Variation japonaise

il y a
1 min
614
lectures
23
Recommandé

J'aime la solitude qui permet le rêve et l'évasion, les rencontres qui font grandir, la vie qui chaque jour me surprend. J'écris aussi parfois  [+]

Encore une fois elle a rempli son caddie sous l’œil éberlué de la caissière qui chaque jour se pose la même question : comment une femme de petite taille, frêle et menue, peut ingurgiter une telle quantité d’aliments ? Dans le quartier, on ne lui connait ni progéniture ni multiples aïeux à nourrir.
La jolie brune au teint mat, les yeux noirs étirés en amande verte – son regard sombre est éclairé de reflets émeraude –, garde le silence dans son activité quasi mystique d’approvisionnement.
Ce matin, elle n’achète pas moins de trois poulets, du poisson surgelé, deux paquets de riz format familial et des légumes à foison, sans oublier les traditionnels packs de bière.
En passant devant la caisse, elle sourit, sort lentement ses billets et compte sa monnaie, fière de ses achats et de la curiosité engendrée… dont elle sait qu’elle s’amplifiera demain. Un plaisir coûteux qui en vaut la peine au regard de son bonheur.
De retour à la maison, elle cuisine le tout dans un chaudron et dispose le contenu arrosé de bouillon dans des assiettes creuses en porcelaine. Sa mission s’arrête là jusqu’au repas suivant.

Tapie au fond de la salle, elle se recroqueville à devenir invisible car elle enfreint les règles, la présence des femmes n’est pas autorisée dans ce sanctuaire pétri de paradoxes, dédié aux combats des corps tout en frôlant le sacré de l’âme.
Elle fixe le dojo de ses yeux de chat.
Le signal a été donné, l’éventail retourné, les hommes ont touché le sol de leurs deux mains, ils acceptent le combat.
C’est le moment que la jeune femme préfère, cette montée d’adrénaline avant qu’elle ne devienne l’héroïne discrète de la journée. Parce qu’il va gagner, elle en est sûre : les kamis, divinités omniprésentes, ont murmuré à son oreille que la performance de son rikishi serait remarquée par le maître.
La lutte est serrée, aucune pause ne sera accordée au cours du tournoi. Mais peu importe, le sel jeté purifiera l’arène et Akio est au meilleur de sa forme. Elle le voit qui balance son adversaire sans vergogne, et c’est l’essence profonde du Japon qui vibre dans l’affrontement des deux titans.
À suivre son héros, elle connaît par cœur les quatre-vingt-deux prises qu’il saura maîtriser pour faire vaciller son concurrent et se rassure en le voyant taper du pied dans le dessein d’éloigner les esprits malins.
Alors elle s’échappe en catimini avant de retourner à ses fourneaux.
Cette fois encore, la victoire aura affamé son sumotori de mari.

Recommandé
23
23

Un petit mot pour l'auteur ? 7 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
Lecture fluide et agréable, univers entrouvert
Image de Michel Croste
Michel Croste · il y a
Une jolie page d'ambiance nippone
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Bonjour Sourire, la chute est bonne et bien masquée, c'est le secret d'une nouvelle réussie :-)
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Merci, Hermann !
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Combat de lourds
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Un beau texte Sourire, bravo à vous !
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Un appétit d'ogre. Les coutumes japonaises m'étonneront toujours

Vous aimerez aussi !