Image de michel jarrié

michel jarrié

1140 lectures

1141

Finaliste
Sélection Public

8 juin 17 heures.

Je quitte la table de jeux, en plein air à l'ombre des arènes, après une partie de belote coinchée des plus agréables. Mon partenaire, Zé le sous-marinier, fut plus qu'à la hauteur.
Élégamment vêtu de noir notre jeune nonagénaire s'était auparavant, une fois de plus, lancé dans ses souvenirs, souvenirs que j'avais en partie partagés, que ce soit en crampons, balle aux pieds, ou encore boules en mains lors de concours de pétanque. Il était bon en tout le bougre.

Sa vie, qui pour notre bonheur continue, est d'une telle richesse qu'il ne faut surtout pas qu'elle tombe dans l'oubli.
Son géniteur, protestant de naissance, afin de pouvoir épouser sa promise catholique, dut se baptiser un jeudi, communier le vendredi afin d'avoir accès à sa nuit de noces le jour suivant, noces qui ne furent pas celles de Tobie* puisque neuf mois après, jour pour jour, Zé vint au monde.

Dix ans plus tard nous le retrouvons en soutane, sous les traits de videur de burette patenté, je pris d'ailleurs sa succession d'enfant de chœur comme la plupart des moutards du village.
Communiant, il fit partie de la dernière promotion qui se rendit au château afin de recevoir des mains de notre chère petite Marquise, chapelets pour les filles et croix nacrées pour les garçons.

Après de solides études primaires Zé retrouva la liberté, si l'on peut dire, les allemands étaient là, le couvre-feu réduisant d'autant ses envolées d'homme naissant. Le voici cependant farandoleur et, outre ses sorties du territoire, il fut sommé de danser afin de meubler les loisirs de l'occupant.
.
Au sortir du conflit Zé, comme ses camarades, amena son quignon de pain sur la table familiale et son inclinaison pour la bonne chair l'amena en cuisine.
Excellent nageur et las de faire des aller-retours dans les tourbillons du Rhône il y eut chez lui un déclic, l'appel du large, et c'est vers la marine que le portèrent ses goûts.
Notre enfant du pays ne pouvait avoir une destinée ordinaire. Il fut donc cuisinier des années durant au fond des eaux. Son sous-marin avait pour nom « L’enjôleur ».

Là, ouvrons une parenthèse romanesque digne de notre héros :

À vouloir racler de trop près les fonds marins, il arriva qu'un jour l'hélice du submersible se trouva empêtré dans les algues.
Le commandant de bord, ayant des racines rhodaniennes communes avec Zé, le désigna avec la mission suivante :
— Toi qui nages comme un triton, va voir ce qui se passe.
Avec l'enthousiasme de ses vingt ans notre garçon, affublé d'un scaphandre, fut propulsé hors du submersible. Arrivé vers l'hélice il découvrit au lieu et place des algues, une gigantesque pieuvre qui enserrait le bâtiment dans ses tentacules. Que faire ?

Inspiré par sa juvénile expérience des choses de la vie, notre sous-marinier utilisa de son charme incitant le monstre à le suivre. Retenant son attention avec force caresses il l'attira dans son sillage.
Grâce à son imagination et son audace Zé sauva le sous-marin et ses occupants d'une issue fatale.
Le seul hic fut que la pieuvre devenue follement amoureuse, le suivit tel un toutou fidèle et certains attestent qu'à sa démobilisation, la bête mue en sirène remonta le Rhône à ses côtés.

Reprenons notre souffle, ouf !
Zé tint un temps épicerie dans son village, toutes ces dames venaient, non pas pour la marchandise mais, pour écouter les prouesses passées de notre homme. Les clientes ressortaient toutes tremblantes et, mine de rien, avec le panier plus garni qu'elles l'auraient souhaité.
L'occasion voulut qu'un restaurant fut mis en vente à Saint-Rémy de Provence.
Zé reprit son travail de cuisine mais deux ans plus tard, l'afflux de touristes eut raison de sa santé et fort sagement il jeta son dévolu sur le café de Boulbon retrouvant du même coup son Rhône adoré et ses parties de pétanque.
Notre homme ne fut, pas plus qu'un autre, épargné par les aléas de l'existence, mais, s'il garde un souvenir couché dans un écrin c'est bien ce mois de Juillet 1985 passé à la carrière de Boulbon aux côtés de Peter Brook en tant que responsable de popote.
Il y découvrit ce monde merveilleux du festival d'Avignon et le « Mahâbhârata » de Peter avec tous ces comédiens et machinistes cosmopolites à nourrir !
Zé avait installé un immense gril à même le sol. Les côtelettes d'agneau et les côtes de porc s'entremêlaient permettant à tout un chacun de se nourrir selon sa croyance. Pour ce qui est de l'accommodement des salades et légumes aucun problème : romarin, thym, sauge et sarriette étaient à portée de main...
Peter Brook est lui aussi par bonheur parmi nous, demandez lui s'il se souvient de Zé ! Je suis certain de sa réponse, on ne peut oublier un tel phénomène...


