Vivre à contre-courant avec son époque

il y a
1 min
94
lectures
73
Qualifié

Je m appelle Lucie et je suis née en 2001... Entre la Terre et la Lune, récolter des étoiles, les planter dans les yeux... Entre un univers poétique et une bulle de rêverie... Entre vous et  [+]

Image de 2018
La vie n’ est ni toute blanche ni toute noire.
Elle est comme moi.
Je le sais et je suis pris au piège.
Mon coeur est divisé.
Il noircit certains jours et fleurit quelques fois.
L’ espérance me garde en vie.
Je suis une face du dé, je joue avec mes humeurs, je jongle avec mes personnalités.
Je suis différente, je me déguise aux couleurs de l’ univers.
Je ne comprends pas la société, le monde, le dôme dans lequel on nous enferme.
Je n’ aime pas les humains. Je hais l’ humanité. Je vis dans ma liberté, je navigue dans mon imaginaire comme je survole la réalité.
Je trouve injuste de mettre des noms pour définition.
Le libre arbitre n’ a jamais existé, nos pas se tracent dans la sable sec et s’ effacent lorsque la mer lave ce qui est écrit.
Fébrilité rime avec agonie.
Deux choix se dessinent à la naissance, être guidé par l’ inconscience et suivre la meute sans opinion distincte ou être à contre-courant, nager dans une direction opposée au risque d’ être enfermé, interné.
La personnalité ne peut s’ élever que dans les rêves.
Une fois éveillée, elle doit se rendormir...

Je me promène souvent dans la forêt afin d’ être en harmonie avec la nature...quand mon âme est blanche.
J’ escalade des sommets sur divers sentiers lorsque ma page devient obscure.
Je me bats, je me débats, je voyage dans mon intérieur.
Je ne suis pas comme vous, si vous avez lu ce monologue composé de mes mots, c’ est que vous ne me connaissez pas.
Si j’ avais commencé ce texte en vous disant : «  Voici un débat d’ une personne bipolaire », auriez vous poursuivis votre lecture ?
Mes deux écarts définissent ce que je suis.
Le fragment : «  ma vie a pris un sens quand mon âme a rencontré ton ombre » s’ apparente à ce que je subis.
Penser que la tristesse n’ est que le reflet de plusieurs larmes atténue le regard que je me porte à la vue d’ un miroir
J’ écris avec l’ espoir de libérer mon âme des ténèbres qui me font reculer.

73

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,