2
min

Vacances Mauriciennes

Image de Sabrina Danes

Sabrina Danes

10 lectures

0

Je t'écris de l'île Maurice où je vis une sacrée aventure. Après un très long vol de nuit, coincé entre un voisin ronflant comme une tondeuse à gazon et un autre dont la vessie ne doit pas dépasser la taille d'un dé à coudre, me voici arrivé à destination. Comme tu le sais, hors de question pour ma part de rester à faire le steak sur la plage, aussi belle soit elle. J'avais dans l'idée d'explorer, de découvrir, de m'imprégner de ce pays. Ce voyage du côté de l'océan indien me réservait une surprise de taille. Les premiers jours, je pris doucement mes marques pendant cet hiver austral, où mon short contrastait avec les bonnets de laine vissés sur la tête de certains locaux. Il faut dire, à l'inverse des habitants de l'île, que les vingt-six degrés le matin au réveil me font penser à un été presque caniculaire. Tout est relatif mon ami. Les premiers jours, je me suis baladé dans les villes et villages alentour profitant de superbes paysages, des temples multicolores et de la gentillesse des mauriciens. Aujourd'hui, après un bon repas créole, difficile à digérer pour mon estomac européen, je décide de partir en randonnée en pleine nature. Les paysages sont splendides, un régal pour les yeux, une mosaïque de verdure à la faune et à la flore variées. C'est dans cette montagne, en forêt, après quelques heures de marche, que j'aperçus un étrange animal. A quelques mètres du sentier, se tenait un oiseau ressemblant à une grosse dinde. J'en ai observé des volatiles durant mes années de périples aux quatre coins du monde, mais celui-ci, jamais je n'en avais vu un pareil, du moins vivant. Muni seulement d'une carte, de quelques vivres et de mon appareil photo, je n'ai pu capturer que son image. J'ai donc décidé de revenir sur mes pas. Je suis actuellement dans la chambre de l'hôtel. Je voulais partager avec toi la joie et l'excitation que je ressens devant une espèce que l'on croyait éteinte, un dodo, là, devant moi. Il me faut absolument l'attraper. Je vais être célèbre. J'imagine déjà les gros titres des journaux : “ Découverte d'un spécimen de dodo sur l'île Maurice par Bertrand Petit, un grand homme”. Je ferai des apparitions à la télévision. Je te l'ai toujours dit, ce n'est pas parce que je mesure un mètre dix que je ne suis pas à la hauteur. Je te laisse sur ces quelques mots. Mon sac à dos est prêt.
Bertrand

-"Monsieur ! Monsieur ! Vous êtes à l'hôpital. Tout va bien. Vous avez fait une grosse indigestion accompagnée de fièvre. Je pense que vous ne supportez pas le piment."
A la télévision, un documentaire sur un oiseau endémique, symbole de l'île...
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur