Une tache de vin bien marquée…

il y a
2 min
607
lectures
136
Qualifié

A la tête de La Petite Boutique des Auteurs, j'écris aussi. C'est au cœur de la quarantaine qu'une plateforme d'écriture m'a permis d'aller plus loin que les brouillons que je ne cessais de  [+]

Image de Hiver 2019

Les traits de sa Sicilienne trahissent ce soir une attention toute particulière. Elle lui sourit. Tout sur son visage reflète l’amour qu’elle lui porte. Il en est certain.

Le repas terminé, il se lève rapidement pour l’aider à faire glisser sa chaise, et lui offre son bras, à la manière des grands gentlemen. Ils se dirigent vers la sortie, presque les yeux dans les yeux, assurément la main dans la main. Une tension s’installe entre eux. Il croit profondément au partage du désir sensuel qui commence à l’étreindre.

Sur le trajet qui les sépare du vestiaire, il repense à ce merveilleux dîner. La subtilité des plats choisis, concoctés avec brio par le chef du restaurant. La robe noire, classique et élégante, qui la met naturellement en valeur. Il jette un œil à ses longues jambes fuselées. Un rien l’habille... Il se souvient de ses doigts graciles qui virevoltaient autour des couverts, du pain et des condiments à leur disposition, du verre de vin...

S'approchant de l'employé chargé du vestiaire, ses sourcils se froncent légèrement. Il revoit ce verre de vin qui tombe sous l’impulsion d’une main que l'on pourrait croire maladroite, blanche comme la neige et aux ongles soignés. Plaisir des yeux, contraste des couleurs, une bien belle image à conserver que ce rouge qui s'étale sur la virginité de la nappe.

À l’aide des souvenirs rangés avec précaution dans un coin de sa mémoire, il a de nouveau dans le nez les effluves des mets dégustés, jusqu'à la fragrance qu’elle porte, si diaboliquement envoûtante. Il ramène son attention à ce verre de vin malencontreusement renversé au moment de passer au dessert. Une manière expéditive d’inciter le serveur à débarrasser le couvert, se dit-il. Pourtant, une petite chose titille son intellect sans vouloir s'afficher clairement dans son esprit.

En attendant leurs vêtements chauds, il chasse cette idée inconfortable d'une pichenette invisible, puis invite ses pensées à revivre le plaisir des papilles et des oreilles. Le croquant de ce crustacé, dont le bruit de cassure provoque une nouvelle montée de salive dans sa bouche. Le crépitement des larges bougies, douces lueurs qui animent une soirée romantique à la perfection. La saveur du plat principal, qui ne pourrait avoir d'égal que ce baiser furtivement échangé avant la maladresse de la belle. Ce verre de vin renversé...

Il se réprimande en silence et se persuade d'être obnubilé par cette image en raison de la grande qualité du vin, judicieusement conseillé par le sommelier de l'établissement. Il essaie une nouvelle fois de penser à autre chose, le temps de poser le manteau sur les épaules de la jeune femme qui l’accompagne. Rien n’y fait. Malgré des efforts surhumains pour se concentrer sur la suite de la soirée, il voit très nettement cette magnifique tache rouge qui s’étale insidieusement sur le textile blanc. C'est le contraste des couleurs, saisissant sur le moment, certainement, qui l'empêche de diriger sa réflexion autre part.

Insidieusement. Le mot résonne à l’intérieur de son crâne. Vin. Tache. Insidieusement.

C'est au moment même où il franchit le seuil de la porte, précédant sa Sicilienne dans un excès de bienséance, à l’instant précis où il s’offre aux regards des passants et autres touristes qui circulent sur les trottoirs illuminés de la ville, à la seconde où, devant la façade du restaurant, on ne distingue que lui, que l'étincelle se fait. Il comprend enfin ce qui lui échappait depuis l'incident du verre de vin.

Cette fois, pas un bruit, aussi infime soit-il. Pas un soupçon d’odeur, pas une particule à savourer. Il part, presque immédiatement. Sans souvenir à garder. Il part avec une seule sensation, le poids qui traverse les épaisseurs chargées de le protéger des agressions climatiques. Avec un unique sentiment, la stupeur. Certes, une distance s’était peu à peu établie entre eux deux. Mais au grand jamais, il n’aurait imaginé qu'elle en arrive là.

Le métal chauffé par la déflagration lui cuit la peau alors que le fil de ses pensées s'étiole rapidement. L’amour n’était plus ? Et cette tendresse, ce soir ? Était-elle feinte ? Non, il ne pouvait y croire. Et pourtant, le verre de vin...

136

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Les Tarantole

Amelia Pacifico

Bringuebalé par les secousses du métro qui fonce à vive allure dans la pénombre des boyaux de la ville, j'essaie de rester concentré sur le contenu de mon livre, sans succès. Le regard ombrageux... [+]