3
min

Une si jolie planète

Image de Claude Jégo

Claude Jégo

33 lectures

34

L'alerte ne cessait de sonner, agaçante au plus haut point. Jorg sentit la nervosité l'envahir.
« Oui, les moteurs s'apprêtaient à lâcher. Oui, il devait poser son vaisseau rapidement et sa seule possibilité était cette fichue planète inconnue. Et toute jaune en plus. Une mocheté. »
L'atterrissage se fit en douceur et sans casse. Jorg s'efforça aussitôt de contacter sa base spatiale mais sans y parvenir malgré ses essais répétés. Son droïde lui en donna la raison :
– L'atmosphère de cette planète est respirable et c'est tout.
Jorg détestait entendre ce vilain couinement qui s'apparentait à une voix.
– Comment ça ? Tu peux être plus précis ?
– Sa masse métallique perturbe le fonctionnement de tous nos appareils.
Jorg jeta un coup d'oeil sur son phonica... L'écran était muet, à part un surprenant point d'interrogation au milieu du petit écran.
– Je fais quoi maintenant ? Gruba 83, tu me réponds ?
Mais le droïde resta muet, les bras raidis le long du corps, en équilibre sur un pied. Il paraissait pétrifié.
– Saleté de machine, gronda Jorg. Et saleté de planète.
Il enfila sa combinaison de survie et utilisa l'ouverture manuelle pour pouvoir quitter son appareil. Il comprit aussitôt la raison de la teinte jaune de la planète : une brume épaisse et jaunâtre la recouvrait à perte de vue. Jorg frotta le sol du plat de sa chaussure : il était lisse et légèrement glissant. Vérifiant que sa montre, qui lui indiquerait la distance parcourue, fonctionnait, il se mit à avancer.
Deux kilomètres plus loin il fit face à une pente raide. Un mont ou une montagne ? Il songea à son vaisseau qui n'avait rien signalé d'anormal – son droïde non plus d'ailleurs – et se dit qu'il l'avait échappé belle.
Puisque l'air est respirable j'en conclus que la vie existe sur cette fichue planète. Et comme j'ai besoin d'aide, je poursuis mes recherches.
Cela faisait déjà cinq kilomètres qu'il se traînait au ralenti quand une forme ovale marron foncé apparut dans la brume.
Même gabarit que moi et ça vient à ma rencontre. Je reste sur mes gardes, on ne sait jamais.
Il l'attendit et la forme s'arrêta à environ un mètre de lui. Pas d'yeux, ni de nez, une bouche carrée, des griffes épaisses dépassant sous le corps, aucun bras mais cela paraissait respirer, donc c'était vivant.
– Pouvez-vous m'entendre? demanda Jorg en réalisant qu'il n'avait pas emporté son arme au cas où.
– Entendre, répéta la forme. Entendre ? Entendre !
Elle se volatilisa et tout redevint jaune.
Et zut ! gronda Jorg et il reprit sa marche.
Il arrivait au neuvième kilomètre et se sentait fatigué par le poids de sa combinaison. Il en avait plus qu'assez et s'en fit la réflexion en se parlant à voix haute :
Quelle idée d'avoir accepté de remplir cette mission ! Et qu'est-ce que je fiche à des millions de kilomètres de chez moi, de ma base ?
– Base, entendit-il soudain répéter derrière lui.
Il se retourna et vit une sorte d'être rouge vif si proche qu'il faillit être bousculé. Cela ondulait sans cesse et une tentacule lui toucha l'épaule, lui brûlant la peau en dépit de sa combinaison.
– Base ? dit à nouveau l'être hideux et son corps rouge se gonfla démesurément.
– Base ! hurla l'être et il explosa en centaines de petits morceaux qui se désintégrèrent dans une lueur aveuglante.
Ebloui, Jorg mit plusieurs minutes avant de recouvrer une vision normale.
– Je fais demi-tour et je regagne mon vaisseau, j'y serai à l'abri. Mon absence a dû être signalée, je n'aurai plus qu'à patienter jusqu'à l'arrivée des secours. J'ai de la nourriture pour plusieurs mois et, de toute façon, je n'ai pas le choix.
Il rebroussa chemin, le souffle court, la sueur dégoulinant sur son front, sur son corps et mouillant l'intérieur de sa combinaison. Il finit par s'approcher du but, son vaisseau, et se sentit rassuré.
Plus qu'une centaine de mètres à parcourir.
Il eut l'impression d'avoir couru pour se jeter dans l'engin spatial, fit coulisser le sas et le bloqua en position fermée.
Il se débarrassa de sa combinaison et c'est alors qu'il remarqua la poussière jaune qui avait envahi le compartiment par le sas resté ouvert durant son absence.
– Je vais dire à Gruba 83 de nettoyer ça tout de suite.
Soudain il y eut ce couinement qu'il connaissait par cœur et il vit le droïde se dresser devant lui, couvert de traces jaunes.
– Pourquoi ne pas être resté dans le cockpit à m'attendre, Gruba 83 ? Ici, tu aurais pu être exposé à un terrible danger.
– Danger.
– Oui, Gruba 83, mais... pourquoi répètes-tu ce mot ? s'inquiéta soudain Jorg.
– Danger ?
Et le corps du droïde se mit à scintiller tandis qu'il s'approchait du terrien.
– Arrête ça, Gruba ! Tais-toi, tais-t...
– Danger ! couina le droïde en prenant le terrien à bras-le-corps.
Le droïde explosa, détruisant en même temps le vaisseau et le terrien, et provoquant un immense nuage de poussière jaune.
Il fallut longtemps avant que le nuage ne retombe totalement, permettant de laisser apparaître le magnifique paysage de la planète Diformus.
Des êtres de formes monstrueuses avaient suivi, de loin, la destruction du vaisseau et des deux aliens venus de l'espace. L'un d'eux sans yeux, ni de nez, une bouche carrée, des griffes épaisses dépassant sous le corps, aucun bras, émit un affreux son guttural :
– Ras-le-bol de ces horreurs venues d'une autre galaxie ! Chaque fois qu'ils atterrissent sur notre planète, leur appareil soulève tant de poussière qu'on ne voit plus nos maisons à des centaines de kilomètres à la ronde. Comment ces aliens immondes peuvent-ils s'acharner à salir notre belle atmosphère ?
Et tous les autres autour de lui acquiescèrent bruyamment.



PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
34

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Une histoire pleine de vie.
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Une belle parodie de Satr Wars qui remet l'humanité à sa place dans l'univers... Exactement comme dans mon récit de SF que je vous invite à découvrir ! http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-frontiere-de-brumes
·
Image de Maour
Maour · il y a
Mes votes! Je reviendrai vous lire :)
J'espère que vous aimerez ma version du Petit Poucet.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-veritable-histoire-du-petit-poucet
Amitiés

·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un beau texte qui amène vite à la réflexion. Mes voix. Peut-être aimerez vous "L'héroïne", "Le Grandpé" ou "Tata Marcelle".
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une histoire bien écrite qui fait réfléchir ! Mes votes ! Je vous invite à partir en “Croisière” si vous ne craignez pas la brume en mer ! Merci d’avance et bonne année !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Une vision inversée des rencontres "d'un autre type" (pas d'humour) que j'ai aimé lire sous votre plume. Mon vote et mes vœux pour 2018 :-)
·