3
min

Vague à l'Âme.

Image de Cyrano

Cyrano

126 lectures

137

Cela faisait des mois qu’Emilie était partie laissant derrière elle mon cœur en lambeaux. Je me jurais de ne plus me retrouver dans cet état à cause d’une femme. Peignant sans relâche, je plongeais avec assiduité dans mon travail.
Pablo avait été l’un de mes premiers clients et nous nous étions liés d’amitié. Avec sa femme Suzanne, ils passaient souvent à l’atelier pour voir mes œuvres en avant-première.

Après de nombreux refus, je cédais pour la première fois à une de leurs invitations : un week-end au bord de la mer dans une villa. Le soir de mon arrivée, la fête battait son plein. Pablo, vêtu avec extravagance m’accueillit avec un cigare à la main. Il me fit visiter leur demeure, ma chambre et m’incita à me mêler aux convives : « Profite bien mon petit peintre », me lança-t-il avec un clin d’œil en disparaissant dans la foule.
Seul, je passais de groupe en groupe et contre toute attente, ce fut une excellente soirée. Vers 3h du matin, je décidais d’aller prendre l’air et de marcher pieds nus sur le sable. La nuit était claire, l’air frais. Vêtu d’un tee-shirt et d’un pantalon en lin blanc, je marchais sans but.

Au loin, je vis avancer vers moi une femme. Plus elle se rapprochait, plus je constatais à quel point elle était belle, une beauté qui saute aux yeux. Sa légère robe d’été à fleurs épousait délicieusement ses formes divines.
A ma hauteur, elle sourit, me lança un chaleureux « bonsoir » et continua son chemin. Je restais béat, comme tétanisé devant tant de beauté. Malgré l’effet qu’elle me fit, je tentais de l’ignorer, de continuer ma balade mais mon corps s’y refusa et je me surpris à lui courir après. Elle s’arrêta et attendit que je la rejoignis pour me parler.

Nous échangions de brèves banalités. Elle me dit s’appeler Anna et me confia que durant les nuits claires, elle aimait profiter du silence et marcher sans but le long de la plage. Elle avait ainsi l’impression de se sentir vivante. Je la comprenais car sur cette plage déserte, j’avais moi aussi cette sensation. Plus je la regardais, plus je vis qu’au-delà de cette beauté physique évidente, elle dégageait un sentiment d’harmonie qui faisait écho en moi. J’avais l’impression de la connaître depuis des années.

Nous décidions de nous asseoir pour être plus à l’aise. Je lui parlais d’art, de peinture, de couleurs et par un heureux hasard, l’aube se levait. Une multitude de couleurs explosa dans le ciel et chassa le gris omniprésent, l’instant était magique. Nous nous arrêtions de parler pour observer ce que la nature avait de plus beau à offrir : un levé de soleil. Nous avions l’impression d’être seuls au monde et que dame nature complotait pour nous unir. Elle posa délicatement sa tête sur mon épaule et un immense plaisir m’envahit. Nous restions silencieux, en contemplation et seul le bruit des vagues qui mouraient à nos pieds rompait le silence environnant.

Pris d’un élan, je déposais un langoureux baiser dans son cou. Elle dégagea ses cheveux pour m’inciter à continuer et nous échangions ensuite un baiser sous ce soleil naissant. Main dans la main, nous quittions le bord de la plage pour nous enfoncer un peu plus dans les dunes, loin des regards indiscrets. Nous faisions l'amour comme des fous, sans retenue, comme si nos corps étaient deux pièces de puzzle faites pour s'emboîter.... c'était bon...exquis et nous nous comprenions sans nous parler.

Après un râle commun de plaisir, je déposais un baiser sur son front et nous restions là, allongés l’un contre l’autre à regarder le jour prendre pleinement sa place et à écouter le va et vient incessant des vagues. Par moment, le vent matinal plaquait sur mon visage de longues mèches de la chevelure brune d’Anna que j’humais avec délectation. Je ne voulais plus la quitter, ces instants avec elle avaient réveillé chez moi des sensations que je pensais éteintes à jamais.

Je m’assoupis en la serrant fort contre moi en lui promettant de ne plus la lâcher. Elle me sourit en guise de réponse.

Une langue humide vint se poser sur mes lèvres, le soleil était haut dans le ciel. Avec peine, j’ouvris les yeux, ébloui par toute cette luminosité, et me retrouvais devant la gueule d’un labrador qui prenait plaisir à me lécher le visage. Je sursautais devant cette vision et il s’éloigna en courant vers ses maîtres. Désespérément, je cherchais Anna mais elle n’était nulle part, comme emportée par ces flots qui m’avaient bercé. Je rentrais malgré moi chez Pablo, lui totalement ivre, ne semblait pas comprendre ce que je lui racontais. Durant tout ce week-end, je la cherchais mais en vain.

De retour chez moi, les images de cette rencontre et de cette nuit d’amour hantaient mes pensées jours et nuits. Deux semaines plus tard, j’invitais Pablo et Suzanne à venir voir ma dernière toile.
Elle représentait Anna, vêtue de sa robe d’été à fleurs. Assise sur le sable, son merveilleux sourire aux lèvres, elle regardait tendrement l’observateur. En fond, une aube naissante sur une mer calme. Les couleurs chaudes et l’atmosphère paisible de cette plage la rendaient encore plus belle que dans mon souvenir. Je ne savais pas où elle était mais je l’aimais plus que de raison. Avec ce tableau j’avais l’espoir que Pablo ou Suzanne la reconnaissent et me guident vers elle.

Sans protocole, je libérais ma toile du drap blanc qui la couvrait. A sa vue, Pablo lâcha son verre, qui explosa sur le sol. Suzanne, le visage entre les mains, fondit en larmes. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait. Il la prit dans ses bras, ils sortirent et me laissèrent seul sans un mot.

Peu de temps après, ils m’apprirent que j’avais peint Anna, la meilleure amie de Suzanne. Ils en avaient été troublés car je n’avais aucun moyen de la connaître. Un matin, trois ans auparavant, elle avait été retrouvée sans vie sur la plage où j’avais dormis.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
137

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Originale cette nuit passée avec un fantôme
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
je me suis laissé emporter par votre vague à l'âme enivrante qui m'a fait prendre des vagues
·
Image de Pat
Pat · il y a
Je ne m'attendais nullement à la chute mais j'ai pris beaucoup de plaisir à vous lire.
·
Image de Jfjs
Jfjs · il y a
Je n'ai pas vu venir la chute. Belle histoire et quel romantisme !
·
Image de J. H. Keurk
J. H. Keurk · il y a
Vibrant d'émotion posthume.
·
Image de Béatrice Gloda
Béatrice Gloda · il y a
On est tenu en haleine, enfin j'ai été tenue en haleine, même si j'ai vu le truc venir à un moment. J'aime bien votre style d'écriture, ça coule - pour moi
·
Image de Cyrano
Cyrano · il y a
Merci beaucoup pour ce message fort encourageant. C'est très plaisant de savoir que cette petite histoire d'amour impossible sur fond de surnaturel a plu.
·
Image de Alixone
Alixone · il y a
Une très belle histoire vraiment, quelle réussite.
Je découvre votre page avec beaucoup d'intérêt.

·
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Une prouesse , bravo ! Mes 5 votes ! < Tôt , dès l'aube > est aussi en lice , belle soirée
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Notre grand romantique a encore frappé ;) Bravo, Cyrano, ce récit fantastique est très réussi !
·
Image de Cyrano
Cyrano · il y a
Merci beaucoup, commentaire fort agréable à lire. Merci encore d'avoir parcouru mes lignes.
·
Image de Cassandra
Cassandra · il y a
Bonjour, Cyrano
C'est tout simplement une merveille, cette sublime histoire j'aime beaucoup félicitation vous avez mes votes et bonne chance
Cordialement Cassandra

·
Image de Cyrano
Cyrano · il y a
Bonjour Cassadra
Merci pour ce beau message.
Je suis très content de savoir que cette histoire vous a plu.
PS : J'ai parcouru certaine de vos oeuvre et je peux dire beaucoup d'entre elles m'ont plu.
Excellente journée et à bientôt.

·