Visage sans territoires

il y a
3 min
4
lectures
2

Je suis le Gars du Grand 8 émotionnel. Gay pour toujours, luron de temps en temps.  [+]

Ton visage est ingrat. Drôle de gueule, pour certains. Bizarre, bizarre. Vide visage. Non, ce n’est pas le crabe et ni l'horoscope. Un visage d’homme qu’on maquille. C’est tout ça à la fois. Soit on assume, soit on cache. Soit on se fout des autres, soit on veut leur plaire. Dans tous les cas, c’est une question d’identité qu’il faut régler. Être rare peut coûter cher mais peut aussi isoler. Le rare est rarement une différence mise en valeur. Depuis la nuit des temps, il faut suivre les modes ou se rendre à l’évidence que son visage a des zones pileuses. L’homme est ainsi fait. Parfois, on se rend en catimini chez ces femmes (souvent plus nombreuses que les hommes dans cette profession) pour rendre son visage plus vivant. Elles le colorient méticuleusement avec des petites aiguilles. C’est à peine douloureux. C’est excessif sur le coup, ça fait un choc et ça s’estompe. Il y a les mots rassurants. C’est comme chez la psychologue, on recharge les batteries, on croit que l’on va s’en sortir. On pousse la porte et on s’exporte vers la réalité pas toujours tendre. La différence, ça fait chier ! On en veut à son père et à sa mère. On est plus indulgent avec cette dernière parce qu’elle comprend mieux notre mal. Le mâle, la virilité qui sont atteints. Il faut pisser le plus loin entre copains, il faut être bien membré, il faut des muscles et il faut des poils, ceux qui nous sont donnés tous à la naissance. On peut être glabre mais avec quelques poils, ces poils qui feront toute la différence. Il y aura deux camps, ceux qui en ont et ceux qui voudront en avoir en vain. Il y a un gap et il est grandissime. Moi, j’en voudrais comme avant car en plus, je suis franco-italien et aujourd’hui, on ne voit plus le rital. Il s’est dissout. Que me reste-t-il en matière de virilité ? Ben, je suis un mec qui aime les mecs et qui possède plus de féminin que de... Voilà quoi ! Donc, il faut reconquérir ces territoires. Je suis inscrit sur un programme dans un hôpital du sud de la France avec à sa tête un éminent professeur en dermatologie. Le retour de ces territoires est faible au vu du nombre d’années depuis que j’en aie plus mais c’est ma dernière chance d’y croire un peu. Je travaille pour les policiers, d’anciens militaires alors je veux leur ressembler, je veux être un battant, un guerrier du pacifisme pour recouvrer ce que l’on m’a volé. Je voudrais avoir le courage d’un James Bond, la force d’un Batman, le pouvoir d’un X-men, putain, un mec qui en a et qui rend chacun de ses combat comme une mini victoire jusqu’à LA victoire ? En fait, j’ai peur de tout, je suis le courant du moment pour être accepté, je dis oui pour faire plaisir, je fais croire que j’ai lu alors que j’ai parcouru, je dis que j’ai eu une relation alors que je n’ai pas touché un corps depuis un certain nombre de nuits, je voudrais être ouvert d’esprit mais j’aimerais voter le camp opposé, je souris tout le temps pour ne pas dire la vérité, je suis un ami sporadique. Et les territoires dans tout ça ? Il me vient une idée divine, je devrais découper des cils, des sourcils, des poils pubiens issus des magazines. Et après ? Je découperais des bouches pulpeuses masculines et féminines et je mélangerais le M et le F, au moins, je serais tendance, je dégenrerais comme les écologistes, lol. Mon visage c’est un peu comme un arbre mort, pour ré-exister, il lui faut de la couleur, des lumières et des guirlandes autour du coup pour être plus festif. Les territoires ça s’approprie, il y a des frontières, ses frontières. On en est propriétaires. On se dit que c’est pour la vie. Une vie longue ou prématurée mais c’est du solide ! On ne choisit pas sa couleur mais on n’en discute pas. C’est ainsi. Aujourd’hui, il faut en avoir, on se rue chez son barbier. Je suis fasciné par l’enseigne qui tourne en spirale. Je pourrais m’y arrêter durant des heures. C’est fascinant et un peu ricain ce qui fait aussi rêver, disons l’Amérique des Westerns et de la Californie. Moi, je vais nulle part. Mon crâne est lisse alors il y a peu de boulot à faire. Je le lave comme on lave du linge. Il faut que ça soit propre, c’est tout. 98, c’est loin. A l’époque, il y avait Barthez dans les buts, moi, j’avais un peu plus de succès. Merci Fabien ! J’ai vieilli depuis, chauve, c’est devenu normal mais je suis chauve de partout. Il y a un truc super qui s’appelle les lunettes. Quelle géniale invention ! Peut importe si tu en as réellement besoin ce qui compte c’est que tu sauves les apparences. Ta façade est plus jolie. Encore mieux, se rendre à un bal masqué ! Porter un masque en période pandémique ? Bof, on ne voit plus que le regard ce que l’on veut mettre le moins en valeur. Si, il reste une chose, avoir un animal de compagnie. Eux au moins, ils vous trouvent magnifiques tant que vous les nourrissez et deux trois caresses par-ci par-là ! Reste aussi la solitude, briser les miroirs, se tailler les veines. C’est bizarre, personne n’aime se faire du mal ! On préfère aller jusqu’au bout de son histoire. On n’est vraiment pas courageux ou inconscient ou bien con !
2

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Une seule solution, à court terme, venir soutenir mon témoignage de personnes encore humaines !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ressource-1