Zone

il y a
2 min
87
lectures
20

Il y a des jours où l’on succombe à cette idiotie qui nous mène dans les zones périphériques de nos villes.
Hier, j’avais une sorte de cafard immense, grignotant mon âme bleue et personne ne répondait à mes appels. Cette angoisse indéfinissable, ce sentiment de vacuité totale m’étreint parfois et je comprends tellement le désespoir de ceux qui n’en peuvent plus et décident tout simplement de s’arrêter là.
On entrevoit l’absence de sens, l’impossibilité de vaincre le temps, la déchéance, la mort et on se dit alors « À quoi bon ? »
Moi dans ces cas-là, je prends ma bagnole et je file. Assez loin de la maison. Le trajet déjà me calme. Les feux rouges m’agacent et me reconnectent.

J’arrive dans une Zone qu’une Nationale qui n’en finit plus traverse en sa partie médiane.
Le long des deux voies limitées à 70, des enseignes font le tapin.
Elles cherchent à vous rabattre vers ces entrepôts aux couleurs saturées et désordonnées, cacophonie rythmique.
Attendent en rangs serrés les pièges à ménage en début de vie à deux : hangars qui déversent leurs lits en mélaminé, leurs canapés modulables, leurs penderies évolutives, leurs rouleaux de tissus sublimes ou vulgaires, leurs pneus, leurs vis, leurs lampes à poser, à fixer, leurs trouvailles décoratives du monde entier, des distributeurs de petits bonheurs matériels.
Je me gare facilement après avoir slalomé autour de mon quatrième rond-point. Et là commence l’errance. Je passe d’un entrepôt à l’autre regardant jusqu’à m’en gaver les objets, les choses dorées, les laques réfléchissant la lumière des néons. Au début, je suis surprise, ravie par les nouveautés. Les jolies serviettes en éponge de bambou ! Comme il est bien vu ce fauteuil !
Une odeur persistante de plastique flotte parfois dans certains magasins. D’autre fois, c’est celle écœurante d’une chambre mal aérée, mélange d’exhalaisons humaines, tièdes et fétides. Il n’y a pas de client, nous sommes en semaine. Je fais des kilomètres à l’abri du vent, de la pluie, du soleil, c’est selon.
Je marche et je regarde jusqu’au dégoût.

J’achète un carnet que je trouve beau et dont je n’ai pas besoin. Quand j’écris, j’utilise mon ordinateur, mais j’adore les carnets alors celui-là va sans doute rejoindre les autres dans un tiroir pansu.
Je passe devant une carcasse noire et décharnée, reste d’une enseigne qui a mis la clé sous la porte. Les structures de métal noirci sèchent, dévitalisées.
À côté, un bâtiment vert et beige. Cette enseigne vous chante les louanges d’une vie écologique et saine.
C’est immense et aussi laid qu’ailleurs, plus silencieux, plus déprimant aussi.
Les légumes soi-disant sains semblent défraîchis, il y en a peu. Au rayon vrac, j’admire les grands conteneurs en plastique qui exposent leurs jolies graines.
Les mélanges ont parfois des noms amusants : la rescousse de l’étudiant, le réconfort des mamans, mirobolante sensation.
J’actionne la poignée pour faire tomber des amandes de Sicile dans un sachet de papier brun.
Le distributeur s’enraye et je dois me contenter d’une vingtaine d’amandes.
Je ne vais pas chercher le vendeur, tant pis.
Un rayon vante les pouvoirs stupéfiants des pierres : « elles vous apportent chacune un bienfait par leurs ondes et leurs pouvoirs magiques. »
Elles chantent la Carmagnole aussi ?
J’en ai marre. Je sors.

Une rafale me cueille et me sort de ce cycle infernal.
Le calme, l’apaisement, l’envie de revenir chez moi.
La Nationale commence à ronfler, je ne devrais pas tarder si je compte éviter les embouteillages. Une enseigne de boustifaille prête à balancer aux clients, voit une voiture s’arrêter à son drive. La voiture prend son malodorant sac gras et repart en ripant sur le bitume.
Un camion prend sa place, résigné à mal manger.
Je reprends la route et au dernier rond-point, un coup de volant vers l’ouest. Je fonce vers la mer.

