3
min

Végète à rien !

Image de Michel Dréan

Michel Dréan

227 lectures

194

- Tu crois pas que ça fait un peu too much ?

Alan vient de se nouer un foulard noir à têtes de mort sur le crâne.

- Ben non, comme ça je suis dans l’ambiance.

Il est assis à l’arrière de la vieille Laguna de Jean-Mi. Tu parles d’un équipage ! Alan avec son bouc de hipster dans le rôle de Barbe-Noire, Jean-Mi et son poil de carotte ce serait plutôt Rackham le Rouge. Et moi qui les ais entraînés dans cette aventure, Corto Maltese ou Long John Silver, les personnages qui ont bercé ma jeunesse. Manque plus qu’une jambe de bois et un perroquet pour compléter le tableau. Le GPS, qui nous a déjà fait faire un léger crochet, nous indique que dans trois-cent mètres il faudra prendre sur la gauche et quitter la route départementale qui nous a presque donné le mal de mer avec ses virages.

- Voilà, on est presque arrivé, je coupe les phares.

La nuit nous entoure, seul un morceau de lune blafard éclaire chichement le chemin vaguement goudronné. Jean-Mi roule doucement, histoire de ne pas verser dans le fossé et éviter de faire trop de boucan. Comme si le débris roulant qui lui sert de voiture pouvait passer en mode silencieux.

- Là, on y est !

Je montre du doigt le bâtiment rectangulaire.

- Garetoi juste derrière, qu’on soit prêts à repartir fissa.

- Paré à l’abordage les gars ? fait Alan en nous présentant son poing fermé dans lequel on tape chacun notre tour.

- Yeap ! Et demain, à défaut de sabrer des officiers ennemis, on sabrera le champagne. Blandine nous l’a promis.

Blandine. Si nous sommes là ce soir, c’est à cause d’elle. A cause de ce défi qu’elle nous a lancé. Faut bien avouer qu’elle sait être sacrément convaincante. Peut-être aussi qu’on en pince tous un peu pour elle. Alors quand elle nous a fait bouffer de la tourte aux blettes en entrée l’autre soir, personne n’a moufté. Quand elle est partie dans une diatribe enflammée contre la maltraitance animale, on l’a tous écoutée avec ferveur. Elle nous a presque convaincu de ne plus jamais manger de viande. Entre les poires au sirop et les foies aux cirrhoses, il fallait choisir. Tailler une bavette oui mais pas chez le boucher ! Bref quand elle a eu cette idée un peu foldingue devant le plat principal de tofus, qu’un steak de soja aurait en comparaison presque rendu appétissant, eh bien les trois pieds nickelés que nous sommes sont passés en mode Rambo warrior pour rester dans une étymologie pseudo écolo. Bref, à la fin du repas, en buvant la tisane au gingembre, on a tous prêté serment.

Et voilà comment on se retrouve en pleine cambrousse à deux heures du matin en mode flibuste.

- Bon, chacun sait ce qu’il a à faire, disje à voix basse.

Les deux autres acquiescent d’un signe de tête en se dirigeant vers l’entrée.

Ouvrir la porte est un jeu d’enfant. Mais à peine a-t-on allumé nos lampes torches que ça se met à jacasser dans tous les coins. Et puis on se retrouve rapidement entouré d’un océan de plumes grises et blanches qui fait un boucan de tous les diables.

- Bordel, elles vont réveiller tout le département, il faut les faire sortir, vite.

C’est con une oie, elles ont certainement plus d’empathie avec leurs tortionnaires qu’avec leurs libérateurs puisqu’il y en a quatre ou cinq qui essaient déjà de me becqueter. Là, ce sont elles qui commencent à me gaver grave. J’entends Jean-Mi et Alan qui jurent comme des charretiers, visiblement ils n’ont pas réussi plus que moi à se faire ami-ami avec les volatiles.

Au bout de cinq bonnes minutes qui nous paraissent une éternité le troupeau est dehors mais refuse de s‘éparpiller. On a beau lui expliquer que s’il ne veut pas finir en cou farci, foie gras et confits divers, il doit se barrer de là illico pesto, comme disent les italiens mais non, il reste stoïque et surtout il continue à faire un raffut terrible.