Vendredi 13 Juin 15 heures.

Allez zou. Je vous laisse. Zé doit être déjà cartes en main à m'attendre. Peut-être aura-t-il choisi un autre partenaire ? Si tel est le cas j'en profiterai pour faire un petit pénéquet**

Tiens ! La première cigale vient de chanter !

 

_____

Les nuits de Tobie* : Tobie passa trois nuits en prières avant d'honorer Sara.
(je ne sais pas vous, moi je n'ai pas pu !)

Pénéquet** : sieste... Chuuuut !

PRIX

Image de Été 2019
1141

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Quel conteur! Malice, traits d'esprit, humour subtil, connivence avec le lecteur, héros du quotidien terriblement attachant, tout y est pour nous donner un immense plaisir de lecture. Et si par-dessus tout ça planent le chant de cigales et une heureuse sérénité, on ne peut qu'y puiser la douceur de vivre qui manque tant à certains d'entre nous. Je souhaiterais vivement que ce texte soit lu à voix haute sur le site.
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Merci Sylvie pour votre présence et commentaire.
Image de Guillaume Jacquiat-Line
Guillaume Jacquiat-Line · il y a
Nîmes ? Arles ? Une écriture du pays : minérale, élémentaire comme un galet qui chauffe au soleil....
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Merci Guillaume pour votre commentaire sympa. Le village est Aramon. Vous devez être du coin je suppose. Hier il y avait foule à la foire de la ST.Martin (voir midi-libre )
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Par amour de Zé la pieuvre devint sirène, grâce à vous tous Zé devient dauphin.
Nous vous remercions de tout coeur.
Zé et michel.

Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Le jour où le jury se penchera sur un de mes délires, je rendrai l'âme.
Une façon d'assurer mon immortalité !.....

Image de Randolph
Randolph · il y a
OK pour Zé
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Tu es le seul qui a vu la ''marchandise'' avant de l'acheter ! rare privilège.
Image de Randolph
Randolph · il y a
Que je crois avoir apprécié à sa juste mesure ! Même Nikon était honoré !
Image de Michaël ARTVIC
Michaël ARTVIC · il y a
Je revote . Amicalement.
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Merci Artvic pour votre présence. Ceci aura le don de réveiller Zé qui commençait à s'ennuyer ! A bientôt.
Image de Nelson Monge
Nelson Monge · il y a
Une trame originale soutenue par une écriture des plus originales. mes votes.
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Merci tant pour votre soutien que pour votre commentaire. Non dimanche.
Image de Denys de Jovilliers
Denys de Jovilliers · il y a
Un mode narratif original. Bonne chance pour la suite !
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Zé c'était et c'est tout le midi avec ses conteurs qui ré-enchantent leur monde en meublant les heures qui passent.
Merci Denys

Image de Marc Cambon
Marc Cambon · il y a
Bonne chance en finale, un langage maîtrisé et une beau texte. Zé un faible pour lui.
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Cet après midi on a disserté sur les surnoms et en patois local s'il vous plait ! une franche partie de rigolade ! Merci Marc et à bientôt.
Image de Kendra Ladel
Kendra Ladel · il y a
J'offre mes voix à vous et à cet aimable Zé !
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Zé sera ravi ! savez-vous que ce coquet relève tous les jours le compteur, et me houspille quand je néglige le travail !
Image de Stéphane Sogsine
Stéphane Sogsine · il y a
Bonne finale
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Merci de tout coeur Stéphane, l'essentiel reste le partage.

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

J'aime l'argent. Ça a toujours été mon moteur. Plus jeune, c'était pire. Il me fallait toujours du cash, pour flamber, devant les potes, bien sûr, mais surtout devant les femmes... Qu'est-ce que ...