Zone de quiétude protégée

il y a
3 min
596
lectures
163
En compétition

Un distributeur d'histoires, comme un distributeur de friandises! J'adore l'idée. Dans ce temps clos de l'attente, pétri d'impatience, d'angoisse parfois, le réconfort d'un petit papier doux  [+]

Image de Été 2021
Je sais, vous vous demandez pourquoi je ne prends rien.

Vous faites le promeneur tranquille, mais vous m'observez. Vous flânez, le temps est beau, vous vous penchez sur une fleur, vous hésitez, finalement, non, vous ne la cueillez pas. Et, nonchalamment, vous contournez l'étang. Je vous intrigue. Vous vous dites : qu'est-ce qui ne va pas, chez ce pêcheur ? Il a l'air bien équipé, sa ligne semble un modèle de technicité. Et ce fauteuil, vert, large, aux accoudoirs pleins de ressources, et ce beau parapluie-parasol, vaste aussi et tout aussi vert. Même mon chapeau, un bob de toile écru, ne vous a pas échappé. Tout y est. Un vrai pêcheur. Mais qui ne prend rien. Pourquoi les poissons qui font de si jolis ronds dans l'eau ne viennent-ils pas lui rendre visite ?

Je vous prévois, aussi évident que le soleil fait sa roue dans le ciel. Vous tournez, vous vous approchez de moi. Mais moi, je n'ai pas besoin de compagnie. Je viens ici pour respirer. Sinon, comment pourrais-je supporter la pression de cette palanquée de jean-foutre qui ne compte que sur moi ? Ma femme et sa parenté exponentielle, mes deux fils et leurs pléiades d'amis ?

Si vous vous êtes mis en tête de me donner de bons conseils de pêcheur, vous allez tomber sur un bec. De toute façon, si vous vous approchez, vous allez vite comprendre. Vous ne manquerez pas de remarquer mon flotteur : un beau bouchon de liège, découpé au couteau et verni de rouge sur sa moitié, comme me les préparait mon grand-père autrefois. Forcément, je ne risque pas d'attraper grand-chose, puisque je n'y mets pas d'hameçon, mais c'est sans importance. Parce que, ce que je suis venu prendre ici, ce sont des souvenirs. Des échos d'enfance. Et aussi du grand air. Et des images. J'attends que le ciel se prenne les pieds dans les roseaux, j'attends que l'ombre du héron solitaire griffe la surface métallique de l'eau, pour y chercher son double. J'attends que mon cœur retrouve son tempo, que ma tête se vide. Que la vie me rende visite.

Vous vous êtes approché. Sans parler. Vous vous tenez en retrait, debout, à compter les ronds tranquilles que font les carpes depuis le fond de l'étang. Ces énormes vieilleries, façonnées dans la vase, qui lâchent leurs soupirs, en tournant sur elles-mêmes. Voilà, vous vous éloignez. Comme si vous ne m'aviez pas vu.

Le dimanche est revenu et moi avec. Je viens tous les dimanches, tout ce petit monde qui compte sur moi a su m'y pousser. « Il faut sortir, Joseph, vous aérer, vous savez que la Fabrique a besoin de vous. » Ils le disent tous, je suis le seul qui puisse faire tourner l'entreprise familiale dont ma femme a hérité à la mort de son père. Soixante-quinze employés tout de même. Plus trois beaux-frères à qui les bénéfices généreusement distribués suffisent. Eux me tapent sur l'épaule, ils me font confiance.

Et puis le dimanche, on reçoit chez les Dhist, ça clapote dans la piscine, ça blanchit la ligne sur le court de tennis... Je m'ennuierais sûrement parmi cette faune hystérisée. « Sortez, Joseph, profitez de votre dimanche. Un passe-temps, peut-être ? La pêche ! Mais c'est une bonne idée, ça. Vous adoriez pêcher avec votre grand-père ! Un petit cabanon, ça vous dirait ? Oooh ! N'exagérons pas. Ne poussons pas le bouchon trop loin. Ah ! Ah... Un beau siège, alors, mais le grand jeu, vous verrez, Joseph. Vous ne saurez plus vous en passer. » C'est donc eux qui m'ont offert cet équipement grand standing. Il faut que je me détende le dimanche puisque dans la semaine je n'ai pas le moindre répit.

C'est comme ça que l'habitude s'est installée, je devrais dire la béatitude. Parce qu'ils ne savent pas le beau cadeau qu'ils m'ont fait. Alors, vous comprenez bien que ces heures de retrouvailles avec moi-même sont infiniment précieuses, il est hors de question que j'y laisse se faufiler un passager clandestin.
Tous les dimanches, je pars à l'aube. On m'a préparé un pique-nique raffiné. C'est Martha, notre cuisinière qui y pense et qui prélève pour moi les morceaux les plus délicats du menu du jour. Je viens toujours ici, aux Etangs Franchot. Ceux de mon enfance. Ceux où je lançais ma ligne en noisetier avec son fil de nylon et son bouchon de liège. Je ne dis pas que pêcher ne m'intéresse pas. Ça viendra peut-être un jour. Mais ce que j'aimerais alors, ce sont les grandes rivières aux courants intrépides, de celles qu'on trouve dans les romans américains, des lancers infinis, des moulinets, de grandes cuissardes, la Delaware... Alors, ici, les poissons, ils ne risquent rien...

Vous êtes revenu. Je vous vois de l'autre côté de la rive. Vous avez gardé votre pas de flâneur, mais on devine que vous savez où vous allez. Vous vous arrêtez à bonne distance. Puis vous vous asseyez dans l'herbe, avec un vrai soupir d'aise. Les jambes à se balancer par dessus la berge. Comme un gamin. Qu'importe, je ne répondrai à aucune de vos tentatives de conversation. Ça commence toujours comme ça avec les curieux et ensuite on ne peut plus s'en dépêtrer.

Mais vous n'avez rien dit. J'ai fini par vous oublier. Quand j'ai plié bagage, vous vous êtes levé. En partant, vous avez posé les yeux sur moi. Je vous ai regardé moi aussi. Nous nous sommes quittés sans nous saluer.

Le dimanche suivant, vous êtes arrivé le premier, ça m'a un peu contrarié. Mais vous aviez veillé à ne pas empiéter sur mon espace habituel. Ce soir-là, nous avons échangé un salut, léger. Peut-être que vous aussi, vous avez besoin d'air. Besoin d'un regard... Pour ne pas faire le grand plongeon. Peut-être.

De dimanche en dimanche, nous nous retrouvons, sans parler. Voilà plus de trois mois que nous nous asseyons, côte à côte. Au bord d'un silence saupoudré de vent, brodé de chants d'oiseaux. Nous regardons les mêmes nuages filer sur l'étang. Nous regardons notre reflet descendre vers l'habitat des carpes. La vie nous va.

Si un dimanche, vous ne veniez plus, je crois que vous me manqueriez.
163

Un petit mot pour l'auteur ? 26 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Roll Sisyphus
Roll Sisyphus · il y a
Tel un coquelicot le bouchon monté en épingle égayait les scintillements de la rivière, parfois entrainé par quelques brins d'herbe il piquait une tête avant de bien vite remonter en nous faisant des clins d'onde.
Ce que j'aime le plus avec elle ce sont ces muettes rencontres ou longuement elle m'invite dans le fond de ses yeux.
Ce soir encore chacun de notre côté...
Encore une fois je n'ai rien attrapé si ce n'est un moment de douce quiétude.
Merci !

Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Tellement beau... réponse à écouter dans les revers du silence.
Merci, Roll.

Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Les pirates ont volé mon soutien ici aussi. Allez hop, je revote !
Image de François B.
François B. · il y a
Votre texte m'a rappelé une scène du film Tango, de Patrice Leconte, au cours de laquelle Philippe Noiret et Bernard Lhermitte retrouvent Richard Bohringer en train de pêcher, avec une canne sans hameçon ; l'échange qui suit est savoureux mais, désolé, je ne le retrouve pas sur internet...
Votre texte rompt très agréablement avec le besoin contemporain d'être connecté en permanence avec un maximum de personnes. J'ai goûté cette parenthèse de quiétude qui permet de retrouver la valeur des liens noués sans précipitation (il me vient aussi l'image du Petit Prince et du Renard...). Mon soutien

Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Que de belles références, François. J'en suis sincèrement touchée et plus encore de votre délicat commentaire. Merci. Sincèrement.
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Je me reconnais dans cette histoire. Il y a des personnes que j'aime croiser, avec lesquelles je sens que quelque chose est possible, probable, mais cela reste comme un destin de secours. Des regards, des non-dits, des complicités inavouées. Un récit merveilleux, tout en délicatesse.
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Je suis très touchée, Félix, par ce joli moment de partage. A bientôt et belle soirée à vous.
Image de Georges Marguin
Georges Marguin · il y a
Ca ne mord pas ? moi non plus je ne mordrai pas. C'est tellement bien décrit cette solitude à deux sans paroles !
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Merci d'être revenu flâner au bord de mon étang, Georges. Ça me fait vraiment plaisir. Je vous souhaite une belle journée.
Image de Zou zou
Zou zou · il y a
Un bonheur à l'état brut...
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Trop sympa d'être repassée, merci Zouzou. Je vous souhaite une belle journée.
Image de Cali Mero
Cali Mero · il y a
Trop bien, le seul moment de détente de la semaine. Se retrouver avec ses souvenirs au bord de l'étang, apprécier ce moment sans avoir l'intention de pêcher. faisant plus qu'un avec Dame nature... Un autre pêcheur se tient à bonne distance, respectant l'un comme l'autre cet instant de solitude... Joli Môme de Meuse
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Comme c'est gentil d'être repassée, asseyez vous à côté de moi, gentil Cali, nous bavarderons un peu. Je vous souhaite une belle journée
Image de Alauda D.
Alauda D. · il y a
Une jolie parenthèse au bord de l'eau, apaisée et apaisante ..
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Merci pour ce joli commentaire et pour la visite.
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
À défaut d'attraper des poissons, le narrateur attrape la paix et un certain bonheur.
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Merci l´ange, d´être venu flâner au bord de cet étang . Bonne journée et à bientôt.
Image de Prisca Emelian
Prisca Emelian · il y a
Quels beaux dimanches finalement! Ce monologue intérieur me plait beaucoup!
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Je suis touchée de votre visite, Prisca. Merci.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La convocation

Mome de Meuse

Ce qu'il ressent d'abord, c'est de l'impatience puis bientôt de l'inquiétude. La professeure de français termine la distribution des cahiers et Gaël n'a pas reçu le sien. Alors, il se lance ... [+]

Très très courts

Marie

Marie M.P.

Elle était bizarre Marie.
Et quand elle riait c'était pour partir un peu. Pour s'éloigner de nous, en lançant ses éclats tranchants de rire.
Et quand elle frappait, elle partait aussi. Elle... [+]