2
min

Vélotaffeur

Image de Alicia Bouffay

Alicia Bouffay

123 lectures

5

Recommandé
Vingt-deux kilomètres heure la dernière fois qu'il avait jeté un œil à sa montre. Dans cent mètres le pont, puis la belle côte à grimper en danseuse. Tous les jours, Damien prend son vélo pour aller travailler, dix kilomètres aller-retour. Il passe pour l'original du service, celui à qui on dit : « Je ne sais pas comment tu fais, moi je pourrais pas ! ». Ou encore : « Ah, c'est l'hiver surtout le plus difficile ». Bref, celui qu'on plaint les jours de pluie. Ses performances sont toujours meilleures au retouret aujourd'hui, il joue le chrono : passer en dessous des 32 minutes. Chaque jour un nouveau défi, hier c'était la distance, il avait fait le grand détour par le chemin de halage. Au carrefour, il accélère et grille le feu.

Cet après-midi, il avait réunion avec Nadine, son adjointe, qui souhaitait savoir quelle suite elle devait donner au dossier Crop and Co. Damien a souvent du mal avec Nadine : elle le noie dans les détails, ne lui donne pas de contexte, ne lui explique rien. Ça fait un mois qu'il a pris son poste de chef du service achat chez Socobim. Nadine, elle, est là depuis toujours, elle maîtrise à fond ses dossiers. Il a l'impression qu'elle le méprise un peu de ne pas tout savoir.

Arrivé sur la voie qui longe le périph, Damien profite de la pente pour reprendre son souffle. Des arbres et des ronces bordent la route, les mûres seront bientôt bonnes à cueillir. Le soir commence à tomber, il met le chrono en pause pour allumer ses lumières et sort son gilet jaune fluo de son sac.

Nadine s’était montrée insistante, le pressait de questions. Quelle réponse devait-elle apporter ? Il ne fallait plus tarder, maintenant, les clients s'impatientaient. Damien se sentait harcelé, mais pour qui se prenait-elle à la fin ? Il avait bien le droit de prendre son temps, c'était lui le boss après tout !

Ça devenait tendu, il sentait qu'il allait perdre son calme, ce n'était pas bon. Alors il avait dit : « Bon écoutez, je dois partir, je rentre chez moi. ». Et puis il s'était levé, il avait enfilé son coupe-vent, pris son sac à dos, mis ses pinces-pantalon et attaché son casque. Ils s'étaient regardés un moment en silence et elle avait éclaté de rire : « Quel look ! ». Puis : « J’ai compris, je vous embête avec mes questions, je vous en reparlerai demain ».

Il emprunte la rue en sens interdit (sauf vélos), savoure la liberté permise par son VTT. Le vent se lève, la pluie commence à tomber, il aime se battre contre les éléments. Dernière rue avant la maison, sprint final. En fait, Nadine devait être aussi nerveuse que lui, un nouveau chef, ce n'est jamais simple à vivre. Il sourit en repensant à son rire bienvenu, à cette complicité naissante.Maintenant, c'est sûr, ils travailleront bien ensemble. Arrêt du chrono : 31 minutes 30. Record battu. Très bonne journée.

5

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fred
Fred · il y a
il est vrai que dans la vie on pédale souvent et pas toujours pour la bonne cause. heureusement il reste le chemin, celui qu'on découvre.
j'ai aimé.

·
Image de Alicia Bouffay
Alicia Bouffay · il y a
Merci Fred :-)
·
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Premiers pas, premiers regards, premiers mots, jamais évident avant d'apprendre à parler la même langue ! :)
J'aime bien les petites détails du bord de la route, particulièrement ceux qui font des bonnes confitures, puis aussi le contre emploi, la veste jaune sous le costume ;)

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Nikolaz habitait un appartement dans l'hypercentre, près de la place du Commerce. Les bruits de la ville le rassuraient, surtout le ting-ting des tramways quand ils approchaient d'un croisement, pour...

Du même thème