Violette et les scarabées

il y a
2 min
5
lectures
0

Je suis une incontrôlable collectionneuse de stylos et j'adore la langue française, mais ça ne suffit pas pour prétendre savoir écrire. Prenez la liberté de commenter ; positif, négatif  [+]

Dotée d’une longue chevelure violine et d’un regard mutin couleur cassis, Violette est d’une gaieté et d’une gentillesse sans mesure.

Cependant, ce jeune esprit de la forêt n’offre plus qu’un sourire triste et ses yeux expriment la souffrance.

Durant la nuit, en parcourant les sous-bois, elle a une fois de plus, constaté l’ampleur de la catastrophe : tous ces petits corps de scarabées, gravement meurtris ou laissés sans vie, sauvagement attaqués par le pas des hommes et abandonnés dans les traces de leurs énormes semelles.

Pourquoi sont-ils si méchants ?

Souhaiteraient-ils à leur tour être écrasés par le sabot d’un éléphant ?

Aux beaux jours, les promeneurs envahissent la forêt, semant la peur et le chaos.

Il faut agir, et vite !

Violette se rend à la cabane des Anciens. Ils sauront trouver une solution.

– Comment ? S'exclament-ils. Les scarabées ? Décimés ? Hé toi, le loup ! Tu es le plus rapide. Rassemble tout le monde au grand chêne. Que les oiseaux se posent sur les branches les plus basses et que les vipères tiennent leur langue !

Les sangliers, de mauvaise humeur, sont les derniers à rejoindre le groupe ; les lutins ont eu l’audace de venir leur tirer la queue alors qu’ils se vautraient avec bonheur dans la boue. Les Trolls sont étrangement silencieux. Les buses se sont chargées du ramassage des chenilles et des limaces.

Des milliers d’yeux aux reflets rouges de pleine lune sont rivés sur les Vieux, attendant qu’ils s’expriment. Il est encore tôt, le jour se lèvera dans quelques heures.

Des pies dissipées ne peuvent s’empêcher de jacasser.

– Il semblerait que les scarabées soient en danger !

– Tout à fait ! Des brutes humaines viennent prendre du bon temps sans se préoccuper du reste !

– Ah bon ! Je vais aller leur becqueter les oreilles !

Une chauve-souris fraie son chemin dans la foule.

– Oui, il faut protéger et défendre nos amis ! J’irai croquer le nez des assaillants !

Un écureuil s’exprime, les oreilles dressées.

– Les farfadets sont malins, ne pourraient-ils pas poser les pièges ?

– Ne répondons pas par la violence ! s’écrie une biche. Ne peut-on pas apprendre aux scarabées à baver, comme les limaces ? Les sentiers seraient tout visqueux, les hommes seraient alors ralentis et plus attentifs.

Cela amuse les lutins qui se mettent à écumer pour ensuite s’ébrouer en riant.

Les farfadets s’élancent gaiement sur la patinoire improvisée.

Les oiseaux ont les ailes collantes. Les araignées sont figées dans leurs toiles.

Violette, qui s’est rapprochée des scarabées, sourit enfin.

Les limaces, un peu vexées que l’on se moque d’elles, finissent par se prêter au jeu.

La voix d’un Ancien s’élève et le calme revient.

– Non, surtout ne vous arrêtez pas ! Votre engagement à porter secours à nos amis me réchauffe le cœur. Engluez tous les chemins d’accès à cette forêt ; de bave, de boue, de tout ce que vous voudrez ! Je fais confiance à votre imagination. Répartissez-vous, entraidez-vous mais dépêchez-vous maintenant, le soleil va bientôt se lever. Violette, prends les commandes !

Tous disparaissent en un claquement de doigt pour revenir, épuisés mais contents, aux premiers rayons de soleil.

– Je suis fière de vous ! Déclare Violette. Allons nous reposer, nous l’avons bien mérité. Puis elle regarde repartir les scarabées, à ski sur des aiguilles de sapin.

La jeune fille a retrouvé sa joie de vivre. Elle est ravie de constater à quel point le peuple de la forêt est soudé.

Ce jour-là, aucun homme n’est venu perturber leur tranquillité.

A la nuit tombée, Violette et ses amis s’aventurent jusqu’à l’orée du bois.

Chaussures et bâtons de marche ont été abandonnés.

– Oh regardez ! Toutes ces traces de glissades !

– Et là ! On dirait qu’ils sont tombés sur leur derrière !

– Et bien, ils devaient être beaux ! Et tout crottés ! Quel dommage que nous ayons raté le spectacle !

– Pas nous ! Et nous avons bien ri ! S’exclament les scarabées. Vous auriez dû voir leurs têtes et la vitesse à laquelle ils se sont sauvés ! Ils ont cru la forêt hantée !
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !