Voyage organisé

il y a
2 min
1 354
lectures
252
Finaliste
Public

J'écris. Comme tant d'autres... si on me lit un peu, cela me donne envie de continuer. c'est aussi simple que ça  [+]

- Pouvez-vous m’aider s’il vous plaît ? Je cherche la porte d’embarquement pour Phnom Penh. Je devais retrouver le guide ici près de l’agence, mais le bureau est fermé, il n’y a personne. Il attend peut-être près des guichets d’enregistrement ? Sauf que je n’arrive pas à trouver le vol sur le tableau d’affichage.
- Ah vous allez aussi au Cambodge ? Quelle coïncidence, moi aussi ! Je ne comprends pas, je devais être là impérativement à 8 heures. Vous avez acheté votre billet à Enigma aussi ?
- Oui, j’ai réservé par internet. Je commence à stresser, on m’a assuré qu’un guide m’attendrait. Et je m’attendais à voir un groupe de personnes. C’est la première fois que je voyage seule, cela me panique un peu. Moi aussi j’avais rendez-vous à 8 heures.
- L’avion ne décolle qu’à 22 heures, il est trop tôt pour enregistrer les bagages... il vaut mieux attendre ici ?
- J’ai eu du mal à trouver ce bureau. C’est étrange, il y a bien cette petite plaque Enigma, mais la porte est fermée, il n’y a personne... et rendez-vous à 8 heures, c’est vrai que c’est tôt pour un vol à 22 heures ? C’est bizarre, on se serait trompé d’heure ? Tous les deux ? Oui attendons encore un peu ici.
- Vous allez visiter Angkor vous aussi ?
- Oui, j’en rêve depuis des années, mais mon mari n’aimait pas voyager.
- Ma femme non plus ne voulait pas y aller. Vous êtes... ?
- Divorcés. Depuis cinq ans. Je commence seulement à réaliser que je suis libre de faire ce que je veux ! Et je suis tombée sur cette publicité pour un séjour à Angkor...
- Nous c’était il y a presque six ans. On ne se supportait plus. J’avais prévu ce voyage il a quelques mois, mais l’agence a tout annulé au dernier moment, je ne sais pas pourquoi. J’ai tenté de me faire rembourser, mais je n’ai pu obtenir que le report du voyage. Remarquez cela tombe bien, je ne vous aurais pas rencontrée sinon !
- Moi je voulais partir dans six mois seulement, mais l’agence proposait un prix incroyable pour cette date. Je ne pouvais pas passer à côté. C’est vrai que cela tombe bien finalement. Je me sens à l’aise avec vous, il vaut mieux, si nous devons passer les deux prochaines semaines ensemble.
- Tenez, venez, je vous offre un café. J’ai voulu appeler l’agence mais personne ne décroche. J’ai laissé un message. Allons attendre confortablement. Au pire, nous avons les cartes d'embarquement, nous pourrons toujours embarquer sans le guide.
- J’espère qu’ils vont arriver ! Remarquez, avec vous je me sens rassurée. Je suis sûre que nous pourrions nous entendre. Après tout l’hôtel est déjà réservé, à deux, nous devrions pouvoir nous débrouiller, même sans guide. C’est quand même une chance que nous nous soyons trouvés. Le hasard fait bien les choses !

Sur l’un de des nombreux écrans, elle observe le couple qui s’éloigne de la porte. On aperçoit à peine l’œil de la caméra à l’emplacement du point sur le «i» dans le mot Enigma sur la plaque. Il reste à décider si le guide doit les rejoindre ou s’ils sont capables de partir seuls. L’essentiel est fait. L’ordinateur a comparé les listes et ces deux noms sont sortis il y a quinze jours. L’homme avait déjà été sélectionné huit mois auparavant. Mais la femme qui avait été choisie pour le même voyage avait eu un accident juste avant leur départ. Il avait fallu tout recommencer pour trouver une nouvelle candidate. Reporter le voyage du type, repérer une nouvelle femme, la convaincre avec une offre irrésistible, leur donner rendez-vous à la même heure... Rien n’avait été laissé au hasard. Ils n’avaient aucune chance d’échapper à leur destin. Les bases de données avaient encore une fois donné les informations nécessaires à l’agence. Ages compatibles, mêmes goûts, même région, mêmes envies de voyage. Individus compatibles. Il était temps pour ces deux-là. Les directives étaient claires. Au-delà de six ans, on ne pouvait plus reclasser les divorcés. Trop compliqué. Elle sourit en pensant à la prime qui l’attend à la fin du mois. C’est le trente-septième couple qu’elle compose. Plus que trois ! Les circulaires tombées ces derniers mois incitent les agents à plus de zèle que jamais. Un couple formé, c’est des logements libérés, des probabilités d’augmenter la natalité, des risques de dépression en moins. L’agence gouvernementale ne laisse rien au hasard. On ne peut plus laisser la fatalité décider seule. Il faut programmer ces coïncidences inévitables.
252

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,