Variations sur l'eau

il y a
2 min
67
lectures
12

J'écris. Ni pour plaire ni pour déplaire. J'écris. Poésie ou prose. Prose ou poésie. Je n'ai pas de frontières. Je ne fais pas la course aux abonnés. Je ne suis sur aucun réseau social  [+]

ROBINET

La goutte d'eau est prisonnière. Elle ne connaît aucun bon tuyau pour s'évader. Peine de prison à perpétuité ?
Suffit-il d'ouvrir le robinet ? Même celui qui disposerait du don de clairvoyance échouerait à distinguer la goutte de ses semblables dans ce flot ininterrompu.
Aussi la goutte d'eau reste en général célibataire. Aucun soupirant ne se fixe à elle au sortir du robinet.
La seule qui puisse espérer convoler en justes noces est la goutte qui s'échappe d'un robinet défectueux. A condition qu'elle ait la chance de tomber sur celle qui l'a précédée quelques secondes plus tôt pour s'unir à elle.
Mais gare au plombier briseur d’amours !

FLAQUE D'EAU

La flaque d'eau a la souplesse d'une championne de gymnastique. Si un promeneur balourd y enfonce ses chaussures elle frémit et émet de furtives vaguelettes d'indignation. Un instant plus tard cette gymnaste hors pair retrouve sa sérénité légendaire.
Son seul véritable ennemi est le vent qui crache ses poumons en soufflant. Il lui occasionne de grands tourments. La flaque d'eau frissonne à chaque rafale.
Est-ce le trac avant la compétition ? Les premières atteintes de la fièvre ?
Dans l'attente elle s'interdit de prendre le vent en grippe. Elle tend simplement son pouce en criant pause. Tôt ou tard tout penaud le vent se couchera devant elle et lui promettra de la laisser tranquille.

SOURCE

Sous terre dans le noir les gouttes d'eau font corps. Collées les unes aux autres. En un ensemble parfait elles glissent dans le chemin obscur comme des manifestantes qui défilent serrées.
A la source vient le grand choc espéré. Le passage de l'ombre à la lumière qui éclate. Un rayon de soleil et ce sont des étincelles qui scintillent. Pureté d'une naissance toujours renouvelée en cet endroit originel et sucré. Hommes et bêtes trinquent à la genèse d’une vie paradisiaque. Plus tard plus loin plus bas l'aventure lumineuse se gâte. L'aurore rêvée laisse place aux tourbillons d'un crépuscule boueux. Ainsi coule la vie. Des délices de la naissance aux affres du trépas.

PLUIE

Je dirais qu'elle est obèse. La pluie trouble sa sœur la rivière en traçant de grands ronds dans l'eau pour inscrire sa marque de puissance éphémère.
Je dirais qu'elle est maigrichonne. On lui demande de faire route avec sa sœur bretonne. A peine discernable à l'oeil la bruine pacifiste humidifie timidement le sol sans laisser de flaque ni de plaque en souvenir.
Je dirais qu'elle est colérique. Tu prendras cela dans la figure. Je me suis assez gelé dans les nuages proteste le grêlon. Il est l’auteur d'un coup de poing retentissant qui déchire la frêle feuille de salade qui n'y est pour rien.
Je dirais qu'elle est transformiste. Dans le froid des nuages elle a décidé de changer de statut. Légère et virevoltante elle s'est parée de blanc et descend vers le sol en flocons incertains.
Au temps des grandes invasions il lui arrive de tout revêtir d'une épaisse fourrure cotonneuse. Les animaux trouvent alors matière à laisser une trace de leur cheminement dans les forêts profondes. Jusqu'à ce que la pluie réduise à néant ces illusions d'éternité.

GLACIER

Au cœur du glacier il est une machine à remonter le temps. Figée depuis des millénaires elle a en mémoire toutes sortes d’aventures. Ötsi lui a raconté sa traversée de la montagne émergeant du froid et ausculté par les grands savants. Leur a-t-il dit la même chose qu’à toi ?
D’autres histoires pétrifiées par le gel ont été oubliées. Elles attendent que la chaleur les remette au goût d’un jour nouveau.
Dis-moi. Est-ce pour oublier ton destin que tu t’échappes à la base en un torrent tumultueux qui dévale la pente de la vie ? N’aimerais-tu pas retrouver pour quelques instants seulement les délices de ton enfance ? Transformée chez le glacier en un délicieux sorbet sur lequel se jettent les gosses d’aujourd’hui ?

Ephémère retour à la case départ pour sortir la tête hors de l’eau
12

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,