4
min

Une ville dans la peur

Image de Alex Maliraut

Alex Maliraut

82 lectures

64

La ville de NightSorrow était la proie de nombreux crimes. On déplorait de multiples viols et assassinats ces derniers temps, les criminels redoublaient d'ardeur malgré l'hiver. De ce fait, les soldats de la garde étaient aux aguets. Les rondes se renforçaient à la nuit tombée, mais pour l'instant aucun coupable n'avait été intercepté. Le capitaine Glovin avait reçu l'ordre du gouverneur en personne de rétablir autorité et justice en ces murs. Il décida de mener lui-même ses hommes sur le terrain. Le soldat Eldmer l'accompagnait ce soir-là, un homme solide et digne de confiance.

Ils se retrouvèrent à la caserne, équipés chacun d'une lanterne, d'une arme et de vêtements chauds. Le froid mordait leurs visages, et les flocons de neige recouvraient le sol boueux d'une fine couche blanche. Il y avait peu de monde dans les rues, le couvre-feu n'allait pas tarder à être sonné. Ensemble dans la nuit cendrée, ils traversaient la place du maréchal-ferrant, lorsqu'un gosse en guenilles accourut vers eux. Il leur indiqua du doigt une ruelle mal famée, en jurant qu'il avait entendu des bruits bizarres. Misant sur sa bonne foi, mais conscient des peurs enfantines, les deux soldats le sommèrent de rentrer chez lui, puis partirent investiguer. Arrivés à une première intersection, ils sentirent une odeur nauséabonde. Plus répugnante que les déchets jetés dans les caniveaux. Cela sentait comme un cadavre en décomposition. Glovin le savait, il assistait régulièrement à des scènes macabres en temps de guerre. Dans un renfoncement ils découvrirent des restes humains, camouflés sous des débris de bois. La tête partiellement indemne, probablement préservée par le froid, les fixait avec un rictus tout sauf naturel. Eldmer reconnut là un vagabond qu'il croisait occasionnellement aux abords de la taverne. Son corps était comme dévoré ou dépecé. La famine endurée par les plus pauvres laissait supposer un cas de cannibalisme, le capitaine s'en détourna d'un air désolé.

Continuant leur ronde avant de rentrer pour le rapport, les deux hommes entendirent des cris. Se précipitant dans leur direction, ils furent bousculés par un soûlard qui s'enfuyait en hurlant. L'individu s'étala de tout son long. Se mettant à quatre pattes tant bien que mal, il pointa du doigt l'allée d'où il venait, toujours en criant des absurdités, les yeux exorbités. Prompt à intervenir, Eldmer dégaina son épée et partit en quête d'un éventuel drame. Le temps de constater que l'homme n'était pas en mesure de s'exprimer normalement, Glovin suivit son acolyte, le pistant grâce à ses pas dans la neige. Il ne tarda pas à apercevoir sa lanterne, mais en approchant se rendit compte qu'elle était tombée au sol, ainsi que son arme. Relevant sa propre lumière devant lui, le capitaine aperçut plus loin une ombre tirant quelque chose sur le sol. Poursuivant la piste en ordonnant à l'inconnu de s'arrêter, il n'eut pas le temps de l'intercepter. Il passa une autre intersection, suivant la trainée brunâtre laissée par terre.

Les marques au sol s'arrêtaient devant une vieille masure décrépite. Cette bâtisse du centre bourg était inhabitée depuis de nombreuses années, un endroit rêvé pour un criminel en cavale. Enfonçant la porte, le capitaine pénétra les lieux. Au rez-de-chaussée, rien que de la poussière et de vieux meubles, qui soutenaient des murs délabrés. La masse trainée marquait là aussi son passage, en direction de l'étage, on y distinguait d'ailleurs un peu de lumière. En montant prudemment les escaliers, le capitaine remarqua qu'elle provenait des trous dans la toiture. Les flocons et le froid y pénétraient aussi sans difficulté.

Il y avait comme une odeur de sang, et une coulure brillante longeait le parquet, éclairée par la lune. Quelque chose tenait fermement Eldmer, de longs doigts griffus plantés dans sa taille, le plaquant assis contre un pilier soutenant le toit. Le sang coulait de ses plaies, imbibant son manteau de fourrure. Le pauvre homme apeuré réclamait pitié, fixant son capitaine, quémandant de l'aide. Une bouche démesurée planta soudain ses longs crocs dans son épaule, arrachant de grands lambeaux de tissus et de chairs. Le soldat hurla de douleur, le cri résonnant dans la pièce presque vide, avant de s'évanouir. La bouche cracha le tissu, avant de prendre une nouvelle bouchée.

