3
min

Vengeance Illimitée

Image de Naliyan

Naliyan

54 lectures

11

L’électrocution s’est bien passée : c’est un classique facile à revisiter. Sèche-cheveux, rasoir, radio, broyeur à main...il y a plein d’objets, branchés au 220, à laisser traîner dans les baignoires et les éviers. Le client souhaitait une agonie de longue durée, mais je lui ai dit que sa femme devait partir en premier : les hystériques en panique sont difficiles à gérer et je préférais assurer le contrat, dans sa totalité.
C’est que mon entreprise, Vengeance Illimitée, cherche autant à respecter les consignes du client que sa satisfaction à l’arrivée. Le meurtre groupé selon un ordre préétabli, avec ou sans comptine associée, est un secteur porteur, néanmoins difficile à prospecter. Souvent, les clients réclament la retransmission télévisée de la souffrance infligée. Moi, je préfère la discrétion sans complication.
On avait cinq personnes à éliminer. C’est le client qui s’est chargé de les leurrer dans une bicoque isolée qu’on avait, en avance, trafiquée. On a crevé les pneus des bagnoles pour limiter les fuites improvisées, puis on a commencé à les faire tomber comme des pièces d’échiquier.
Avec la dame, ça s’est déroulé sans accro. Mais on a frôlé l’annulation parce que j’avais oublié d’enclencher le brouilleur d’ondes à courte portée et, en la voyant toute inanimée avec son pouls stoppé, les cibles restantes se sont précipitées pour contacter secours et policiers. On a vite rectifié notre erreur et les téléphones portables ont arrêté de capter.
Après, ça s’est gâté. La balustrade a bien cédé sous le poids du conseiller financier, cependant la hauteur de chute avait été mal calculée et le bougre n’avait qu’une jambe cassée. Du coup, Albert lui a basculé une armoise comtoise sur le nez. Ça a amoché dur la terrasse en pierre taillée.
En deux ans, le requin de financier avait ruiné notre client en mauvais placements et détournements. Lui qui avait gagné à la loterie de quoi être millionnaire ! Enfin, pas tout à fait : il avait été obligé de partager avec René, un habitué du café de son quartier qui lui avait fourni les centimes manquant pour l’achat du ticket. Et le crétin de buraliste s’en rappelait ! Alors quand il est venu nous voir, il en avait ras le béret et voulait se venger des voleurs, des profiteurs et des menteurs.
Je lui ai conseillé de bien réfléchir, car quitte à nettoyer le passé, autant préparer l’avenir avec une route bien pavée. Comme son unique espoir de solvabilité résidait dans une grand-tante âgée dont il avait acquis la demeure en viager, on s’est dit qu’elle pourrait être liquidée à moindres frais s’il profitait de l’offre Main Coupée, valable pour cinq tués en une seule journée ouvrée. Il a rajouté sa moitié sur la liste des « à supprimer » parce que, sans exagérer, elle le faisait chier.
Au buraliste, le client désirait lui faire avaler des pièces de monnaie. Pas aisé ! On s’est dit que l’empoisonnement n’était pas hors sujet. Or le poison, c’est compliqué à doser. Le buraliste avait une allergie non mentionnée dans son dossier et un vomi quasi-instantané a annulé tous les effets escomptés de notre boisson maison, Mortshake. Tout était à recommencer. Heureusement, j’avais prévu dans le budget une dose supplémentaire d’infusion de laurier. Et cette fois, je n’ai pas lésiné.
Ensuite, on a échappé de peu à la déculottée. La noyade dans le bassin du jardin potager a failli tourner en la faveur de René. J’ai cru au travail bien fait lorsqu’il a cessé de s’agiter. C’était une feinte : malin, le lapin ! Mon étreinte s’est relâchée et il en a profité pour me cogner. Fort à propos, Albert, c’est un costaud, nous a évité les dommages collatéraux. Il lui a remis la tête dans l’eau.
On avait gardé la vieille pour la fin : avec ses jambes rouillées, elle ne pouvait pas nous échapper. Je l’ai poussé depuis le palier du premier. Toutefois, la dégringolade dans l’escalier n’a pas eu les conséquences souhaitées : ni crise cardiaque, ni nuque brisée. J’ai été contraint de la poignarder. Il y avait du sang plein le rez-de-chaussée.
Au final, Albert et moi, on était épuisé ! On n’a pas eu le courage de les découper, puis de les enterrer. Alors, on a mis le feu à l’édifice pour s’en débarrasser et effacer toutes les traces des meurtres prémédités.
C’est vrai qu’on a manqué d’employés sur le dossier. Un ratio de deux pour cinq à buter, c’est la limite basse d’efficacité. Et puis, la prochaine fois, je prendrais le pistolet pour les coups durs et les imprévus. Quand même, on s’est bien débrouillés : réactifs et productifs. L’important, ce sont les résultats concrets à la fin du délai annoncé. Et là, le client ne peut être que content ! Les objectifs ont été atteints sans coûts additionnels ni enquête inopinée. Enfin, pour ça, faudra voir, en postériorité, ce qui va se profiler comme action chez les poulets pour retrouver les décédés. Pour l’instant, je n’ai pas organisé de service Tranquillité après les Faits. Mais si Vengeance Illimitée prospère, j’ouvrirais une plateforme et un forum sur un darknet spécialisé, pour que mes anciens clients puissent discuter en toute liberté du soulagement procuré et, bien sûr, me faire de la publicité.
11

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
La fin va de soi, quoi de mieux que le bouche à oreille. Enfin quand c'est possible. A l'occasion je vous invite à pousser les portes de mon univers ou plusieurs textes crient pour tenter de vivre encore un peu, merci.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une histoire bien écrite, originale, sombre, poignante mais non sans humour ! Mon vote ! Une invitation à venir suivre ma merveilleuse et intrépide “Mémé à moto” qui, malgré tous les obstacles mis sur son chemin, continue à foncer pour le Prix Faites Sourire 2017 ! Merci d’avance et bonne journée!
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
C'est poétiquement poignardant, bravo pour ce texte très original, c'est un régal
·
Image de Guilhaine Chambon
Guilhaine Chambon · il y a
J'ai beaucoup aimé votre texte que je découvre à l'instant. Bravo . Peut être avez vous déjà découvert Au fait qui est en finale . Je vous invite à venir vous promener sur ma page si bien sûr vois en avez envie. Belle journée
·
Image de Miss Free
Miss Free · il y a
Noir mais amusant ! :-)
·
Image de Naliyan
Naliyan · il y a
Faut savoir rire de tout... et de rien ;) Merci MissFree.
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Il y a encore des gens qui ont le souci du travail bien fait. Ca fait du bien. La satisfaction du public, quelle noble tâche !
·
Image de Naliyan
Naliyan · il y a
C'est pas du service public, mais ça s'en approche ;) Merci de votre visite.
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Parlons donc de sévices publics !
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Un effet "boule de neige" ... mortel !
·
Image de Naliyan
Naliyan · il y a
Les déboires s'accumulent...mais le job est fait ;) Merci Miraje.
·
Image de Vrac
Vrac · il y a
Le noir est une belle couleur, surtout s'il est bien noir !
·
Image de Naliyan
Naliyan · il y a
Merci, mais c'est du déca, presque un latte... il n'y a pas tant de sang que cela ;)
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Voilà un autre noir bien rythmé !
·
Image de Naliyan
Naliyan · il y a
Merci ! Plus d'humour cette fois ;)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Fauchon, elle est somptueuse et délicieuse. Elle a une belle robe, un parfum fruité et du corps... un corps tout en rondeurs. Des cheveux qui miroitent dans la glace et des yeux aux reflets de verre...