2
min

Une rencontre marquante

Image de Ricow

Ricow

17 lectures

0

DAUCY loin que je m'en souvienne je l'avais croisé à un CARREFOUR dans un CARTIER chic. C'était en MARS. Pfuiiii, il était TARTARE. Le genre de soirée où tu NATHAN rien de spécial, même si t’as soigné ton image de marque.
Elle sortait d'un BARBIE et même si j'étais dans le PATHE après avoir un peu TROPICOlé, dès que j'l'ai VU, je me suis dit "SAGEM". J'avais quand même peur de tomber sur un NOOS. Une NANA ou un HOM? OMO ou hétéro?
En tout cas, elle était SIEMENS et SIBEL devancée par une odeur de CANNELLE que je me mis déjà à imaginer nos prochains PRINTEMPS.
Ensemble, en ville ou AUCHAN, on aurait la VIBEL avec des dimanches sous la couette. Elle serait dingue de moi, je serais fou DELL jusqu'à être son petit TOMTOM à tout faire. Pour elle j'aurais pu être n'importe quoi même CAMPER et je m’étais dit qu’elle ferait une si BONNE MAMAN.
Perdu dans mes pensées, je m'étais demandé ce que je DEVRED faire pour l'attirer dans mes filets mais mon inaction était TOTAL.
J'ignorais si elle avait un JULES ou si elle sortait d'une relation ce qui est toujours problématique car LEXMARK surtout si il est violent. Mais moi, je ne l'aurais jamais touché de peur de me retrouver avec des BRIDEL.
Bref, un vrai CANON et ce n'était pas qu'une impression. Je sentais que j'avais tapé en plein dans l'MIELE! Tout se jouait ICI ET MAINTENANT.
BANCO! Elle laissa tomber quelque chose. Je saisis l'occasion: "AUDI, excuse moi, SEAT toi!"
Elle se retournait et pour moi le temps s'arrêtait. On était SALOMONde. Je balbutiais: "M.M.A...demoiselle, vous venez D.D.P...perdre...vos clés."
Elle me fit un sourire à tomber en me remerciant et sans demander son reste, elle FILA.
Je me disais ATAC parce CALOR tu t'en voudras de n'avoir rien fait.
Il fallait que je MATTEL à la tâche. J’engageais la conversation et elle me répondit du TACOTAC: "Moi on MOBALPA comme ça!"
Elle me mit au parfum en disant que je n'étais GUERLAIN de SEGA avec qui elle CONVERSE d'habitude. Rude! Mais heureusement, j'encaissais. Pas besoin qu'on me console NIKON me flatte LEGO et surtout je devais rester calme. ACER à rien de s’énerver.
Sur l'adage "femme KIRI à moitié dans ton lit", je lui dis: "J'vous SIGNAL quand même j'suis plutôt FAURE, pas SISLEY et loin d'avoir le cerveau LANCOME un escargot. En plus SIA un truc qui me caractérise, j'ai beau être simple, j'peux être SMART! Des filles comme vous, y’en a pas deux. Pas de doutes, on ferait LAPEYRE. Et, attention, atout séduction, le MISTER FREEZE!"
On ne pouvait PUMAreté. ESPRIT enfin dans mes filets. Le carton rouge du début devint ORANGE et finalement FEU VERT. Elle me donna son nom, ALICE. "Wouhou!!!"
Je lui demandais si elle aimait les fast-foods et la techno et lui proposait de se revoir pour une soirée RAVENSBURGER.
De là, elle m'avoua qu'elle était plutôt SOHOlitaire et même si je m'épanouissais en SOCIETE GENERALEment, je dis: "GAUMONT nos différences". C'était cliché mais elle me dit "d'aKODAK". Une bonne expression rétro avant qu’elle accepte mon numéro.
Elle sortait d'un BARBIE. C'était à un CARREFOUR dans un CARTIER chic que je fis cette rencontre marrante.
Je m'étais dit: "TATIré le bon numéro" alors qu’elle traversa sans regarder. Ca aurait pu être LOTTO de trop mais je me jetais et la poussais du bout des doigts. Je la sauvais et il n’en fallut pas plus pour qu’elle tombe dans mes WONDERBRA. « Surtout » dit-elle, « APPLE moi car t’es vraiment trop FORD ». Pour info, je m’appelle Dimitri et sur ce coup là, le plus beau DIM, c’est moi.
Elle sortait d'un BARBIE et je ne m’étais jamais senti aussi en vie. C'était à un CARREFOUR dans un CARTIER chic que je fis cette rencontre marquante.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,