Zaïnara

il y a
2 min
27
lectures
13
Et quelques pas plus loin il aperçu courir à l’horizon la guerrière emblématique de la lointaine contrée de Zaro. Belle, d’un cran plus marqué que chez les jeunes mâles de son âge, la dulcinée de Bouka était une amazone qui avait fait ses preuves dans les luttes où prenaient par des guerriers dont la force n’était plus à démontrer. Jona qui se promenait dans la savane prit peur et se mis aussitôt à couvert sous l’arbuste le plus proche qui séparait le chemin en deux voies qui serpentaient la plaine parsemée de verdure. Voyant la resplendissante guerrière passer, son cœur ressortait de la poitrine avant d’y retourner et n’en finissaient point de battre au rythme des pas de Zaïnara qui défilaient sur les pierres en fusion recouvrant la savane. Aussi rayonnante que son courage, la jeune déesse continuait sa course sans l’ombre d’une seule goutte de sueur afin de rattraper ce lapin bien dodu dont la saveur à venir allait ravir les casseroles de Zaïnara.
Revenant de la rivière où venaient s’abreuver villageois et animaux de la savane, Zaïnara s’arrête en chemin lorsqu’elle aperçoit au bout de son pied des marques presque toutes effacées par l’orage qui s’abattu sur le village la veille.
-quelles sont ces traces que je vois là à mes pieds ? Se questionna-t-elle avant de s’accroupir pour mieux scruter les formes qui se dessinaient sur la terre rouge-brique du sentier. La jeune femme à taille fine et robuste regarda de plus près ; un coup d’œil à droite, un coup d’œil à gauche et scruta la marque sous toutes ses coutures afin de donner une image plus familière à ce qui lui semblait jusque là être juste des traces sans intérêt.
-Zaïnara que fais-tu donc là accroupie sur le sentier demanda Bouka son fiancé qui revenait de la chasse avec des jeunes hommes du village.
-je me suis arrêt pour étudier ces traces qui divisent le chemin. Chasseur futé, Bouka y jeta un coup d’œil éclair et reconnu tout de suite les marques de pattes à moitié effacées par la diluvienne pluie de la veille.
-ce sont des traces de lapin ! S’exclama-t-il avant de lui remettre sa jarre remplie d’eau sur la tête. Le jeune Bouka ne pouvait s’empêcher de miroiter les courbes qui ressortaient les allures de déesses que cachaient mal les vêtements de Zaïnara.
Les chasseurs devant, les amoureux les suivaient de près sans se lacer de flatteries chose qui ne laissait guère les autres indifférents. La jeune guerrière qui pensait encore à ce fameux lapin pouvait déjà se raviver les papilles de souvenirs d’un tel festin, elle passait au scanner chaque centimètre carré de la broussaille en bordure de route de temps à autres. Juste au moment où elle revenait de son festin imaginaire, Zaïnara vit un buisson bouger ; aussitôt que le dos de sa jarre eut touché le sol, elle se tenait déjà au pied du buisson qu’elle vit filler entre ses jambes un bon spécimen de lapin grisâtre. La détermination de la jeune guerrière n’étant pas des moindres, d’un geste habile dont elle seule savait la maîtrise, elle saisit la lance de Bouka et se mise à la poursuite de son dîner mettant à jour ses talents cachés de chasseur...
Bouka regardant avec stupéfaction sa bien aimée se lancer à la chasse ne manquait pas de s’en venter au près de ses compagnons de routes qui restèrent sans voix devant ce spectacle foudroyant jamais survenu auparavant.
-salut camarades ! Retentit la voix de Jona qui se dirigeait vers le village. –salut Jo rétorqua la bande en chœur revenant de leur film grandeur nature.
Le jeune Jona n’était pas une personne comme on en rencontrait dans la contrée ; il était plutôt mal vu pas les jeunes du village qui ne trouvaient en lui que peu d’intérêt. En effet, Jona ne cautionnait point la chasse de tout type d’animale chose incomprise par le village.
Quelque pas plus loin, il aperçu Zaïnara et tel un caméléon, il prit les couleurs de la nature pour échapper à la vue de cette dernière. –je l‘ai eu cria-elle heureuse de son succès... le groupe se rapprocha d’elle et ils reprirent le sentier qui les noyait dans le soleil rouge fuyant sur l’horizon.
Derrière eux, plus loin encore, Jona sortit de son buisson et se remit en chemin avec pour seul repère le sourd bruit qui venait du groupe car aveuglé par le soleil de feu qui se tenait face à lui...
13
13

Un petit mot pour l'auteur ? 5 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Hamed cedric Koula
Hamed cedric Koula · il y a
Très beau récit, DEba je vous donne mes voix
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Comme un conte, exotique et moderne.
Image de Philippe Barbier
Philippe Barbier · il y a
Bonne description
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
festin de savane
Image de Randolph
Randolph · il y a
Un récit captivant ! La suite !!
Je me permets, si ce n'est déjà fait, de vous inviter à lire, et soutenir si cela vous plait, "Au loin". Merci d'avance et bonne journée Deba !