4
min

Zhora : planète dissimulée à dessein

Image de Claire

Claire

37 lectures

31

Comme à son habitude, Chô pinça avec malice une de mes oreilles pour me signifier notre arrivée. Je m’étais assoupi pendant les dernières années-lumière du voyage. Cette région déserte de l'espace m'ennuyait déjà. Pas de piraterie, ni d'astéroïde. Seul le vrombissement de notre capsule spatiale causait le mal de crâne. Ma foi, le Conseil des Galaxies Fédérées œuvrait avec une réelle efficacité pour me punir de mes frasques passées.
— Jéro ! C’est quoi cette minuscule bille bleue devant nous ?
— La planète Zhora.
— Zo...quoi ? Jamais entendu parler. Elle n'est même pas répertoriée. Quelle arnaque, cette mission !
— Ne commence pas, Singe Augmentis ! Allume plutôt le scan.
Depuis l’espace, Zhora l'anodine aux confins de l’univers dissuadait le plus ambitieux des explorateurs du Conseil de s’y intéresser. Nous traversions des trous de verre depuis plusieurs semaines pour l'atteindre. Avec les technologies actuelles de 2250, ce voyage avait duré bien plus longtemps que mes missions antérieures.
A son air renfrogné, Chô regrettait sans doute de m’accompagner et moi de lui avoir dissimulé les circonstances de l'obtention de cette mission.
— Forte similitude avec ta Terre, environ 25° en surface, un seul continent de quelques 20 000 km carré, habité et noyé sous un brouillard incroyablement épais. Tu as un problème avec les planètes ensoleillées ?
— C’est mauvais pour ce que tu as !
— Pour quoi donc, cachotier ?
— Un penchant exacerbé pour la raillerie ! C'est pas dans ton ADN modifié, ça ! Abstiens-toi de détourner la conversation.
Sans réelle inspiration, nous nous équipâmes en nous chamaillant pour une expédition en surface.
***
— Cours, le Terrien ! Plus vite !
Une heure après notre atterissage, la découverte d’une espèce de gros chien aux crocs de félin nous avait déroutés au détour d'un chemin de terre. Une odeur inhabituelle avait dû titiller son odorat. L’arme toujours attachée à la ceinture, je courrais déjà avant même d'avoir entendu le moindre grognement hostile. Une odeur inhabituelle avait dû titiller son odorat.
Si seulement je portais mon propulseur dorsal, je pourrais grimper aux troncs dans cette nature qui me rappelait celle de l'Ancienne Ecosse. La soi-disante simplicité de cette mission avait atténué ma méfiance ! Chô avait activé ses capteurs ultra-sensitifs ; grâce à eux, la vue à vingt mètres à travers l'épaisse brume devenait possible. Tandis qu'il sautait sans effort d’arbre en arbre, je peinais à avancer sur un sol aux herbes hautes et gorgé d’eau qui présentait de nombreux pièges naturels comme trous, branches, roches en tout genre.
— T’es marrant, toi ! Je ne discerne pas les irrégularités du terrain avec ma lunette optique.
— Lève les pieds, bon sens ! La bête est toute proche à présent.
Soudain, le sifflement aigu d’un objet lancé depuis ma gauche me força à stopper net ma course. Non pas que je fusse touché, mais l’animal s’effondra avec fracas à proximité. Chô me rejoignit au moment même où je posais les yeux sur notre sauveuse. Ce n’était pas la première fois que je rencontrais un être comparable à un hominidé sur une autre planète que la Terre. Je ne fus en rien surpris en ce jour non plus.
D'un air triomphant, une jeune fille nous toisait depuis un promontoire de terre, avec, dans sa main gauche, un genre de sarbacane à fléchettes empoisonnées. Du haut de son mètre cinquante, elle arborait comme chevelure une surprenante crinière tressée avec de multiples mèches dégradées de brun. Son corps était vêtu d’une mince étoffe aux jaune et rouge éclatants. Sur ses mains et ses jambes, des tatouages dorés luisaient dont j'imaginais qu’ils représentaient des victoires à des défis.
A ses pieds, la bête ronflait dorénavant aussi adorable qu’une peluche.
— Une idée de la façon dont on lui signifie notre intention de la suivre, Jéro ?
L'autochtone ricana de façon inattendue, comme une moquerie.
— Arrêtez de discuter, nous somma-t-elle. Suivez-moi et faîtes attention aux endroits où vous mettez les pieds, lança-t-elle avec un clin d’œil avant d’ouvrir le chemin.
Chô sauta sur mon épaule, plus rageur que jamais.
— Cette fille parle ta langue ! Vas-tu enfin me dire la raison pour laquelle nous sommes ici ?
Mon ordre de mission stipulait de façon laconique d’explorer la planète avec minutie !
— A vrai dire, je n’en suis plus si certain.
***
Plus loin, là où la brume s’éclaircissait sur les flancs des seules collines de l’île, nous fûmes conduits auprès du chef local. Sur le chemin, la jeune fille n’avait pas pipé mot, à part son prénom, Jana, et les avertissements d’usage afin que nous ne nous égarions pas. La faune environnante ressemblait à des chênes et de mélèzes terriens, tout comme ses habitants à des Humains.
