X X

il y a
1 min
277
lectures
62

Il faut avoir un peu de chaos en soi pour accoucher d'une étoile qui danse. Friedrich Nietzsche  [+]

Je signerai d'une croix,
je ne sais plus écrire.
Seules,
les violentes écumes des océans,
les poignées de sables mouvants,
de terres brutes et sombres,
les griffures des ronces,
les gifles des branches de noisetiers
jetées en pleine figure, me rendront peut être la mémoire.
D'où vient cette amnésie ?
Je hais cette impression d'étaler des courants d'air sur une tartine de néant
Combien de fois, crayon à la main, page blanche,
doigts sur le clavier, écran blanc, puis noir,
j'ai eu envie de crier une sorte de désespoir.
Les mots étaient bien là,
sur la mine, sur Azerty, sur ma langue,
vas-y, lâche toi, c'est simple...
Non ! Rien à faire. Julien Green avait raison :
"La pensée vole et les mots vont à pied."
Il est donc là, ce décalage...
Alors, je sors, je vais marcher, très vite.
Je ne pense qu'à mes pas, mon allure, ma respiration...
...et... le miracle se pointe, comme une apparition.
Les mots affluent,
la tête se remplit de formules qui m'émeuvent.
Vite, les répéter,
les apprendre par coeur,
pour qu'au bout du chemin, elles soient toujours là,
pas envolées comme les oiseaux que je croise,
les fleurs blanches que je ne connais pas,
les pas furtifs d'animaux peureux qui ont l'air de me craindre,
alors que je ne ferais pas de mal à un lapin,
juste à une mouche, un moustique ou une guêpe.
Parfois à des fourmis, mais c'est une autre histoire.
J'écrirai donc dehors, puisque c'est mon lot,
il faudra bien que le vent m'écoute...
Le visage au soleil,
les cheveux sous la pluie,
les pieds boueux ou secs,
au bord d'une rivière, d'un lac ou d'un grand pré,
les oreilles guettant le moindre chuchotement,
allongée dans l'herbe, sur le ventre,
le nez sur une graminée,
escaladée par une petite bête d'un vert si clair,
dérangeant une grosse limace,
surprise de me voir à sa place,
la bouche soudain remplie d'une toile d'araignée, assaisonnée de rosée,
chassant, d'un revers de main, une bestiole curieuse et bourdonnante,
ou couchée sur le dos, le regard, sur les cimes des arbres,
ébahi par tous les verts de la création qui se balancent et me donnent le tournis,
les mots se faufileront, démangeront ma mine, noirciront la page blanche,
me rendront si heureuse, que je voudrais le crier.
Même si les mots sont tristes.

62

Un petit mot pour l'auteur ? 99 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Che
Che · il y a
Quand la page blanche se met au vert pour lâcher les mots croquer le vivant.
Pas si tristes les mots, n'est-il pas ?

Image de Sourisha Nô
Sourisha Nô · il y a
très beau texte, le processus de création vu de l'intérieur.simplement.j'aime vraiment beaucoup.
Image de Eve Zibelyne
Eve Zibelyne · il y a
Un poème un brin furieux qui mue vers une ode aux éléments en élan d'écriture, j'aime.
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
C'est bien ça Eve. Merci d'aimer
Image de Perle Vallens
Perle Vallens · il y a
Beaucoup de poésie et d'émotion dans cette incertitude des mots..
Image de Lulla Bell
Lulla Bell · il y a
C'est émouvant , bouleversant, cette impuissance à crier, à exprimer... C'est cette liberté qui te fait écrire, la sentir, la vivre, sentir la vie en toi et autour de toi qui te permet de sortir ce cri qui te rendront si heureuse même si les mots sont tristes... Je suis touchée ! bisous
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
Merci Lulla jolie
Image de Bisaigue12
Bisaigue12 · il y a
Un très joli texte, presque un conte, ça y est je comprend la poésie!
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
Comprendre et sentir...là est le plaisir.
Image de Bisaigue12
Bisaigue12 · il y a
Ben je débute hein? je viens d'en parler à la grosse limace qui, surprise de te voir à sa place, me conseil de me laisser aller à écouter mon cœur qui bat de plaisir, alors tu vois, j'apprends.
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
Elle a bien raison la grosse limace.
Image de Bronislaw Raddov
Bronislaw Raddov · il y a
Il y a du drôle. Il y a du beau. Je sens une fureur. Sur laquelle ce texte chevauche.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
il passe dans ce texte quelque chose de profond, aérien ! il faut le lire plusieurs fois pour en retenir l'essence. oui c'est ça, le cacher dans sa manche et le sortir encore et encore .pour le plaisir.
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Laissons les mots guérir nos maux !
Image de Michel Le Caladois
Michel Le Caladois · il y a
Merci de m'avoir tiré de mon étude poussiéreuse...enfin, je respire.
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
Tu sens l'air du large ?

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Un Loup

Thierry Covolo

Le gosse en face de lui a treize ans.
Méfie-toi, lui a dit Gaïa, il est fort. Personne n’est fort face à moi, a répliqué Plokhine avant de clore la discussion d’un baiser.
Le gosse est... [+]