2
min

Verdad, tous firmament

Image de Gael Marilleaud

Gael Marilleaud

12 lectures

0

Il n'y a pas de vérité
Chaque société a ses propres rituels et ses codes de conduite.
Nous naissons avec notre bagage génétique, héréditaire dans un environnement si différent d'un lieu de la planète à un autre.
Notre adn programmé dès l'ovulation doit lutter contre le suicide projetté des cellules, une à une, la mort de cellules provoque la naissance de nouvelles, constituant les corps vivants.
Nous sommes le vivant, amalgame surprenant de cellulles intelligentes et de bactéries se nourissant d'enzymes, de minéraux, de vitamines et de l'onde permanente de la création universelle, astronomique, si vaste que l'on dit, infini, ou celui que l'on ne peut nommer, issu du néant, ô grand vide , de nos eaux, de nos limbes, de notre conscience d'être.
Nous sommes le monde, nous en sommes l'infime parcelle assujettie à l'ensemble, croyant plus ou moins servir à l'évolution de notre espèce, ce n'est pas propre à l'homme, c'est propre à la vie, il ne faut pas centrer, ni l'homme ni la planète, aucune frontière n'est légitime sinon l'espace vital nécessaire à la survie des ensembles vivants dans la symbiose inhérente au vaste royaume du vivant en cet infini, où la reproduction par amour a, engendre, et engendrera le meilleur si chacun partage son coeur sans profit ni jalousie, sans autre joie que l'aspiration soulagée d'être le monde présent, sans les mensonges d'un système organisé pour nous avilir au point d'être aigri, indifférent addict à leurs présents. Voyez lzq pubs, «  les notaires vous veulent du biens », retournez les mots en tout sens, qurelles de clochers pour des tabous, des non-dits, des non-expliqués .
Nous sommes la vie, aimante, damnée inexorablement à prendre conscient ou non les conséquences de tout nos actes
il n'y a ni bon ni mauvais, mais des solutions au vivre ensemble, pour l'autre, en se mettant à sa place aujourd'hui, le riche occidenté ne doit plus se voiler la face , s'ôter des pouvoirs d'alors, à coup d'appâts, de trocs en tocs, théologies inquisitoires, soucieuses du prochain ?!!
l'éthique ?
Les prêcheurs et autres prédicateurs plus ou moins moralistes , de vos théologies bien acquises, ô conte moi l'histoire, la cosmogonie deci dela, étude comparée des astres, les leaders d'hier ne sont plus, ceux d'aujourd'hui ont du mal à se révéler
né au logis, tous firent maman !
Puis dans l'aube glacée , moururent, moururent sur le pavé faute de partage, uniquement de partage, d'écoute
Nous sommes l'amour de ce qui nous sied
nous sommes l'assise à nos morts redoutés et vivrons jusqu'à l'aube à chercher d'évacuer nos remords, ou s'en fiche, ce qui revient au même
les morts alités veulent des cendres
le moove ment, aléatoire, cyclothymique, se consent, allez, acquiesces !
Le consentement contente , averti et diverti mais nos doutes suggèrent d'autres visions ou plus encore serein sur le fil à la patte convenu pour tous ça soit égal tout du moins satisfait de sa condition humaine.
C'est là qu'on dit Sion
universelle panacée que les puissants en ont inventé mille et une pour les satisfactions personnelles de ces gens cloîtrés dans des idéologies néfastes à la Vie de tous !
La lutte est en marche quand court l'industrialisation globale à l'usufruit de complaisants, tintintin !!
« quand les lois sont injustes l'obéissance est un crime »1920, Robo Meyrat
désincarcérez-vous de votre occident, 17h17, des orientés sicks
le mal a dit, Aïssa, coup chez vous ? De bout en bout, marchez, c'est l'épâtes et l'ami dont vous êtes , dans l »ensemble vous semblez des munis d'espoir, alors soyez heureux vivre au temps des rêves, des rêves pour un monde d'humains la forêt Fruitière
je greffe mes rêves à vos boutures pour que chacun ait de quoi se nourrir
qui sème, qui sème récolte
bises répétita
rêve love Hue ! Sion , les cannes à son da da
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Grenelle
Grenelle · il y a
Tes vers d'heures me manquaient alors je suis venu voir ce que tu pouvais encore raconter. Pas déçu du voyage.
·