3
min

Vers un nouveau monde

Image de Cln.Dht8

Cln.Dht8

68 lectures

5

Je m’appelle June Sunset. J’ai treize ans. Mes cheveux sont d’un châtain clair et mes yeux sont bleus comme les mers du sud, mon nez est petit et ma peau légèrement halée.

Je m’appelle June, June Sunset et un jour je m’en irai d’ici. Pour toujours.

Depuis ma plus tendre enfance je vois des choses que beaucoup ne savent pas voir. Personne ne m’a jamais cru quand je disait jouer avec les elfes de mon jardin et encore moins quand je disait avoir hérité d’un oeuf de dragon. Je vois des créatures légendaires, effrayantes ou adorables, toutes sont nées des contes. Lorsque j’ai eu six ans, les elfes m’ont apporté un oeuf de dragon qui allait bientôt éclore, ils me disaient que je devrais l’élever moi même. Trois mois plus tard, je découvris une vouivre sortant de l’oeuf, dragon aux écailles vert de jade, minuscule aux dents pointues. Je voulais lui donner un nom alors j’ai longuement réfléchi tandis qu’il me contemplait d’un air surpris, amusé. Parfois il crachotait un petit nuage de fumée qui avait une odeur vague de souffre, il s’appellerait Nérion.

À cause de mon don j’ai déjà été internée, dans un asile, pendant dix mois: enfermée entre quatre murs blancs rembourrés de tissu à subir examens sur examens.

Aujourd’hui les villes ont été repensées pour être de petits havres de paix, où aucune maladie ne se propage et où la pollution n’existe pas. On ne peux pas en sortir, à moins d’avoir rempli un formulaire de dix pages et d’avoir un argument en béton... Voire en béton armé. Je recherche cette sensation, vive, pleine d'émotions, qui envahit vos sens, qui les aiguisent comme si l'ont revenait à l'essentiel, ce sentiment tellement recherché... La liberté. C’est ce qui me motive à partir, être libre et qu’on ne me prenne plus pour une folle. Quoi qu’il arrive je ne serais pas seule en dehors de la ville. Mes grands-parents font partie des privilégiés qui ont eu le choix ; La ville calme, prévisible, sécurisée ou la campagne imprévisible, avec les animaux sauvages et les maladies. Moi aussi je veux choisir ! Je ne veux pas subir les décisions de mes parents.

En traversant toutes ces rues identiques (pavillons fleuris, petits immeubles modernes et jardins arborés) je me rend compte à quel point la vie est banale ici. Combien de fois me suis-je retournée le cerveau dans tous les sens pour trouver LA faille ? Mais aujourd’hui je pense avoir trouvé la solution à mes tracas. Les roses m’ont dit que j’étais une des rares élues à pouvoir voir tous ces bêtes incroyables, fantastiques tout droit sorties des plus beaux songes ou des pires cauchemars. Si je sors avec leur aide sans demander d’accord de sortie ce sera bien plus facile et discret. Ils veulent m’aider à sortir et sont tous prêts à m’accorder leur soutient.

Un de mes amis les plus chers, un triton appelé Calico, m’apprit qu’il y avait 3 solutions pour sortir de la ville :
- par l’eau, autrement dit par les égouts avec son aide, au risque de me noyer,
- par la terre, grâce au lapin de Pâques, au risque de se heurter à la limite du socle de fondation de la ville,
- et enfin par l’air, sur le dos de Nérion au risque de me faire attraper par les hélicoptères de la sécurité.

J’avais pris ma décision et je devais faire au plus vite car si mes parents ne me trouvaient pas à la maison, ils se mettraient à ma recherche et appelleraient la police. Alors, sous le regard protecteur de toutes ces légendes vivantes, je montais sur le dos du lapin de Pâques. Il se mit à creuser à toute vitesse une grande galerie qui en rejoignait une autre déjà crée. Il courait vraiment vite et je voyais défiler les couloirs du souterrain plein de plantes grimpantes et de petits rats qui étaient effrayés par notre passage fulgurant. Puis, soudain, on s’arrêta et le lapin se remit a creuser.
«La sortie est là, ici, quelque part, si dans 10 minutes on a toujours pas rencontré d’obstacles sa voudra dire qu’on a réussi petite June !»
Je hochais simplement la tête absorbée par mes pensées. Soudain le lapin se stoppa en poussant un long souffle désespéré. J’avais compris, mais je voulais voir par moi même que, encore une fois, la ville s’était dressée contre moi. Levant la tête j’entrevis un pan de mur noir comme la nuit qui paraissait inébranlable, indestructible.
«Tout n’est pas encore perdu... Cours, vite, retourne au jardin ! Emmène moi jusqu’à Nérion !»
Il affluait tellement rapidement vers la sortie que j’aurais dit que l’air à son passage se fendait dans un bref sifflement et qu’une fois fendu, les petites brisures d’air s’éparpillaient sur la terre fraîche et humide. Quand je réapparut à la lumière du jour, les créatures fantastiques étaient toujours là, fidèles au poste, attendant le retour du lapin de Pâques uniquement. Ils étaient déçus de me revoir ici, non pas parce qu’ils ne m’appréciaient pas mais parce qu’ils souhaitaient que je réussisse ma grande évasion.

Je ne voulais pas perdre une minute et en un rien de temps je me trouvait à dos de dragon et voltigeais dans les airs. C’était la première fois que je volais avec Nérion et pour tout dire je n’en menait pas large. J’étais crispée sur son dos quand je vis la ville de haut, comme je ne l’avais jamais vue. Elle me paraissait d’autant plus uniforme et tout revint en moi d’un seul coup, plus de peur, plus d’appréhension. Cela faisait comme un fleuve lors d’une crue; je débordais de motivation. À ce même moment mon dragon se lança dans la direction de l’ailleurs et face à moi je voyais des plaines vertes, les forêts flamboyantes de l’automne et quelques chaumières dans le lointain.

Quelques secondes plus tard je volais enfin au dessus de ce nouveau monde qui se découvrait sous mes pieds comme un écrin. Ce monde sera à présent le mien.

PRIX

Image de Hiver 15

Thème

Image de Très très courts
5

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Voici un ♥ +1 ♥ pour ce beau récit (。◕‿-。) - mais ça sent un futur enfermement à nouveau en HP - pauvre June ٩͡๏̯͡๏۶
Envie de lire autre chose, voici mon récit ►►► http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/pudu-a-disparu-1 Christine