A l’entrée d’un grand village, un air de déjà vu me frappa plus encore, en référence à des images de mes anciens manuels d'histoire. Des champs de céréales cerclaient les murs d’enceinte ; des habitations en pierre et chaume se dressaient autour d’une place forte. Certains animaux miaulaient, rugissaient, gémissaient. Des meubles en bois habillaient l’intérieur de la salle où l’on nous fit attendre. De cet environnement se dégageait un mélange de rusticité maîtrisée et d’ordre familier.
— Hé, tu penses la même chose que moi, là ?
— Hein ?
— Ils sont de ta famille !
— Quoi ?!
— Ouais, ils puent comme toi avec quelques zestes de résine de sapin ! Ce sont des Terriens.
***
Un homme au profil élancé se présenta comme Lodrac, chef de ce campement. Il me serra la main avec fermeté.
— Vous êtes envoyés en mission depuis la Terre, n'est-ce pas ?
— En effet.
— Nous attendons votre représentant depuis deux cents ans. Le Conseil des Nations Unies a dû prendre sa décision dorénavant. Avons-nous son accord pour éteindre cette brume ?
— Eteindre la brume ?
Il éclata de rire devant mon regard incrédule.
— Nous vivons avec modestie, mais la technologie est bien cachée, je vous assure.
La technologie. A ses dires, je réalisai que je jouerais une épreuve d’improvisation. Afin de me détendre, je requérais avec politesse des denrées à partager avec Sodrac pendant notre conversation.
Les habitants de Zhora descendaient de Terriens envoyés dans l’Espace en l'an 2052, à la suite de multiples percées technologiques. Dôtés de matériaux modernes, les Premiers avaient fondé une colonie dont le seul objectif était de dissimuler une arme dévastatrice appelée le Craleg. L'objet permettait de créer ou de détruire les trous de verre. Quiconque le possédait bousculerait l’ordre de l’Espace à sa convenance. Une guerre éclaterait et le Conseil des Galaxies Fédérées manquerait de poigne pour maintenir la paix.
Bien entendu, la planète n’apparaissait sur aucune carte ; les descendants des membres éminents du Conseil Terrien avaient transmis l’information par oral. J’avais moi-même reçu l’ordre de mission, par lettre manuscrite remise en main propre par mon supérieur.
— Récupérons cette arme de destruction massive et organisons un magnifique feu d’artifice interstellaire, s’extasia Chô.
***
Je demeurais pensif et silencieux, plusieurs heures après la rencontre au village. Chô s’inquiéta de mon état au moment de franchir le premier trou de verre pour notre voyage de retour.
— Mec, tu es certain que c’est la meilleure solution ?
— Notre rapport stipulera que nos recherches sont restées vaines. En chemin, nous détruirons les coordonnées de cette planète de nos archives spatiales afin que personne ne mette la main dessus.
— Le peuple de Zhora et ses descendants vivront à jamais sous cette brume, isolés du reste de la Galaxie. C'est peut-être pour le meilleur. Je crois que tu as raison, le Sage.
— Content que...
— De toute façon, c’est moi qui choisirai notre prochaine mission !
J’esquissais un sourire en coin à l’idée de son incapacité à se tenir éloigné des missions douteuses, pourvu qu’elles lui offrent des rais de soleil.
— Quelle surprise ! Un intrus dans la soute...
— Une, tu veux dire !
Derrière le sas qui s’ouvrit sur action de Chô se tenait Jana, plus déterminée que jamais à parcourir la Galaxie.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
31

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Jenny Guillaume
Jenny Guillaume · il y a
Je découvre votre texte un peu tard, c'est un univers très riche ^^ à bientôt
·
Image de Thomas Clearlake
Thomas Clearlake · il y a
Super texte, Claire. Je vote
(attention répétition de la phrase ligne 30 : Une odeur inhabituelle avait dû titiller son odorat)

·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Un bon récit de science-fiction. Bravo!
·
Image de Claire
Claire · il y a
Merci à tous pour vos commentaires et votes !
·
Image de Caruso
Caruso · il y a
Une belle histoire à développer par la suite + 4
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...

·
Image de Claire
Claire · il y a
Merci beaucoup ! Je renvoie le compliment pour "Frontière de brumes".
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un bon texte, mes voix de soutien. Peut-être aimerez vous "L'héroïne" "Tata Marcelle" ou "Le Grandpé".
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Joli écrit , vous avez mes voix et mes sincères encouragements !
Si mon royaume embrumé vous intéresse pour continuer votre voyage, c'est par ici... (au cas où vous ne l'auriez pas lu)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·
Image de Claire
Claire · il y a
Merci pour ces encouragements.
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition ; http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Claire
Claire · il y a
Merci !
·