Tenant fermement son épée et sa lanterne, le capitaine approchait toujours à pas feutrés, cherchant à voir à quoi ressemblait l'assassin.

- Laisse mon soldat, démon !

La tête s'arrêta de mastiquer, et sortit doucement de l'ombre, se posant au-dessus de ce qui restait de l'épaule. Glovin resta abasourdi. Elle présentait une forme ronde violacée, sans yeux, mais de grandes narines flairaient l'intrus dérangeant son festin. Elle garda le reste de son corps caché derrière le cadavre.

Une des mains griffues se détacha du soldat, pour se planter dans son dos. C'est alors que la tête de ce dernier se releva, commençant à parler avec une voix qui n'était pas la sienne.

- C'est quoi, un démon ?

La voix rauque et gutturale s'échappait bien de la bouche d'Eldmer, le capitaine cacha sa surprise, essayant de se ressaisir.

- D'où viens-tu ? Que fais-tu à cet homme ? De la sorcellerie ! Viens affronter ma lame !

- Un démon, c'est un être qui punit les pécheurs. Tu as raison, je suis un démon, et je fais très bien mon travail.

Le visage blême du soldat parlait, pendant que la face du monstre formait un sourire narquois, léchant ses lèvres luisantes de sang.

- Cet homme n'est pas un pécheur ! C'est un protecteur de cette cité, je le connais bien. Il n'a jamais rien fait de mal, tu te trompes !

- Vraiment ? La tête se pencha d'un air inquisiteur. Moi il me dit qu'il battait sa femme, c'est bien de battre sa femme ? Il a aussi violé une des pauvrettes dont vous cherchez le coupable, c'est très vilain ça, non ?

Le capitaine voulait lui répondre qu'on ne mange pas les gens quoi qu'ils aient pu faire, mais il doutait de raisonner cette créature. Il ne trouvait toujours pas logique qu'elle puisse exister. Il devait surement rêver.

- C'est ça qui est pratique, humain. Vous êtes tous des pécheurs. Et toi, Capitaine ? Quel est ton péché ?

Eldmer se mit à ricaner avant de redevenir inanimé. La tête sans yeux disparut dans l'ombre, derrière le corps du soldat. Le capitaine s'approcha, lanterne en avant, épée prête à servir. Passant sur la droite, il jeta un coup d'œil, quand le corps fut jeté sur lui ! Tombant à terre sous le poids de l'homme, il tenta de se dégager pour pouvoir se défendre.
Mais un poids supplémentaire pesa soudain sur lui, une forme sombre s'approchait de son visage. L'haleine répugnante du monstre se répandit sur lui, il sut qu'il était perdu.

PRIX

Image de 2018

Thème

Image de Très très court
64

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Florent Paci
Florent Paci · il y a
Un récit prenant, aux accents très jeux-vidéo (mes pensées vont vers la série The Elder Scrolls). Mes votes et encouragements d'un fan du genre ;)
Image de Batwoman
Batwoman · il y a
Ambiance réussie pour le thème, suspens et mise en scène sont au rendez-vous.
Le scénario est original, bref, c'est du bon boulot Monsieur LESATIX. Au plaisir...de vous lire prochainement.

Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Ce démon aux mains griffues a tout pour faire peur ! Vous nous plongez là dans un univers fantastique à l'atmosphère angoissante, particulièrement lorsque le cadavre s'anime, bravo Lesatix et à bientôt !
Image de Caro
Caro · il y a
Tu as mes 4 voix...pour ce justicier démoniaque! Bravo !
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
mes votes .
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Un récit angoissant.On visualise bien les événements. Bravo Lesatix!
Image de Gladys
Gladys · il y a
Un texte déroutant mais combien attachant, j'ai aimé et je vous mets le plein dans la besace. Je sais, c'est lourd tenez bon !
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Déconcertant ce numéro de marionnettiste, et plutôt bien écrit qui plus est ! J'aurais peut-être insisté plus sur l'ambiance urbaine, mais pour un TTC je sais que c'est très compliqué ^^ Merci pour cette nouvelle, Lesatix :)
Si tu le souhaites, n'hésite pas à aller lire "Gu'Air de Sang", également en compétition !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/gu-air-de-sang

Image de Fabienne Maillebuau
Fabienne Maillebuau · il y a
Bien imaginé, vous avez mon soutien, je vous propose: violent parfum acide.
Image de Topscher Nelly
Topscher Nelly · il y a
Mes voix pour votre monstre et ce bon moment de lecture.Mes voix.
Mon texte vous plaira peut-etre ?

Vous aimerez aussi !

Du même auteur