2
min

Voyage en bus

Image de Tam-tam

Tam-tam

6 lectures

1

Lise avait le regard perd dans le vague. Tous ces bâtiments lui faisaient tourner la tête. Pourquoi y en avait-il autant ? Et qu’est-ce que c’était moche, merde. Elle passa devant un énorme stade de foot en travaux et se demanda ce qui poussait les gens à se réunir en hurlant pour regarder des guignols se passer un ballon. C’était une sorte d’amphithéâtre romain des temps modernes, les gens venaient se défouler là-bas, venait crier leur haine contre le monde sur un pauvre arbitre qui tentait désespérément de faire son métier. Ils haïssaient l’équipe adverse, devenaient même agressifs envers ces gens qu’ils ne connaissaient pas. Dehors, quelques passants. Le ciel était gris, les visages étaient gris aussi. Il y avait un homme d’affaire qui marchait comme si le destin du monde se trouvait dans sa sacoche. Elle sourit. C’était peut-être le cas après tout. Ce monde était si fou... Il y avait aussi un enfant et sa maman. L’enfant sauta dans l’eau et s’éclaboussa.
Dans le bus, les gens étaient tous dans leur petit monde. Enfin, ils étaient tous plongé dans la contemplation de leur smartphone. Ils étaient une bonne dizaine, pourtant il n’y avait pas un bruit. Elle se demanda ce qu’il pouvait y avoir de si intéressant sur ces téléphones. C’est vrai enfin, en quoi ce petit morceau d’écran était si captivant. Plus captivant que lire un film, plus captivant que regarder par la fenêtre, plus captivant que se raconter des histoires. La personne en face de Lise semblait aspirée par son écran. Parfois, elle émettait un bref sourire avant de retrouver son regard morne et concentré et de taper quelque chose à toute vitesse. Le bus s’arrêta brusquement et tout le monde quitta un instant son téléphone des yeux pour lancer au chauffeur d’un regard noir. Puis, ils retournèrent à leur occupation. Une dame d’une cinquantaine d’année ronchonna qu’elle avait mal au dos.
Le bus était maintenant en plein dans un bouchon. Une voiture klaxonna et Lise se sentit oppressée. Le bus était littéralement encerclé de voiture. Les gens au volant s’énervaient. Lise s’imagina que l’a moitié d’entre eux étaient surement en train d’insulter les autres conducteurs. Quel monde pathétique. Lise pensa à des poissons enfermés dans un filet et qui se disputaient entre eux car ils n’avaient pas assez de place et ne pouvaient pas nager. Le temps qu’ils se rendent compte que leur malheur était dû au pécheur qui avait lancé le filet, il serait trop tard. Ils seraient remontés hors de l’eau, hors de la vie.
Lise se dit qu’elle voulait fuir ce monde. Partir quelque part, seule, sans tous ces gens qui ne savait plus vivre, qui perdait leur temps en futilité. S’installer dans une cabane dans les bois, vivre d’eau fraiche et de fruits des bois. Emporter une bibliothéque et lire doucement les livres au pied d’un arbre, en regardant le temps s’étirer. Elle n’en pouvait plus de cette société où tout le monde devait se ressembler, où on n’avait pas le droit de faire de vague. Elle voulait hurler la vie, danser la liberté. Mais ici, elle devait juste marcher sagement. Metro, boulot, dodo, tout le monde le dit, mais personne ne réagit. On sait que le monde ne tourne pas rond. On rêve tous d’une autre vie. Mais on reste, tel un vieux chewing gum, personne n’a le cran de quitter ses habitudes et son confort de 21ème siècle. Mais elle, elle partira un jour. Elle se le promettait. Elle voulait changer sa vie pour une vrai vie, pas un film intéressant et trop superficiel
Tiens, c’était son arrêt. Elle appuya machinalement sur le bouton, le bus s’arrêta elle descendit. Thomas l’attendait sous l’arrêt de bus, comme tous les jours.
« Prête pour la journée ? »
Elle se força à sourire.
« Pas trop le choix »
Et ils entrèrent dans l’enceinte de l’usine
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jarrié
Jarrié · il y a
Je cherchais la rubrique Tam tam, je me suis heureusement trompé. texte aussi juste que (hélas) réaliste .Je ne serais pas surpris que mon univers ne vous soit pas étranger ? ... Putain de nuit..... ect . en tout cas bravo, ravi d'avoir débloqué le compteur. Un ami débute GABY ,merci de le visiter.
·