2
min

Univers, Université

Image de Jmnt

Jmnt

9 lectures

0

À l’université, où j’ai passé trois ans en droit, je me suis particulièrement senti comme un poisson
hors de l’eau.
Un manque certain d’épanouissement personnel, tout ce qui fait la différence avec l’université
américaine que je connaitrais par la suite, qui participe pleinement au parcours initiatique du jeune
étudiant tout en mêlant savoirs, sports, arts, et maïeutique.
Habitué aux écoles privées, je m’ennuyais en droit ne travaillais pas beaucoup, sortais
énormément, sans avoir une réelle vison de mon devenir.
Dès mon bac obtenu, Fati avait souhaité me voir prendre mon indépendance . J’habitais un studio,
dans un immeuble moderne avec tout le confort, à Montmartre, proche de l’appartement familial,
un budget mensuel octroyé par ma mère, que je gérais fort mal tant mes plaisirs nocturnes étaient
nombreux.
Foulé, une amie de Palissy, qui était en école de commerce s’était entichée de faire du spiritisme à
domicile, malgré mes multiples mises en garde. Avant de sortir en boîte de nuit, on se réunissait
dans le XV ème à Paris, chez Foulé. Elle prenait un verre, les lettres de l’alphabet disposées en
cercle, accompagnées des chiffres de zéro à neuf, puis deux mots oui et non.
Tout cet attirail pour permettre aux esprits présents de s’exprimer. L’ambiance était toujours festive,
nous étions jeunes, tout le monde riait excepté moi, bien présent je ne goûtais pas ce moment.
Un soir quelqu’un, lança mon prénom, en pâture
« Demandons au verre quel est le nom de la petite amie de Jean-Marie ? »
A l’époque, j’étais célibataire, plusieurs pensaient que j’avais une vie sentimentale secrète, pour
eux, ce fut un moyen d’en savoir plus.
À la question posée, le verre avec nos doigts dessus, se dirigea vers deux lettres CG, et insista de
façon frénétique. Intriguée la personne qui avait posé la première question, prêt à s’engaillardir
poursuivit en demandant:
« où se trouvait ce CG? »
Le verre égrena lentement toutes les lettres du mot université, l’ambiance était à son comble, je
cachais définitivement un secret, malgré mes dénégations rien n’y fit.
De retour à la faculté, ma première action fut d’essayer de mettre une réalité sur ce CG. Une jeune
fille dans l’amphithéâtre avait attiré mon attention, je pus nouer un contact avec elle, afin d’espérer
que CG, fut ses initiales, échec total.
Un jour Foulé, me révéla qu’elle arrêtait définitivement, ses séances car d’étranges manifestations
l’avait troublé, bruits pendant la nuit, verre brisé sans aucune intervention humaine.
Elle convenait aisément, avoir manqué de prudence en ignorant mes conseils.
Le temps faisant, j’oubliais totalement ces événements.
Jeanine était étudiante en Droit, originaire de la Martinique, je la saluais régulièrement de temps à
autre nous plaisantions pendant les pauses sans qu’une réelle relation amicale fut établie.
Jeanine apparut un jour en compagnie d’une amie à elle, je me trouvais là, après de furtives
présentations, chacun vaqua à ses occupations.
Le lendemain, je vis à nouveau Jeanine et la félicita sur sa copine en posant quelques questions,
Que faisait-elle ? Pourrait-on la revoir ?
En fait je me montrais intéressé. Jeanine évasive pratiquait la rétention d’information.
Beaucoup plus tard j’apprendrai, que Jeanine avait eu à répondre à son amie sur le même type de
questionnement à mon égard. La réponse à son amie fut cinglante:
« S’il y a bien quelqu’un que je te déconseille de fréquenter, c’est lui, il est snob, vraiment pas
intéressant »
Le hasard voire la providence, fut mon alliée, un jour l’amie de Jeanine, l’attendait pour aller
déjeuner, pas de Jeanine qui avait du oublier ce rendez-vous.
Le déjeuner entre nous deux, eut lieu, nous avons fait connaissance, nous nous sommes
beaucoup amusés du rôle joué par Jeanine pour nous empêcher de nous réunir, et pour la petite
histoire, nous nous sommes mariés cinq ans plus tard.
J’allais oublié l’essentiel, le nom de l’amie de Jeanine. CG, Chantal Garnier
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,