2
min

Une toute petite annonce

Image de Anthony Degois

Anthony Degois

460 lectures

54

Recommandé

Annonce n°0990
Cause décès, vends pèse-personne. Contacter Monsieur C.

« Monsieur,
Actuellement seule dans ma vie, je suis intéressée par votre pèse-personne afin de mesurer le vide de mon existence. Puis-je en connaître le prix ?
Madame P. »

« Madame P.,
Vu ses faibles capacités, mon pèse-personne ne coûte rien. Je vous le cède bien volontiers.
Cordialement.
Monsieur C. »

« Monsieur C,
Votre générosité vous honore mais je ne peux l'accepter. Je n'ai pas pour habitude d'accepter quoi que ce soit d'un inconnu. En revanche, j'ai moi-même à vendre un fait-tout fait-main. Ce fait-tout n'a pas de prix, et comme votre pèse-personne ne coûte rien, cela devrait équilibrer notre balance commerciale.
Cordialement,
Madame P. »

« Madame,
Je vous assure que mon pèse-personne ne vaut rien. Aussi vous comprendrez que je ne puisse demander quoi que ce soit en retour. Je souhaite que cet échange ne lèse personne et cède cet appareil avec mon honneur. C'est tout ou rien. »

« Puisque vous le prenez comme ça, ce sera tout. »

« Madame P.,
Je mesure le poids de votre silence et, n'ayant cédé mon pèse-personne à âme qui vive, j'ai eu tout loisir de peser le pour et le contre et de me rendre compte que j'avais un poids sur la conscience, celui d'avoir été un rien désagréable avec vous. Après tout, que vous vouliez échanger mon pèse-personne contre votre fait-tout, ça ne fait rien. J'aurais dû comprendre que pour mesurer le vide de votre existence, vous étiez dans l'obligation de vous en débarrasser.
J'accepte donc votre offre et vous présente, chère Madame P., mes plus plates excuses.
Monsieur C. »

« Cher Monsieur C.,
Vos plus plates excuses n'ont peut-être l'air de rien mais elles ont pesé lourd dans ma décision de reprendre contact avec vous, afin d'acquérir votre pèse-personne. Je vous sais également gré de l’attention que vous portez au vide qui pèse sur mes fébriles épaules.
Merci pour tout. »

« Chère Patricia,
Permettez-vous que je vous appelle par ce joli prénom, que j'ai eu la joie de découvrir sur le colis que vous m'avez adressé, et dans lequel se trouvait votre fait-tout fait-main ? Je n’en ai pas encore fait le tour que ce fait-tout fait mon bonheur. Imaginez : un fait-tout dans les mains d’un fainéant comme moi ! Je dois vous avouer que ce fait-tout m'a fait quelque chose : on peut y voir le travail des mains délicates qui l’ont façonné. J'espère que mon pèse-personne (votre pèse-personne) est également à la hauteur de vos espérances.
Bien à vous.
Monsieur Cyprien. »

« Cher Cyprien,
Votre pèse-personne, ou plutôt notre pèse-personne, fait tout le contraire de ce pour quoi j’ai voulu l’acquérir. Alors qu’il devait m’aider à mesurer le vide de mon existence, il m’aide à le combler ! Et chose encore plus inattendue, il me montre comme la vie peut-être légère, mine de rien. Si je me limitais à des considérations commerciales, je ne devrais pas vous permettre ce que vous me demandez mais un je ne sais quoi me pousse à vous accorder cette familiarité.
Votre chère Patricia. »

« Patricia,
Il suffit d'un tout petit rien pour vous donner le sourire. Si vous saviez comme je suis ravi que "notre pèse-personne" vous plaise ! Mais Patricia, il faut que je vous dise... Nous sommes entre grandes personnes et qui ne tente rien n’a rien. Alors voilà : je sais qu’avant mon pèse-personne, je ne comptais pour rien dans votre vie mais je voudrais être votre homme à tout faire pour remplacer votre fait-tout. Qu’en dites-vous ? »

« Chère Patricia,
Je suis allé trop loin. J'aurais dû peser mes mots avant de vous écrire ce dernier mail mais, vous le savez aussi bien que moi, je n'ai plus de quoi peser quoi que ce soit à la maison. Vous comprendrez aisément que je sois contraint de vous redemander mon pèse-personne pour éviter à l’avenir ce genre d’incident. Je peux venir en personne pour vous éviter tout dérangement supplémentaire.
Votre respectueux Cyprien. »

« Tendre et délicat Cyprien,
Que vous veniez en personne ne me gêne en rien. Je vous le dis, de vous à moi, s'il n'y a personne sur la route, cela se fait en un rien de temps. »

Annonce n°1234
Cause vie à deux, cherche fourre-tout pour ranger fait-tout et pèse-personne.

54

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Suya mo
Suya mo · il y a
Merci pour ce moment plein de légèreté
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
La gravité alourdit, le bonheur rend léger. Je vole en apesanteur dans une masse nuageuse impondérable. Merci pour ce bon moment, bien à vous!
Image de Teledog Teledog
Teledog Teledog · il y a
Un très très court lu après le repas de midi... délicieusement digeste ! Merci.
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Chouette histoire
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Les mots sont bien pesés☺️
Image de Cathy Grejacz
Cathy Grejacz · il y a
Excellent
Un texte à la Raymond Devos
Bravo

Image de Amphicyon Ingens
Amphicyon Ingens · il y a
Très amusant, poétique et belle histoire qu'il fallait trouver !
Image de Aëlle
Aëlle · il y a
Excellent ! Quelle recherche dans les jeux de mots !
Image de Anthony Degois
Anthony Degois · il y a
Merci. Oui, je cherche, je cherche... et parfois je trouve.
Image de Antoine Finck
Antoine Finck · il y a
J'ai pris un grand plaisir à lire votre texte.
Image de Anthony Degois
Anthony Degois · il y a
Merci Antoine et désolé de ne répondre que maintenant.
Image de Iremi
Iremi · il y a
Très amusant! un vrai plaisir à lire!

Je vous propose un texte baskettté : "Trouver basket à son pied!"

Image de Anthony Degois
Anthony Degois · il y a
Merci Je vais de ce pas lire votre texte. Le mien dans la même catégorie se nomme " les Deux font la paire".

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Cher Vincent, Cette nuit, je t’écris dans ma chambre, dans le noir, excepté la lampe que nous avons cassée, petits. Tu te souviens ? Tu étais venu dormir chez moi, un mardi soir. On faisait ...