20

Un petit mot pour l'auteur ? 42 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Cristo R
Cristo R · il y a
Si j'ai compris c'est vers la Bretagne et l'océan que notre ami se dirige. Que va t-il découvrir ? On attend la suite et le talent de la conteuse. Que va découvrir notre héros , la même chose , des plages spoliées et polluées ou bien le paradis celtique perdu. Il y a encore quelques poches de résistance dans les iles comme Bréhat , Belle ile en mer . Jersey et Guernesey ne font plus partie de l'Europe. Si le conducteur est peu fortuné il pourra soit dormir sur une aire d'autoroute soit dans un motel en plastique. Qu'il n'oublie pas de mettre son masque et de se laver les mains.
Merci de ce texte terriblement réaliste sur les périphéries des villes et leur logique commerciale qui continuent à s'étendre .... Où va t-on en effet? Ce texte vaut bien un court et noir.

Pour moi l'avenir est rassurant les grands centre commerciaux c'est fini ah ah ah! : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/sang-noel

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Beurk ! La réalité nous coupe le souffle. Après le périphe, c'est l'enfer
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
Mais quel voyage en zone périphérique ! Je n'aurais pas pensé à écrire une telle sortie, mais le résultat est riche en détails en termes de dégradation des paysages et oui, c'est tout à fait ça : "les enseignes qui font le tapin". Oui, la mer, l'océan, l'écume, les vagues, les embruns et vite !
Image de France Passy
France Passy · il y a
Il faut se presser maintenant car on va encore se trouver enfermé...
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
Il nous reste l'écriture et notre capacité à rêver !!!
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une grande évasion, après le piège commercial ... !
Image de France Passy
France Passy · il y a
Exactement.
Image de Alain de La Roche
Alain de La Roche · il y a
"au dernier rond-point, un coup de volant vers l’ouest. Je fonce vers la mer".
Oui, c'est ce que je viens de faire... direction Auray, Erdeven et Concarneau.

Image de France Passy
France Passy · il y a
Et moi enfermée à travailler , grrr
Image de Elisa Comte
Elisa Comte · il y a
C’est tout à fait ça, ces « zones ». Que c’est bien écrit !
Image de France Passy
France Passy · il y a
Merci.
Vous zonez aussi Elisa?

Image de Elisa Comte
Elisa Comte · il y a
De moins en moins en région parisienne, mais en province oui !
Image de Elisa Comte
Elisa Comte · il y a
Oui ça m’arrive : fouiner dans les brimborions d’un bazar m’apaise ! Quel plaisir de trouver un gadget pour la cuisine et que je n’utiliserai jamais !!!
Image de France Passy
France Passy · il y a
Et quel plaisir de trouver un vaquerre
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Un texte fort, j'aime ces descriptions, ces enseignes qui font le tapin, et cette zone, qui nous confère un positionnement dans une autre dimension du temps plus urbaine.
Image de France Passy
France Passy · il y a
Merci Félix. Votre appréciation compte pour moi.
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci à vous France. C'est un plaisir de vous lire.
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Bon, des amandes et la mer, les coups de tête nous mènent sur le bon chemin
Image de France Passy
France Passy · il y a
Parfois oui, s’amender à la mer et st une bonne toquade...
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Un texte fort, écrit sans concessions ! Merci ! (je me suis abonné...au plaisir de lectures croisées....)
Image de France Passy
France Passy · il y a
Merci Randolph.
Texte refusé par Short édition donc ces encouragements sont les bienvenus.
Au plaisir de vous lire également.

Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Vertige devant cette société de consommation qui ne fait finalement que creuser le mal-être et conduit parfois à de fatales extrémités... Cette précipitation vers la mer est-elle réellement destinée à oxygéner votre narratrice ou s'agit-il d'une fin "à la Crin Blanc" ?
J'ai adoré "des enseignes font le tapin".

Image de France Passy
France Passy · il y a
Merci Joëlle. Je réponds tardivement car je n’avais que peu de connexion dans la ... zone où je me trouvais !