Ventre vide

il y a
3 min
953
lectures
137
Finaliste
Jury
Recommandé
Adossée aux oreillers blancs à liseré bleu estampillés AP-HP, Norma se repose sur son lit à l’étage maternité. Elle a refusé antalgiques et sédatifs, elle ne se sent pas spécialement mal, pas spécialement bien non plus. Flottant dans une sorte d’ailleurs et vaseuse. Exaspérée par la blouse en espèce de coton rêche couleur bleu chardon qui bâille dans son dos et par l’épaisse couche glissée entre ses cuisses. La veille, elle a mis au monde un petit garçon. Un petit garçon alphabet songe-t-elle, qui s’appellera X ou Y ou Z, Pierre Paul ou Jacques, peu lui importe. La sage-femme lui avait posé la question, expliqué qu’elle pouvait choisir un prénom pour le bébé, qu’elle en avait le droit. Mais elle n’en voyait pas l’intérêt, aucune logique, aucun droit, c’était presque malsain cette fleur qu’on lui offrait, ça puait le bulbe fermenté.
Accouchée sous X, elle, Norma. Cela prêterait presque à sourire. Norma, ce surnom dont l’a affublée son père quand elle a été reçue à Normal Sup. Un nom de code pour elle aussi, quelle farce. Personne ne sait qu’elle est ici. Personne n’a su pour la grossesse. Pour ses proches, elle vit depuis trois mois en Ecosse, stagiaire dans un cabinet de juristes spécialisé en droit des affaires. S’ils savaient de quelle affaire il est question en vérité... Qu’elle ne soit qu’épisodiquement présente sur WhatsApp ou Face Time ne surprend pas. Norma n’a jamais été portée sur les débordements d’affection, sur les liens fusionnels, les déclarations dégoulinantes d’amour filial, nourrissant par là un grand dépit chez sa mère. Cette dernière aurait adoré s’accomplir comme une mère juive. En tous cas pour la partie effusions. Avec une fille pendue au téléphone, portée sur les confidences, avec qui bavarder éperdument à tout moment de la journée, de la pluie et du beau temps, de potins en tous genre, et bien sûr des prétendants de sa fille, les « fiancés invisibles » comme elle les surnomme. Norma est indépendante et secrète, ce n’est pas surprenant et nul ne s’en formalise. Enfin, pas en sa présence.
De la pouponnière voisine s’échappe un concert inopiné de vagissements et de braillements dont la puissance enfle rapidement. Son petit X donne peut-être de la voix dans cette cacophonie soudaine et singulière. Sa première action collective, sa première manifestation solidaire, participer au chœur des nouveau-nés de l’hôpital de La Conception. Petit être de chair et de nerfs, de rage et de cris.
Au son de cette fanfare tonitruante, Norma émerge laborieusement de la torpeur bizarre dans laquelle elle s’est glissée avec empressement et soulagement à son arrivée à la maternité. Une anesthésie sans chimie. Elle s’efforce de retrouver l’azimut de ce qu’elle vit depuis plusieurs semaines. Tout lui a échappé depuis quelques jours, le fil de sa raison, des raisons qui l’ont conduite ici, de cette réalité qui lui semble si peu réelle. Par instant, fugacement, elle se sentirait même... monstrueuse. Démoniaque. Démoniaque ? Non il peut d’autant moins être question de démon ou de diable que sa vision du monde est tout sauf manichéenne. Elle s’est résignée, c’est un fait. Elle n’avait pas vraiment le choix, c’est tout. Résignée autant par faiblesse et facilité que par curiosité, confidence concédée en son for intérieur dans un accès rare d’honnêteté. Elle s’est laissée happer sans reprendre pied, sans trouver une prise pour interrompre cette dérive. L’aveu d’une fragilité, presque insoupçonnable derrière la façade plutôt lisse et altière. Brusquement elle craint de perdre son sang-froid alors même qu’il ne lui avait jamais fait défaut jusqu’alors, ou si peu. Des picotements lui glacent la nuque et remontent le long de sa colonne vertébrale. Elle frissonne, se recroqueville, provoquant un léger crissement de l’alèse.
La sage-femme lui a fait la fastidieuse lecture de toute la procédure, de ses droits, des conséquences de son choix. D’abord Norma a fixé la barrette clipée sur la poche de la blouse avec son « Christelle Garcia-Lemoine » en lettres majuscules. Puis son regard est tombé plus bas pour se perdre dans le plastique vert sapin des Crocs de l’infirmière. Elle en a compté les œillets, suivi la lisière d’une socquette qui comprimait une cheville massive à la peau sèche et blanchâtre. Elle a absorbé mentalement le document, l’a longuement mâchonné avant de s’intimer l’ordre de le digérer. Mais les lambeaux tardent à se dissoudre, à se fondre dans son organisme. Elle tente en vain d’imaginer les rouages de cette machinerie secrète, organes, vaisseaux, tubes noueux, liquides visqueux, se heurte à une concentration rétive, une volonté en berne.
— Voulez-vous laisser des indications vous concernant vous et votre famille ? Un prénom, des origines, des informations médicales, des indices qui permettraient à votre fils d’établir sa filiation, de vous retrouver quand il sera adulte s’il en émet le souhait ? Ou si vous aviez des remords...
— Non... Enfin si. Notez juste Norma.
Norma. Elle laissera ce prénom, Norma.
— Norma, c’est joli, a glissé l’infirmière avant de rempocher son Bic et de glisser son grand cahier Clairefontaine et ses formulaires A4 sous son bras. Et elle lui a tendu le thermomètre : N’oubliez pas de reprendre votre température !

Recommandé
137
137

Un petit mot pour l'auteur ? 89 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Arlo G
Arlo G · il y a
A L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne soirée. Cordialement, Arlo
Image de Yann Jean Eon
Yann Jean Eon · il y a
C’est sympa d’écrire, mais encore mieux d’être lu ! J’aime ton texte et je vote. Si tu en as le courage va voir mon Le magot de Joe Pépin-de-pomme en lice pour le Prix Lucky Luke !
http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/le-magot-de-joe-pepin-de-pomme
Merci et bonne route Yann Éon

Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Lorraine ! Je relis votre texte pour lequel j'ai voté deux fois et qui m'avait beaucoup ému.
Dans un autre registre, si vous aimez les aventures de Lucky Luke, j'en ai une rapide et percutante ici : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/ouaip

Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
J'avais voté pour cette histoire choc. D'autres textes? bientôt?
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Je renouvelle mon vote en finale.
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Un beau texte plein d'émotions , bravo ! Je vous invite à lire mes poèmes < Feuille d'automne > et < Dans les songes >
Image de Philshycat
Philshycat · il y a
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Beaucoup de force dans ce récit. Histoire choc très bien écrite !
En finale http://short-edition.com/oeuvre/poetik/souvenir-d-enfance-11

Image de Thara
Thara · il y a
Une belle histoire qui ne laisse pas indifférent !
Image de Cookie
Cookie · il y a
Dur et émouvant, mais l'on vit bien le cas de conscience de cette femme. Bravo ! je vote : oui
une petite visite à mon "insolite alliance"

Vous aimerez aussi !