Wawrinka - Musetti / Rome 2020

il y a
1 min
8
lectures
0
Ce qui frappe, c’est d’abord le silence. Deux athlètes sont assis de part et d’autre du filet. Si on prête l’oreille, on entend leur souffle. En arrière plan, les grillons. Normal, il est 23h25. La nuit reste chaude. Les tribunes sont vides. L’ambiance rappelle celle d’un dojo. Nous sommes pourtant à Rome, au premier tour d’un Masters 1000 post pandémie.

D’un côté, un adolescent de 18 ans, local de l’étape, espoir italien dans le sillage de Matteo Berretini et Jannik Sinner — voire, on peut l’espérer pour lui, de Fabio Fognini. Il s’encourage, regarde son camp avec insistance. Il profite du moment. Il vient de dominer d’un sévère 6/0 son adversaire du jour.

De l’autre côté, un homme de 17 ans... son aîné. C’est un ancien vainqueur de Roland-Garros, dont la besace est garnie de deux autres Grands Chelems. Stan the Man. The old man, a-t-on envie d’ajouter, non sans un pincement au cœur. Il est lourd. Il est poussif. Il est raide. Mais que diable, c’est Stanimal, l’homme au mental d’acier, le guerrier au revers de fer, un mercenaire de la terre battue. Aussi quand il retourne sur le court dans ce silence monacal, l’on sent que la passe d’arme ne fait que commencer.

L’étrange match se poursuit. Une alternance de fautes directes et de coups d’éclat, un duel de revers à une main, de lifts en coups droits, d’amorties plus ou moins bien senties. Mais alors que le premier bondit aux quatre coins du cours en toute légèreté, dans l’insouciance et l’arrogance de ses vertes années, à qui le corps semble même épargner la transpiration, l’autre ahane dans une tenue détrempée de sueur, tentant de combler de sa puissance la lenteur de ses déplacements, et de rester solide dans les moments importants. Et au fil du temps, tandis que l’un s’affûte, l’autre s’émousse. Il tient jusqu’au jeu décisif, avant de s’effondrer.

Il repart alors tête basse, masquée, lance un regard noir vers son équipe. Cette défaite silencieuse contraste avec la gloire d’antan. Ce n’est plus le même homme. Est-ce encore le même sport ?
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,