieriez-vous à un inconnu – tout charmant qu’il soit – rencontré au débotté dans un hall d’aéroport ? Récit d’un retour de voyage bousculé, « Souvenirs de Kuala Lumpur » interroge avec justesse et un brin d’humour les notions de crédulité et de confiance en l’autre. Un récit étonnant dans lequel une boîte devient la source de tous les drames !
  • Fabres Constant, Lauréat du Jury avec La Boîte à cauchemars
    C’est avec une efficacité glaçante et une tension réelle que cette histoire pose la question du rôle de protection d'un parent vis-à-vis de son enfant. Il relate le point de rupture glaçant, presque horrifique, vécu par une mère lorsqu'elle tombe sur l'inimaginable, enfoui au fond d’une boîte. Et face à cela, deux choix possibles : laisser sous terre... ou bien déterrer. Finalement, ce récit cauchemardesque nous invite nous aussi à vivre cette descente aux enfers, tant les émotions sont parfaitement relatées, palpables, contradictoires et désespérées. Un texte terrible écrit d’une plume talentueuse.
  • Aude D, Lauréate du Jury avec Pensionnaires
    Ne vous fiez jamais aux apparences. Est-ce que l'on peut croire tout ce que l'on nous raconte ? La description énigmatique de la boîte dès le début nous plonge dans l'histoire. L'ambiance oppressante, l'attachement aux deux protagonistes et le mystère qui plane font que l'on ne lâche pas le texte tant que l'on ne connaît pas la fin ! Une dystopie qui nous pousse à réfléchir sur la véracité des choses.

Les histoires que nous recommandons

Au-delà du Palmarès, de nombreuses œuvres de qualité ont été remarquées. Il leur a parfois manqué un petit rien ! Nous avons tenu à les recommander pour les raisons que vous pouvez découvrir en vous rendant sur chaque œuvre. Bonne lecture !

Des cendres de Alice Dumontier Loiseau, La boîte à réponses de Théophile Truc, La Boîte-à-rien de Gilda Linea, La course de Carl Pax, La mort de Narcisse de Élise Marie, La poudre des harems de Mary Benoist, Le creux idéal de Sylvie Neveu, Le hameçon, la sardine et le pinard de Benoît Sanzalias, Le machin de Charlie Perez, Lucie, la maîtresse de... de Solange Dolloup, Petit matin sur boite de nuit de Caroline Bonnet, Pétronille - Prudence et carbonisation de Alizée Villemin, Plein emploi de Bruno Ginoux, Quelque chose qui ne va pas de Huggun X, Roboreptile de Di Straite, Rouge comme la honte de CLAIRE LORIENT, Sang Blanc de Natalia Vonsovitch, Si seulement ce jour pouvait être demain de Clément OTTAVINO et Welcome spring de EILAJ EILAJ.

image