2
min

Une simple vengeance

Image de BeYourAnchor

BeYourAnchor

4 lectures

0

Tu étais là devant moi, un ami que j'aimais plus que n'importe quels autres amis. Tu me regardais en souriant, tu étais heureux de me voir. J'observais ton sourire radieux, tes yeux azurs, on pouvait apercevoir de la gaieté dans ton regard. Mais tu m'as fait souffrir, alors aujourd'hui, j'ai décidé de me venger. Tout était prévu depuis un moment, tu allais souffrir plus que je n'ai souffert.

Je glissai ma main dans ma poche de jean et pris automatiquement l'arme qui s'y trouvait. Un Remington froid dont la référence m'échappait, j'étais beaucoup trop obnubilée par l'envie de te tuer pour m'en rappeler. Les armes n'étaient que des outils permettant de donner la mort à un individu, elles n'avaient que peu d'attrait pour moi.

Le pistolet était lourd et la crosse assez épaisse. Je levai mon bras et pointai mon arme en ta direction, le doigt prêt à appuyer sur la détente, à t'ôter la vie. Je vis de la peur dans ton regard, la peur que je te tire dessus. Cette instant fut orgastique, un moment inoubliable pour un premier meurtre. J'allais enfin pouvoir me venger de cette extrême affliction. Je ne ressentais plus aucune empathie à ton égard, il n'y avait plus qu'une intense satisfaction devant la progression de la peur dans tes beaux yeux bleus. J'avais le pouvoir de te donner la mort. Ton cœur devait battre de plus en plus vite alors que je te fixais d'un regard plein d'animosité. Le temps était devenu éternel.

Je savourai l'instant présent, j'appuyai sur la détente et la balle se dirigea en ta direction laissant derrière elle, un nuage de poudre qui s'envola. Je fus désormais le porteur de mort, tenant cet objet asservi à son possesseur, dans ma main. Ce fut éclatant, une multitude de couleurs, une déflagration des sens, magnifique.

La balle te frappa sous l'œil gauche, te liquéfiant brusquement la rétine, déformant ton agréable visage.

J'en tirai une deuxième, dans ton front cette fois ci, qui se fissura. Je devinais​ la trajectoire rapide du plomb qui s'enfonçait profondément dans ta cervelle. Je me revoyai te tuer, te tirant deux balles dans le visage et ta tête qui s'éclata. Ton sang qui éclaboussa les murs et le sol, de petites gouttelettes écarlates. Tu tombais à genoux sur le carrelage froid. Tu essayais de parler mais la douleur était tellement intense que tu n'en avais pas la force.

Ton crâne était explosé, ton œil gauche blessé, je regardais ta bouche formant un rictus presque monstrueux, de laquelle s'écoulait une rivière de sang brûlant.

Je me sentais heureuse, débarrassée d'un poison. Je contemplais ton regard déjà mort et ton teint devenu cadavérique. Un grand sourire se dessinait sur mes lèvres. Je profitais alors de la fin de ce spectacle grandiose. Je m'approchai de toi, t'embrassai tendrement la joue une dernière fois et te disais pour la dernière fois que je t'aimais. Tu cessas enfin de bouger, paralysé pour l'éternité et je fus enfin vengée.

Adieu, B.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,