1
min

Vers l’inconnu

Image de Loubiloute

Loubiloute

3 lectures

0

Ça faisait maintenant neuf mois que je vivais dans le bonheur le plus complet, le plus parfait. Je pensais que rien ne pouvais l'interrompre car, lorsqu'on sait peu de choses de la vie, comment peut-on savoir que tout bonheur a une fin ? C'est comme ça ; les humains s'attachent trop aux choses, ils finissent par les aimer alors qu'ils savent que cette chose à laquelle ils tiennent va être immanquablement retirée, hors de leur portée. C'était mon cas car moi, je m'étais habituée et attachée à cette endroit Je n'en ai gardé qu'un vague souvenir mais je ressens au plus profond de mon être que ce lieu -aussi étroit qu'il était- je l'aimais. Mais l'amour et le bonheur font vivre ; alors, j'avais beaucoup profité de ce bonheur et de cet endroit, sans même m'en rendre compte. Alors que je vivais pleinement ces neuf mois, je sentais que les complications arrivaient. Déjà, je commençais à être trop grand et l'espace était alors de plus en plus restreint. Aussi, je sentais qu'il y avait d'autres choses à découvrir, d'autres choses qui m'étaient inconnues ; mais cet inconnu m'effrayait. Soudain, je me sentis attirée vers l’extérieur. Je ne pouvais pas échapper à cette éblouissante lumière. Je me débattais autant que je pouvais, je ne voulais pas partir, pas maintenant ! Mais il était trop tard. L'éblouissante lumière m'englouti. J'avais froid et je hurlais à la mort.
J'étais née.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,