2
min
Image de Daënor Sauvage

Daënor Sauvage

697 lectures

364

Lauréat
Sélection Jury

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

La révolution embrase la rue tandis que des notes explosent dans un riche salon parisien. Un style plein de rythme où s'affrontent et s'accordent, ...

Lire la suite

Les doigts de Victoire, la petite ingénue, s’enfonçaient dans les touches telles les vagues déferlantes sur les côtes abruptes. Les marteaux alors tonnaient, déversant une langoureuse musique qui s’échappait du coffre de bois patiné et luxueux dans le palais familial, avenue Richelieu. Les notes vibraient, s’enfuyaient, parcouraient les alcôves et grimpaient les grands escaliers de marbre, se répercutaient sur les hautes fenêtres ciselées, revenaient dans les grands couloirs aux tapis flamboyants, contournaient les statues des hommes d’hier et d’aujourd’hui, frappaient les dômes de verre et de pierre, s’amenuisaient, se perdaient dans les vastes cuisines de l’hôtel, de la place forte. Abandonnée.

Elle s’arrêta un instant, le temps de tourner la page de ses doigts délicats, de reprendre son souffle. D’étirer sa nuque gracile raidie par les heures d’entraînement. Elle jeta un regard sur le côté, par delà la baie vitrée, par delà le jardin, par delà la rue pavée. Un champ de bataille s’étendait à perte de vue. D’interminables affrontements, des flammes digne du tartare, des nuages de fumée, des barricades de bois entrelacées de cadavres inconnus.

Victoire revint à son piano, à sa tranquillité fragile. Cristalline. Ses doigts échauffés glissaient sans hésitation sur les délicates touches blanches de l’instrument, produisant une mélodie douce et timide. Rapidement, elle s’envola pour devenir mature, belle et voluptueuse. Pleine de charme, pleine de jeunesse, pleine d’avenir. La page suivante appela un air solitaire, magistral et puissant, qui monta dans les gammes comme dans les airs, vibra de toute force sous l’action passionnée de sa jeune créatrice. Puis, la composition prit un air de fanfare : rythmée et profonde, simple et austère, magnifique et grave.

Une explosion sourde retentit. Les armoiries familiales volèrent en éclats en même temps que le bois massif de la grande porte. L’odeur de la poudre à canon, de la chair brûlée et du désespoir se répandit dans les pièces fastueuses de l’établissement solitaire. Des cris inhumains submergèrent le silence musical de la vaste demeure. Sans ciller, la demoiselle continuait de faire chanter son piano avec la délicatesse d’une princesse, l’oreille attentive et à la moindre fausse note. À quelques pas, un torrent de haine et de révolte s’emparait de tout : pièces d’orfèvrerie, vases de porcelaine d’Asie, tableaux antiques, mobilier en frêne, châles de soie et de lin, dés à coudre en ivoire, tapis Perse. Puis ils arrivèrent dans le salon. Dénudé de tout meuble, de toute richesse. Seul trônait en son centre la belle et son piano. Elle jouait toujours, concentrée sur les vibrations de la musique devenue épique. Le troupeau de démons rendus fous par les combats la fixaient de leurs yeux hagards, injectés de sang.

Le temps s’arrêta. Attaquer ? La tuer ? La violer ? Ou bien lui dire de fuir ? La laisser ? La protéger ? Les lèvres des hommes enragés se tordirent pour exprimer un flot mêlé d’injures et de conseils, telle l’eau libérée d’un barrage brisé.

Violence. Les doigts fins de la jeune demoiselle continuaient de pianoter. Violence. Elle repoussait ses limites, ses compétences. Violence. Elle enchaînait les notes avec l’aisance d’une femme aguerrie.

Un coup de feu claqua sec. La musique s’arrêta. Note sanglante. La jeune pucelle s’affaissa sur son instrument, les mains raidies par la douleur. Des perles coulèrent sur les touches, des perles de frayeur, des perles de compassion. Compréhension. Le carnage reprit. La révolution ne faisait que commencer.