A cent mètres de là, dans la ferme, une lumière vient de s’allumer. Dix secondes plus tard, l’air se corse ! Les troupes ennemies apparaissent avec à leur tête l’éleveur, tromblon de chasse en main suivi de deux de ses rejetons format demi-de-mêlée avec des manches de pioche en guise de cure-dents.

Là, va falloir tracer son sillage dare-dare. Jars-jars aurait sans doute été plus approprié mais toute notion d’humour vient brusquement de nous quitter.

Branle-bas de combat. Le salut étant clairement dans la fuite, on se retrouve tous les trois en moins de temps qu’il ne faut pour le dire dans notre épave préférée qui accepte de démarrer au quart de tour.

Sauf que devant nous, une armada d’oiseaux stupides nous barre la route.

- Qu’estce que t’attends bordel, fonce.

- Mais je vais les écraser.

- Ouais, sauf que si on ne met pas les voiles tout de suite, on va vite se faire harponner.

- Avance, je te dis !

La Laguna ne s’appelle pas Moïse, la mer ne s’ouvre donc pas. Les premiers mètres se font dans un carnage indescriptible avant qu’elle ne cale lamentablement devant les vagues successives des volailles affolées. Les chœurs de la mer rouge déchantent. Et bientôt, ce sont les écoutilles qui volent en éclats. Plus de pare-brise, plus de fenêtres latérales. Sûr qu’on va se faire sonner les clochettes et que notre acte de piraterie va nous faire faire la connaissance rapprochée de Peter Pan-pan et de ses enfants pas perdus pour tout le monde. Par contre, les pains perdus, on risque d’en manger quelques-uns.

Bon, promis, si je m’en sors à peu près entier, bye-bye Blandine et j’invite Lydie à sortir.

Elle bosse dans un Hippopotamus.

PRIX

Image de 2018

Thème

Image de Très très court
194

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
Un bon moment de détente, sympa ! (En revanche, vous auriez pu faire une ode à l'oie car c'est un animal très attachant !)
·
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Où vais-je hé Terrien, t'es rien qu'un végétarien ? On est dans un film de Marcel Pagnol contemporain ! Je me délecte de ces délicieux jeux de mots qui mènent l'aventure, un récit rythmé, plaisant et drôle ! C'est tellement ça les hommes, ceux qui écrivent de belles histoires comme vous, ceux qui les lisent et ceux qui les vivent ! Je suis nouveau sur short, je vote pour vous ! Voilà mon premier récit, merci ! https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-droits-de-lame
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Bravo Michel drôle et humoristique tt ce que j'aime, Vive les femmes alors…. merci pour ce moment...je vote
·
Image de jc jr
jc jr · il y a
Ce qu'une femme est capable de nous faire faire, c'est quand même impressionnant... Vive Hippopotamus et j'ai bien ri. Viendriez-vous découvrir " le bilan " en finale TTC....
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Entre le loup dans la bergerie et les renards dans le poulailler, les carottes sont cuites ☺☺☺ !
·
Image de Mickaël Hervo
Mickaël Hervo · il y a
Excellent ... j’adore !
Et toujours des jeux de mots pour nous faire rire ...

·
Image de André Page
André Page · il y a
Je te remercie d'avoir disposé au dernier moment des plumes pour adoucir la chute, Michel, une histoire vraiment bien agencée :)
·
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
C'est top marrant, j'ai adoré !!
·
Image de Fanchomas
Fanchomas · il y a
Excellent, c'est très drôle.
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Mes cinq voix les yeux fermés. Lisez mes deux Fai... et ma Fa... (euh je rigole)
Là je ne rigole pas : 5 voix et j'ajouterais volontiers la portion de frites au menu de l'Hippo.

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

À sept heures du soir, Georges appuya sur le bouton.Explosion de lumière et de couleurs.Dans la rue, les initiés applaudissaient déjà. Il sortit sous les acclamations, salua les ...