PRIX

Image de Printemps 2019
364

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Isa. C
Isa. C · il y a
whaou!
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Merci ! :)
Image de RAC
RAC · il y a
Une atmosphère terriblement bien campée. Compliments !
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Bonjour RAC et merci pour votre compliment ! :)
Mes salutations,

Image de Stella Clarie
Stella Clarie · il y a
Heureuse de découvrir ce texte, même 6 mois après sa publication. Ce récit (réalisme/histoire) est loin de mon univers de prédilection mais force est de constater qu'il m'a convaincue. Délicatesse et violence donnent un puissant mélange...
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Bonjour Stella,
Je suis ravi qu'un texte hors de vos habitudes ai pu vous toucher, vous parler et vous convaincre. J'irai parcourir votre profil dès que du temps libre s'offre à moi pour découvrir vos habitudes de lectures :)
Je vous invite évidement à venir découvrir Cécilia ou bien Larmes de Pétroles, deux autres textes. Le premier est beaucoup moins violent et barbare que celui-ci, tandis que le deuxième l'est bien plus pour moins de délicatesse. A vous de me dire s'ils vous plaisent autant :)
Mes salutations et à bientôt,

Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
relu avec enthousiasme ce texte qui musique en mots contre les maux mais une révolution? une contre-révolution à mon sens, l'inverse qui conforte l'ordre du désordre établi! hormis cette réserve de taille sur un angle de vu et de vie idéologique opposé, il n'empêche pas moins que le texte est sans faille et sans aucune faute de forme! une recommandation des plus méritée, bravo!
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Bonjour Patric,
Et merci encore pour ce très chouette commentaire ! Je suis extrêmement heureux d'avoir écrit et partagé ce récit. Je ne pensais pas qu'il allait autant toucher :)
Révolutione t contre-révolution ne sont jamais loin l'une de l'autre, et la musique rime autant avec la joie que la violence. Que la vie est complexe et belle à décrire !
Mes salutations,

Image de Isa
Isa · il y a
Wahou ! Je suis fan ! On dirait que l'inévitable ne pouvait être évité. Superbe scène... violence, haine, rage d'un côté, et de l'autre, élégance et naïveté... Ça m'a rappelé la scène de Gavroche lorsqu'il se fait fusillé... jouant avec la mort avant que de ne tomber ! Bravo ! Toutes mes voix !
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Bonjour Isa,
L'inévitable ! Un terme qui résume assez bien les révolutions je trouve. Des situations inextricables dans lesquelles l'Homme est maître génie pour s'y mettre. Des situations qui déclenchent des actes odieux, innommables, monstrueux, où chacun tente d'arrêter les rouages de la folie humaine. A mon sens, les révolutions humaines sont des terreaux idéal pour ce thème fort :)
Merci pour le compliment et pour la comparaison, elle me touche beaucoup !
Hâte d'échanger sur de futurs textes :)
Mes salutations,

Image de JACB
JACB · il y a
Oui, sa place est ici, bravo Daënor!
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Bonjour JACB,
Merci pour le commentaire ! :)
Mes salutations,

Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Toutes mes félicitations, Daënor !
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Bonjour Keith,
Merci beaucoup !
Mes salutations,

Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Excellent choix du jury... Félicitations !
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Bonjour Alice !
Merci !
Mes salutations,

Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Bravo ! :)
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Merci Aurélien ! 🥂
Image de Beline
Beline · il y a
Bravo ! Je suis ravie de ce prix pour cette histoire que j'ai beaucoup aimée !
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Bonjour Beline et merci pour le commentaire !
Mes salutations

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Elle pendait là, accrochée à un clou sur le mur par un petit cordon de chanvre cuivré. Elle luisait doucement d’un reflet d’argent cristallin, presque translucide. Parfois, lorsque par la ...

Du même thème